Scolaire

École, toujours moins de moyens Energies 355 - Stéphane Conty

Mis à jour le

Dans l’éducation nationale l’heure est à la suppression de postes d’enseignants et de classes avec des effectifs toujours plus chargés pour celles qui restent. A Gardanne parents, enseignants et élèves se sont mobilisés pour protester contre cette situation en primaire et au lycée professionnel de l’Étoile.

Jeudi 7 avril en tout début de matinée, une animation inhabituelle règne devant le square Veline. Enseignants, parents et même enfants se regroupent, banderoles et pancartes en main. Les écoles Veline, Bayet, Prévert et Cézanne sont fermées toute la journée et l’école Mistral compte 4 classes fermées sur 5. Au programme, dès 9h, rendez-vous devant l’inspection Académique à Marseille avec des parents et enseignants d’écoles du département, puis à 11h rassemblement devant la Préfecture (pendant que d’autres parents manifestent devant l’antenne locale de l’inspection académique à l’école Prévert).

Le jour n’a pas été choisi au hasard puisque dans la matinée doit se dérouler un Comité Technique Paritaire Départemental où sont notamment traitées les questions d’effectifs scolaires et de postes d’enseignants.

« Il y a un risque de fermeture d’une classe à Bayet avec suppression d’un poste d’enseignant et d’un poste de Rased (Réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficulté, NdlR). Nous sommes là aujourd’hui pour demander leur maintien ainsi que l’ouverture d’une classe supplémentaire à l’école Cézanne à Biver où les effectifs le justifient, » explique Karine Lorne, parent d’élève.

Des suppressions de postes qui semblent peu cohérentes avec la situation des élèves de l’école Bayet comme le souligne Karine Lorne. « A un moment donné on a jugé important de donner des moyens à cette école, et maintenant on nous les supprime alors que les effectifs sont plus importants que l’an dernier. Les dernières évaluations départementale et nationale ont montré qu’en CP, CE1 et CM2, entre un tiers et une moitié des élèves sont en difficulté. Dans ces conditions, fermer une classe et augmenter les effectifs dans les autres ne va pas améliorer la situation. »

L’après-midi tout le monde se retrouve à 15h en mairie pour faire le point. Grâce à la mobilisation, la classe de l’école Bayet est conservée à la rentrée. En revanche le poste de Rased est supprimé et l’ouverture d’une classe à l’école Cézanne n’est pas au programme. Un résultat en demi-teinte qui n’en demeure pas moins encourageant.

« Il faut rester vigilant car rien n’est acquis pour la rentrée. Pour notre part nous refusons d’entrer dans le système des découpages qui consiste à déplacer les enfants d’une école à l’autre en fonction des besoins d’effectifs, » conclut Yveline Primo, adjointe au Maire.

Le secondaire n’est pas non plus épargné puisque le mardi 12 avril ce sont des enseignants et élèves du lycée professionnel de l’Étoile qui ont manifesté jusqu’au lycée Fourcade puis jusqu’en Mairie où ils ont été reçus par le Maire Roger Meï qui les a assurés du soutien de la Municipalité. Ils protestaient contre la suppression à la rentrée prochaine de deux postes d’enseignants sur les 35 que compte l’établissement, un en secrétariat et un en comptabilité. Leur mobilisation continue.