Patrimoine

Les sept vies du puits Z Energies 432 - Jeremy Noé

Mis à jour le

Le puits Z, démantelé en 2004, est actuellement dévolu à l’hébergement d’urgence de familles Roms. Après leur départ, il retrouvera sa vocation économique d’origine avec une perspective durable et solidaire.

Voir le dossier
L’accueil des Roms au Puits Z

Huit cent quatre-vingt mètres de profondeur dont 662 sous le niveau de la mer, seize ans d’exploitation minière de 1986 à 2003 : le puits Z a marqué l’histoire industrielle de la ville. À la fermeture, celle-ci s’est portée acquéreuse du site, avec le puits Morandat, soit quatorze hectares au total. Si le puits Morandat est devenu pépinière de jeunes entreprises, le puits Z a été en grande partie démantelé en 2004. Il a un temps été question d’y installer une station de pompage pour parer à une remontée des eaux par la galerie de la mer (14 km creusés sous terre de 1880 à 1905, entre le puits Biver et Marseille) ; à cet effet un piézomètre a été installé pour surveiller le niveau de l’eau. La salle des machines a, elle, été conservée en l’état.

Mais dernièrement, le chevalement caractéristique du site, 70 m de haut, a surtout servi de site d’entraînement pour les pompiers et pour une société de formation aux travaux d’accès difficile (encordés). En septembre 2012, la Ville a accueilli en urgence une douzaine de familles Roms. Lesquelles, avec l’appui des associations et du préfet Michel Cadot, commencent à quitter le camp. Trois d’entres elles ont trouvé des conditions de relogement décentes, à Aix, Marseille et en Lozère, deux autres sont partis par leurs propres moyens à l’étranger.

Et après, une fois que les presque quatre hectares du site seront libérés ? Il suffira de faire venir l’eau potable et l’assainissement ! « Nous sommes en train de travailler avec l’équipe du Conseil municipal pour que le puits Z retrouve sa vocation économique, et plus précisément dans les circuits courts pour faire face aux défis du siècle. » explique le maire Roger Meï. Douze ans après la fermeture du puits Z, on pourrait donc y voir revenir des emplois. À suivre.