MP 2013

2013, l’Odysée du puits Morandat Energies 400 - Jeremy Noé

Mis à jour le

Science et science-fiction au puits Morandat : projection de film, jeux, pique-nique collectif... retour sur l’un des moments les plus sympas de cette année MP 2013.

DANS MARSEILLE PROVENCE 2013 selon le Maire Roger Meï et Mustapha El Miri, élu à la Culture, il y a l’idée que les Provençaux puissent se réapproprier leur territoire, et la conviction que la culture passe aussi par la science. Illustration parfaite ce 12 juillet dernier avec une fête Science et Science-Fiction au puits Morandat ; soit le meilleur de MP 2013 et de Gardanne réuni en un lieu emblématique du terroir et une série d’animations pour tous. Une fête à l’image du futur visage du puits (pour l’heure hôtel d’entreprises innovantes), qui a l’ambition de devenir un pôle de création scientifique et artistique.

Ainsi, alors qu’on commémore cette année les dix ans de la fermeture de la mine à Gardanne, pas question de pleurer le passé, même s’il en était un peu question –avec respect. Les anciens mineurs de l’association LSR ont assuré des visites commentées du lieu très suivies, tandis qu’un jeu de piste était organisé sur tout le site par la Ville. Entre la salle des pendus et la lampisterie, des questions parfois un poil ardues, mais qui semblaient contenter les participants.

« Elles sont dures vos énigmes, commentait Joëlle, venue avec son petit-fils Émilien, 6 ans. Mais c’est super, même pour un petit de 6 ans. On ne savait pas quoi faire, alors on est venu voir l’exposition, et au final on a aussi fait le jeu. On va mettre ça dans son cahier de vacances. » Émilien, comme de nombreux participants, est en outre reparti avec des petits cadeaux pour marquer le coup : gobelets, autocollants siglés du logo MP 2013.

Et donc, après le volet patrimoine, place au high tech et à la science-fiction. L’exposition interactive Tribul@tions d’une goutte d’eau, à visiter avec une tablette numérique, a fait le plein, aux côtés de démonstrations et manipulations de l’association Planète Sciences qui, à l’aide de maquettes, expliquait Le calcaire à travers les âges, L’érosion, et se proposait de détailler le chemin pris par l’eau pour atteindre nos robinets.

Il était ensuite question de bouffe – car les découvertes, c’est bien connu, ça creuse– avec une petite restauration offerte par les Carrioles de la Friche et l’association Gardanne au coeur, laquelle n’a pas ménagé ses efforts pour sustenter les bénévoles qui ont participé à la fête. Le tout en musique, avec la formation étudiante Brass band Odyssound, à l’entrain et au grain de folie communicatifs. Et puis on a un faible pour Britney Spears, alors re-interprétée version fanfare : ça le fait !

Enfin, le clou de la fête : une projection en plein air, sur le carreau de la mine, du classique de Stanley Kubrick, 2001 l’Odyssée de l’espace. Dans le public, des jeunes, des vieux – et finalement pas mal de jeunes venus, pack de bières et couvertures à la main, découvrir ce film déjà âgé (sorti en 1968) dans ces conditions très spéciales. Sous les étoiles, au pied de la mine, la montée des percussions d’Ainsi parlait Zarathoustra pendant les premières minutes (les singes, le monolithe noir, toussa) prenait une dimension particulière, gros frissons à la clé. Assurément l’un des meilleurs moments offerts en cette année Capitale, en attendant la Fête de la Science du 7 au 12 octobre prochains.