CMP

47 ingénieurs diplômés à Charpak Bruno Colombari

Mis à jour le

Le Centre Charpak de l’avenue de Mimet a connu le 20 septembre sa première remise de diplômes. 47 élèves de la promotion 2008 ont ainsi été nommés ingénieurs de l’école des mines de Saint-Étienne, spécialité microélectronique et applications.

L’amphithéâtre flambant neuf est déjà trop petit : en comptant la cinquantaine de nouveaux diplômés, leurs familles et les élèves de première et deuxième année, il a fallu s’assoir sur les marches et au pied de l’estrade pour suivre la remise des diplômes de la promotion 2008. Un dipôme de l’Éco le des mines de Saint-Étienne qui a valeur de sésame pour ces 35 garçons et 12 filles d’environ 25 ans qui (dans le pire des cas) vont devoir choisir parmi une dizaine de propositions d’emploi.

Certains n’ont déjà plus ce souci : ils ont été embauchés pendant leur période de stage, à des salaires qui atteignent parfois les 45000 euros annuels. Thalès, Eurocopter, Airbus, Hewlett-Packard, Cap Gemini, Orange ou la Société Générale se disputent ces nouveaux diplômés qui reviennent pour certains d’un stage de six mois à l’étranger, de New York à Taïwan en passant par la Suède ou la Grande-Bretagne.

Trois options sont enseignées à Gardanne : conception microélectronique (réalisation de puces), conception de systèmes informatiques (bases de données, ingénieurs système) et ingénierie des systèmes embarqués (pour les téléphones mobiles par exemple). Maxence Delaval venait d’Annecy et a découvert la Provence en 2004. « C’est une région avec beaucoup d’étudiants, et un climat magnifique. J’avais trouvé un logement à Aix. Je viens de faire un stage de six mois à la BNP Paribas, et j’ai été embauché par Codextan Sungard consulting. »

Myriem Ahazzan vient pour sa part de Tunis et a choisi l’option systèmes embarqués. « J’ai fait un stage à Paris et j’ai trouvé un emploi à Altec Conseil. Après avoir mis mon CV sur Internet, j’ai été contactée par plusieurs entreprises. Pendant mes études, j’ai habité un an à Aix et deux ans à Gardanne, qui est une ville très chaleureuse. » Raoul Rayar, qui termine un stage à la SNCF et qui va partir à Sofia Antipolis, regrette pour sa part de n’avoir pas pu profiter des nouveaux locaux du CMP : « on a déménagé en février, et en mars on partait en stage. Dommage, mais les nouveaux ont un bel outil à leur disposition. Je garderai un bon souvenir de Gardanne où avec Ingénieurs sans frontière nous avons eu des contacts avec la mairie et la Médiathèque. J’ai bien aimé aussi Arts et Festins du monde. »

Dans son discours aux étudiants, le directeur Philippe Collot a rappelé : « N’oubliez jamais qu’ingénieur est un métier, pas un statut social. » Roger Meï a pour sa part ajouté que la « culture scientifique est laissée de côté, en tant qu’ingénieurs vous avez des responsabilités dans ce domaine. Et n’oubliez pas que l’économie est au service de l’homme, et pas l’inverse. »

Un olivier pour Romain

Quelques minutes avant la remise des diplômes, un olivier a été planté sur la pelouse de la résidence des élèves. Un hommage à un étudiant, Romain Klun, décédé à 24 ans en février 2007 aux Orres lors d’un accident de sports d’hiver. En présence de ses parents, ses amis ont évoqué son souvenir avec pudeur et humour, rappelant son engagement dans le bureau des sports de l’école dont il a été le président, ainsi que dans le club musique. Romain était arrivé au CMP à Gardanne à la rentrée 2004, qui s’était déroulée au Centre Saint-Pierre à Biver.