PACI

Des outils pour grandir Energies 327 - Bruno Colombari

Mis à jour le

La crise économique et financière a rendu les banques frileuses, au détriment des petites entreprises à la recherche de financement. La plateforme “Paci” peut leur venir en aide avec des prêts d’honneur qui servent aussi de sésame.

Dix ans après sa création, la plateforme d’initiatives locale Paci (Pays d’Aubagne-La Ciotat Initiatives) organisait une table-ronde au Pôle d’activités Morandat. « Gardanne a intégré ce dispositif en 2001, explique Philippe Pintore, conseiller municipal délégué au développement économique. Depuis le début de l’année, vingt-trois prêts ont été accordés à des entreprises gardannaises, c’est un bon résultat par rapport aux années précédentes, ça permet aux entreprises de trouver des financements en-dehors du secteur bancaire. Nous souhaitons cependant que Paci aide les dossiers les plus difficiles. »

Devant une salle où banquiers et entrepreneurs se côtoient, le trésorier de Paci, Yves-Martin Chave, dresse un rapide bilan : « En dix années, nous avons aidé 800 entreprises, dont les trois-quarts se sont maintenues au-delà de trois ans, ce qui représente 1 500 emplois créés. Nous avons accordé pour 8,5 millions d’euros de prêts d’honneur. Mais nous devons toujours veiller à ce que le projet soit viable. » Martial Binet a créé une société d’informatique. « Nous avons obtenu un prêt d’honneur de Paci de 8 000 €, et quand on a eu besoin d’un financement complémentaire, on a changé de banque. »

Ce que confirme Sauveur Cascone, pour la banque BPPC : « son projet était très clair, il est passé très facilement. Il y a une approche humaine que nous n’avons pas le temps de faire à la banque, c’est pourquoi on se tourne vers des réseaux d’accompagnement comme le Paci. » Jean Lautard, de la société de sérigraphie Signes, est installé à la zone Avon. « Nous avons démarré avec un prêt de 15 000€ de Paci et un prêt bancaire de 70000€. Nous venons d’obtenir des marchés en Corée et en Chine, on va tripler la surface de fabrication de l’atelier et se spécialiser dans le très grand format d’impression.  »

« Je suis heureux de voir des entreprises qui se développent et qui créent des emplois, constate Philippe Pintore. Mais j’ai une question aux banquiers : quels risques êtesvous prêts à prendre avec les PME, dans l’économie réelle, pas celle des traders ? » Jacques Riera, du Crédit Mutuel, répond : « pourquoi refuserions- nous une expertise complémentaire ? Je dis aux entreprises que je rencontre : Allez voir le Paci. » Sauveur Cascone confirme : « Nous avons une vision plus favorable avec une expertise. Chaque projet doit être financièrement réalisable. » Le nouveau prêt d’honneur au développement proposé par Paci concerne les entreprises ayant au moins un an d’activité, pour un montant maximum de 30000€, à taux zéro et remboursable sur trois ans.

La matinée s’est achevée par une remise symbolique de chèque à des entreprises gardannaises ayant été accompagnées par Paci en 2009 : d’un commerce de cycles à une autoécole en passant par un magasin de jouets, une cave à vin, un atelier de retouches, et des commerces de téléphonie mobile, de matériel informatique ou d’édition de logiciels. Les prêts vont de 4 000€ à 15 000 €.