Un contrat Ville-Département pour l’avenir Energies 411 - Jeremy Noé

Mis à jour le

LES RÉFORMES ANNONCÉES SUR LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES (régions, métropoles...) se succèdent, les départements tiennent bon la barre : ils continuent de travailler en partenariat avec les villes, dans le périmètre qui leur est attribué. Et c’est l’actuel patron du Conseil général 13, Jean- Noël Guérini, qui est venu signer le Contrat départemental de développement et d’aménagement 2013-2015 (CDDA), soit la formalisation de la participation financière du département aux projets de la Ville.

Jean- Noël Guérini était accompagné de Claude Jorda, conseiller général délégué aux services publics. Tout deux avaient dans leur besace une enveloppe de 5 millions, soit la moitié du montant total des travaux prévus par Gardanne (près de 10 millions d’euros). Une dizaine de projets sont concernés : Maison de la vie associative (subvention de 574 000 € du Conseil général), refonte du Foyer 3 e âge (1,126 million d’€), refonte du groupe scolaire de Biver (2 millions d’€), travaux pour la cuisine du groupe scolaire les Aires (250 000 €), rénovation du parking du centre de Biver (390 000 €), aménagement d’un accès sécurisé au lycée de Valabre (282 000 €), création d’une salle serveur informatique municipal au puits Morandat (224000€), liaison de l’avenue d’Arménie en fibre optique (101 000 €)...

Autant d’initiatives que le président du Conseil général commentait ainsi aux côtés du maire et de ses élus : « Mon cher Roger, lorsque tu m’as soumis ces projets, j’ai tout de suite saisi la pertinence de ces investissements, guidés par le souci de l’intérêt collectif, du service public. Ces investissements, ces travaux ambitieux sont parfaitement à même de répondre aux attentes des citoyens et citoyennes de Gardanne. »

A noter en outre que Jean-Noël Guérini, qui a reçu avec le maire et ses adjoints les salariés de la centrale thermique E.On, en conflit avec leur direction, a apporté à la sortie d’une réunion à huis clos son soutien à leur encontre : « Nous allons prendre ensemble un certain nombre d’initiatives. » Il a été en revanche plus disert sur l’initiative de Gardanne d’accueillir quelques familles Roms : « Tout le monde défend tout, mais chez le voisin. Nous vivons dans une société où l’hypocrisie est la priorité. Je compte prendre des initiatives. Car derrière le mot “Rom” il y a des femmes, des enfants, des bébés. Le Conseil général agit et continuera d’agir sur le terrain, dans le cadre de ses compétences, la santé, le suivi de la petite-enfance. Pour moi l’humain est fondamental dans la société. »

En conclusion, Roger Meï a remercié le président du Conseil général pour son aide à la commune et l’a invité à revenir quand il le voulait en aloutant qu’il serait « toujours le bienvenu à Gardanne. »