A Morandat, on fertilise pour demain Bruno Colombari - Energies 480 - 10 octobre 2017

Mis à jour le

Les travaux d’aménagement de l’ancien carreau de mine se poursuivent sous l’impulsion de la Ville qui veut en faire un site pilote. Zoom sur ce qui se passe en ce moment à Morandat et sur ce qui se prépare pour les années à venir.

Attention, deux labels peuvent en cacher un autre : alors que le pôle d’activités Morandat devrait être prochainement labellisé ÉcoQuartier (une première pour un site de ce genre) et Quartiers durables méditerranéens, le directeur de la Semag, Nicolas Fortuit, compte bien décrocher le label Flexgrid (réseaux électriques intelligents) lancé par la région Paca. « L’ancien bâtiment électrique, situé tout près du chevalement, a vocation à devenir un gros data center qui pourra répondre aux besoins des entreprises installées sur place. Et on compte bien récupérer la chaleur qu’il produira pour la renvoyer dans les réseaux.  »

Toute la philosophie du pôle Morandat est là : privilégier les interactions, jouer la complémentarité, développer les circuits courts. Et ce n’est pas une image : dans quelques semaines, l’ancien carreau de mine sera relié par un cheminement piéton à l’avenue d’Arménie, à hauteur de l’Intermarché alors que cette voie sera équipée en début 2018 de trottoirs et pistes cyclables. Les travaux de voirie et les réseaux de l’entrée du site jusqu’au bâtiment du BRGM seront terminés fin octobre. Les espaces de stationnement seront réduits volontairement, afin de favoriser l’utilisation des transports en commun et les modes doux depuis la gare routière située à deux kilomètres.

GÉOTHERMIE, PHOTOVOLTAÏQUE ET DATA CENTER

La première entreprise à avoir acheté un lot, Steripure (qui a inventé un procédé de stérilisation des aliments secs par injection de vapeur saturée), vient tout juste de commencer le chantier de son bâtiment, qui sera prêt dans un an. Le toit sera couvert de panneaux photovoltaïques. L’aménagement de la géothermie avance aussi : les premiers lots à commercialiser seront desservis à l’été 2018.

« Mais pour finaliser les réseaux, il faut savoir où se situeront les bâtiments, ça se joue au centimètre près, » explique Nicolas Fortuit. Une SAS (Société par actions simplifiée) va être créée par la Semag avec l’entreprise Dalkia (groupe EDF), elle sera chargée d’exploiter le réseau de chaleur pendant vingt ans. La deuxième entreprise qui va s’installer sera IP Energie, actuellement située à Bompertuis et qui conçoit des data centers. Elle sera proche du chevalement et donnera sur la place du Vivre-ensemble un grand espace piéton qui longera l’actuel hôtel d’entreprises.

Quatre start-up innovantes vont se regrouper dans un futur bâtiment de 900m2. Enfin, l’entrée du site sera aménagée par un promoteur. « C’est un projet unique en Europe. Il y a quelque chose d’exceptionnel qui est en train de se produire, » affirme le maire Roger Meï.

Les idées innovantes ne manquent pas : une crèche interentreprises, la location de vélos et de trottinettes électriques, une voie de secours pompiers dans la pinède aménagée en parcours santé, une conciergerie solidaire mettant en commun tous les services qui peuvent l’être, une restauration basée sur les circuits courts, une distribution de paniers bio, des espaces de travail mutualisés... On a hâte de voir ça.