Une boîte à livres en mode participatif

Publié le

Selon les endroits, on appelle ça des Bibliobox. À Gardanne, ce sera Boîtes à livres. La première du genre a été posée le 20 mars sur la façade de l’Hôtel de ville. Pour la petite histoire, c’est le roman du Bivérois René Dzagoyan, Vadim Bronsky, qui a été déposé par Roger Meï. Deux autres boîtes seront prochainement installées à la mairie annexe de Biver et devant la Médiathèque.

Le projet est né de Citoyens solidaires, au printemps 2017. Un questionnaire a été diffusé lors de Troc nature et au Forum des associations, lançant un appel au bénévolat pour imaginer, fabriquer et suivre ces fameuses boîtes. Le principe est très simple : vous avez chez vous un livre que vous voulez faire partager ? Vous le déposez dans la boîte à livres. Si vous en trouvez un qui vous plaît, libre à vous de le prendre. Vous pouvez le garder, ou le remettre en circulation dans une autre boîte, ou le laisser dans un train, par exemple. L’idée étant de faire circuler des livres qui prennent la poussière sur vos étagères.

Une douzaine d’habitants ont participé à l’opération à Gardanne. « On a cherché sur Internet ce qui se faisait ailleurs, à l’étranger, » témoigne Andrée, bénévole. Des réunions préparatoires ont permis de dessiner les boîtes, réfléchir aux contraintes techniques, aux lieux où en mettre, à quelle hauteur les installer pour qu’elles soient accessibles aux enfants et aux personnes en fauteuil... « Il y avait trois objectifs : donner une deuxième vie aux livres, créer du lien social par des échanges non marchands et fédérer des habitants sur un projet participatif, » explique Laure Roméo, responsable du dispositif Citoyens solidaires.

« Nous avons travaillé avec des menuisiers et un ferronnier du Centre technique municipal, raconte Jacqueline, bénévole. Ils sont venus deux fois à la MVA avec leurs outils pour nous aider à fabriquer les boîtes. On a appris à percer le bois, à visser, c’était très convivial. » Il y a eu aussi des échanges avec l’école d’arts plastiques pour apposer une patine. « On va continuer, on veut faire d’autres boîtes, surtout qu’on est une bonne équipe ! » conclut Marie, bénévole.

 

Dans l'actu