Made in Gardanne

Un vent de start-up souffle à Morandat Energies 432 - Jeremy Noé

Mis à jour le

Formé à l’École des Mines site Georges-Charpak, Florent Hernandez a fondé une start-up, jeune entreprise informatique, prometteuse. Petit instantané au siège d’Alhena, installée puits Morandat.

Chez “Alhena,” les figurines super Mario Bros et Boba Fet côtoient les piles de livres spécialisés sur les réseaux sociaux, les restes d’un lapin de Pâques en chocolat répondent à la posture sérieuse d’un grand PDG immortalisé à la une du magazine Challenges. On travaille au son soul funk d’Alice Russell (Got the Hunger ?) diffusé par l’iMac du patron. Quant au pistolet à balles en mousse, Florent Hernandez, 30 ans –c’est lui, le patron– ne se fait pas prier pour en faire la démonstration sur l’un de ses employés –lequel est lui aussi armé.

Work hard, have fun : le slogan d’Amazon semble finalement coller comme cri de ralliement de toutes les start-ups du monde, créées par de jeunes entrepreneurs aussi décontractés que bosseurs. « Le 24 décembre au soir, mon développeur m’a appelé pour me dire qu’on avait une panne de serveur et qu’il allait régler ça de suite. Personnellement, les deux premières années de la création d’Alhena, je n’ai pas eu un week-end à moi. Là, je vais m’autoriser mes premières vacances en quatre ans, » précise Florent.

UN LOGICIEL EXPERT EN RÉSEAU SOCIAL

Quatre ans après sa création dans une colocation aixoise, l’agence web Alhena est désormais installée à l’hôtel d’entreprises du puits Morandat à Gardanne. Florent, diplômé de l’école des Mines au centre Charpak, a quatre employés, un free-lance et deux stagiaires. Il peut s’autoriser à souffler. Il vient de lever 240 000 € auprès de la Région, du Crédit Agricole Alpes Provence et de la Banque Publique d’Investissement, pour booster la commercialisation de son logiciel phare, Sociallymap.

En bref, Sociallymap permet à un community manager ou responsable de la communication d’une entreprise d’alimenter et personnaliser une multitude de réseaux sociaux et autres moyens de communication à partir d’un seul compte. En même pas un an d’existence, il revendique 3600 utilisateurs dont 15 % payants, et parmi eux Adrexo, BforBank, Bricocenter Italy (cent magasins, propriété du groupe Adeo, ex Leroy Merlin)...

Si Florent assure qu’il suffit à maintenir la boîte à flots, les 240000€ reçus vont lui « permettre de passer la seconde sur la phase commercialisation. » Et peut-être de voir plus grand : « L’idée d’ici deux ans serait de s’internationaliser et quadrupler les effectifs. » En attendant, il faudra encore un peu de travail... et de fun. « Le produit va beaucoup évoluer. On ne va pas s’ennuyer... » prévient Florent.