La vie s’organise au Domaine de l’Olivier

Publié le

Les quatre-vingt-quatre résidents de la maison de retraite sont bien entourés. L’ensemble du personnel est présent chaque jour, chaque nuit, et tente de garder sa bonne humeur malgré le contexte. Actuellement, aucun cas de Covid-19 n’est à déplorer au sein de l’établissement.

« Nous avons anticipé les restrictions en demandant aux familles de ne plus venir rendre visite à nos résidents une semaine avant l’annonce du confinement par le gouvernement, explique Yann Hamouda, directeur de l’établissement, et nous savons que c’est difficile. Du côté du personnel, chacun doit prendre sa température avant de rejoindre son poste. Nous avons des réunions régulières et rappelons les gestes barrière, même si en temps normal, c’est un peu notre quotidien ! Je tiens sincèrement à les remercier de leur implication et je les encourage chaque jour à prendre également soin d’eux. Nous traversons ensemble un moment douloureux… »


Crédit photo : photo Margaux Meclot

Une situation difficile à vivre pour les résidents comme pour le personnel qui regorge d’initiatives pour rendre la situation la moins pesante possible. Comme le souligne Anna Gatti, animatrice au Domaine de l’Olivier, « c’est très émouvant pour l’ensemble des agents de devoir évoluer dans ces conditions. Habituellement, tout est mis en place pour maintenir le lien social de nos résidents, entre eux, avec leurs familles, avec nous… là, on nous demande de le rompre, c’est dur vraiment... Nous essayons de passer du temps avec chacun. Nous répondons à toutes les familles qui appellent pour avoir des nouvelles de leurs proches, bien conscients que ce n’est facile pour personne. Elles ont la possibilité de les contacter par Skype si elles le souhaitent et c’est très apprécié. Pour beaucoup, c’est une première et c’est très rassurant. » Une belle initiative !

Les résidents eux, pour ceux qui se rendent compte de ce que nous sommes en train de traverser, prennent majoritairement les choses au sérieux. Certains sont philosophes et comprennent, d’autres ont plus de difficultés. C’est auprès de ces derniers que la vigilance du personnel est plus accrue encore. Il faut échanger, discuter, lever les craintes, les rassurer, les protéger et tenter de leur faire prendre conscience que la période de guerre que beaucoup ont connu est différente cette fois-ci… l’ennemi est invisible.

Un grand merci à tout ce personnel qui jour et nuit est présent auprès des plus fragiles, qui se donne sans compter, qui prend des risques aussi mais toujours avec le sourire, au moins en apparence… BRAVO !!!

 

Dans l'actu