En balade sur le chemin des énergies Energies n°472 - 4 avril 2017 - Bruno Colombari

Publié le

Du charbon au solaire en passant par la bauxite, le bois, le calcaire et l’eau, c’est un saisissant raccourci historique, économique et géologique que vous pourrez découvrir en mars 2018. Nous l’avons arpenté pour vous.

C’EST UNE BOUCLE DE 2,5 KILOMÈTRES QUI ENTOURE LE TERRIL DES SAUVAIRES, celui qui accueille depuis trois ans les 35000 modules photovoltaïques exploités par UrbaSolar.

D’ici un an, ce chemin de terre méconnu deviendra Le chemin des énergies. C’est en tout cas le projet mené par la Ville avec le CCSTI la Rotonde, l’école des Mines de Saint Étienne, la Semag et plusieurs industriels de Gardanne comme Uniper (centrale thermique), Alteo (usine d’alumine), UrbaSolar ou Durance Granulats. Et pour cause : après avoir traversé le canal de Provence depuis la route des Sauvaires, le chemin surplombe la carrière de La Malespine avant de bifurquer en direction de Meyreuil, offrant une vue panoramique sur la Sainte- Victoire.

Tout au long du parcours, il est possible de voir la centrale thermique toute proche, mais aussi, au loin, le puits Morandat et les cheminées de l’usine d’alumine. « C’est une proposition ludique qui montre les énergies renouvelables, les circuits courts, les économies d’énergie et le recyclage des déchets, » explique Isabelle Miard, chargée de diffusion de la culture scientifique au campus Charpak.

Six panneaux d’information jalonneront le parcours, expliquant “le système Malespine” (carrière, centre d’enfouissement, centrale biogaz), les usines historiques (le charbon, la bauxite, le bois), le puits Morandat, l’énergie solaire et le rôle de l’eau dans le Bassin minier avec le canal de Provence.

Une application smartphone sera développée pour apporter aux visiteurs une expérience de réalité augmentée : en cadrant un élément du paysage, il sera possible d’accéder à des informations originales qu’elles soient historiques, géologiques, géographiques ou économiques.

Le chemin d’accès, actuellement en mauvais état, sera restauré et des places de stationnement aménagées. Il reste aussi à concevoir des points d’observation en hauteur, sous forme de buttes et de remblais qui pourraient réutiliser les gravats de la carrière, toujours dans le principe des circuits courts. Bien entendu, comme le parcours passe en bordure de zone boisée, l’accès sera réglementé entre juin et septembre en fonction des conditions météo.

L’ouverture au grand public est prévue pour mars 2018, avec une visite du site en octobre prochain lors de la Fête de la science.

 

Dans l'actu