Morandat : Une zone d'activités dédiée à l'innovation Energies 453 - 27 avril 2016 - Stéphane Conty

Mis à jour le

À la rentrée scolaire 2016 vont débuter les travaux d’aménagement du parc d’activités du puits Morandat. Un nouvel espace économique dédié aux entreprises innovantes, qui viendra compléter l’hôtel d’entreprises déjà implanté sur le site. Un projet initié par la Ville et mis en oeuvre par la Société d’économie mixte et d’aménagement de Gardanne (Semag).

Acheté par la Ville à Charbonnages de France en 2004, le puits Morandat, ancien carreau de mine, a une double vocation économique et culturelle. La commune y a ainsi aménagé un hôtel d’entreprises de 2500m2 en 2009, y accueille une unité territoriale du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) depuis 2007, et en 2015 y a installé un data center à la pointe de la technologie.

LE COEUR DE CIBLE : LES PME ET TPE INNOVANTES

Le coeur de cible du parc d’activités du puits Morandat, ce sont les PME et TPE innovantes. Microélectronique, domotique, écoconstruction, technologies et énergies “vertes,” transition énergétique, services aux entreprises... sont autant de domaines d’activités privilégiés par la Semag pour la commercialisation du site. Les entreprises pourront également bénéficier du projet de chauffage et climatisation s’appuyant sur les eaux d’ennoyage de la mine, actuellement en cours de développement par la Ville en partenariat avec le BRGM et l’Ademe.

Une projet de Centre de culture scientifique technique et industrielle (CCSTI) est également à l’étude pour le site, dans le bâtiment déjà existant. Combiné avec la proximité du CMP Charpak et ses laboratoires de recherche, il devrait permettre de créer une synergie particulière avec les activités économiques des entreprises qui s’implanteront sur le site. Enfin, un espace dédié à la restauration et à l’hôtellerie est également prévu.

DE NOMBREUSES POSSIBILITÉS D’AMÉNAGEMENT

Sur les quatorze hectares du site, neuf vont être commercialisés en cinquante lots maximum. La réalisation se fera en trois temps. Une première phase qui va donc débuter en septembre 2016, et ce jusqu’à l’été 2017. Normalement les deux autres phases s’enchaîneront dans la foulée pour que l’ensemble de la réalisation soit terminé à l’été 2019. Sur les neuf hectares l’autorisation de construction concerne 80000m2 de plancher. Ici pas de parcelles prédécoupées, chaque entreprise pourra acquérir un lot “sur mesure” qui corresponde précisément à ses besoins. Les travaux d’aménagement vont concerner les viabilisations des lots (eau, électricité...), l’aménagement des voies d’accès, les plantations. Un cheminement piéton est aussi prévu, qui permettra de relier le site à la zone d’activités et commerciale de Bompertuis juste en dessous.

LES POINTS CLÉS

• Un parc d’activités économiques pour des entreprises innovantes engagées dans une démarche d’économie sociale et solidaire.
- Des lots taillés sur mesure pour correspondre aux besoins des entreprises qui s’installeront sur le site.
- Une situation géographique privilégiée entre Marseille, Aix et Aubagne, proche de la gare TGV d’Aix en Provence et de l’aéroport.
- Un pôle culturel voisin de l’hôtel d’entreprises dans les anciens locaux de la mine, qui s’articulera autour d’un Centre de culture scientifique technique et industrielle (CCSTI).
- Un lieu d’activités économique, mais aussi un lieu de vie ouvert sur l’extérieur avec hôtel, restaurant et salle de conférence.
- Un système unique de chauffage et climatisation grâce à l’utilisation des eaux d’ennoyage de la mine.

POINTS DE VUE CROISÉS

Claude Sbodio

Conseiller municipal délégué à la valorisation de l’histoire de la mine, vice-président de la Semag

"Je suis très emballé par ce projet. En tant qu’ancien mineur j’apprécie que le site reprenne vie, ça ne peut être qu’une bonne chose. Nous souhaitons y développer un lieu où l’on a envie d’aller et où l’on puisse organiser des manifestations. Une salle de conférence est d’ailleurs envisagée dans l’équipement culturel. L’ambition de la Ville est de faire du site un pôle économique, culturel et scientifique de référence de l’aire métropolitaine.

Le développement du site va nécessairement entraîner une augmentation du trafic à ses abords, et notamment au niveau des accès par le CD6. Ceuxci sont déjà problématiques quand on vient de Marseille notamment, où l’on est obligé de couper la route sur le pont aux véhicules venant de gauche. Le Conseil départemental mène une étude pour éventuellement élargir le pont et créer un second giratoire de l’autre côté du pont, là où débouchent les routes venant de la zone Avon et de Simiane."

Maurice Brondino

Conseiller municipal délégué à l’économie, la formation et l’insertion professionnelle

"J’ai eu pas mal de demandes de start-up qui voudraient s’installer au puits Morandat. Le pays d’Aix reçoit aussi beaucoup de demandes d’entreprises qui souhaitent s’installer dans le secteur mais qui ne trouvent rien. À Gardanne nous avons la chance d’avoir une situation stratégique au coeur de la Métropole et à proximité de six grands pôles de compétitivités. À terme le Parc d’activités du puits Morandat ce sera entre 500 et 1000 emplois sur le site et des emplois induits.

Étant donné l’investissement de la Ville dans les énergies renouvelables et les technologies nouvelles, le choix d’accueillir des entreprises innovantes était évident. Toutefois ce sont des filières qui emploient pas mal de main d’oeuvre qualifiée. C’est pourquoi nous avons décidé de privilégier celles qui seront aussi engagées dans une démarche d’économie sociale et solidaire qui favorise aussi l’insertion professionnelle."

Nicolas Fortuit

Directeur de la Semag

"Le parc d’activités du puits Morandat est tourné vers les entreprises innovantes. Toutefois l’innovation doit aussi être dans la manière dont nous appréhendons l’opération. Nous souhaitons également que ces entreprises soient engagées dans une démarche d’économie sociale et solidaire. Nous privilégierons et nous sommes prêts à consentir des efforts sur le prix de vente pour les projets correspondants à cette démarche.

Ainsi dès le début des travaux, nous projetons de créer une zone de restauration qui fera appel à l’insertion et qui utilisera des produits locaux et si possible bio. Nous allons aussi essayer de proposer aux entreprises du site de se regrouper pour mutualiser les coûts de la fibre, car la fibre coûte cher pour une entreprise. Ça a déjà été fait à Rousset par la CPA où ils ont eu la même problématique."