Ville de Gardanne
http://www.ville-gardanne.fr/Ecole-d-ingenieurs-les-travaux
École d'ingénieurs : les travaux reprennent
Chantier du Centre Microélectronique de Provence / Stéphane Conty
jeudi, 6 octobre 2005
/ Bruno Colombari

Ce mois ci le chantier du Centre Microélectronique de Provence Georges- Charpak redémarre avec une livraison de l’ensemble programmée pour l’été 2007. Dans le même temps la commune entreprend des aménagements sur la départementale 7 dont certains sont en liaison directe avec l’école. Présentation des deux chantiers.

La pose de la première pierre du futur Centre microélectronique de Provence Georges-Charpak (CMPGC) aura lieu en octobre et les travaux du grosoeuvre démarreront dans le même temps. Le projet architectural avait été présenté le 19 juin 2004 à la Médiathèque par son créateur, l’architecte Aymeric Zublena, dont la réalisation la plus célèbre est sans conteste le Stade de France.

Construit en bordure de la route de Mimet (RD7), le CMPGC sera constitué de 19 000m2 de locaux répartis en deux entités sur 6 ha de terrain répartis des deux côtés de la route. Acôté du château Laurin qui sera conservé se trouveront les locaux de cours et de recherches, de même que la partie administrative. En face prendront place les bâtiments relatifs à l’hébergement des étudiants et des installations sportives.

Comme l’explique Nicolas Sennequier directeur délégué du site, « nous avons signé les notifications le 19 septembre, et les travaux vont débuter en octobre pour un coût global de 46,1 millions d’euros. A partir de là, le calendrier des travaux prévoit une première livraison de lots pour octobre 2006. Il s’agit de “la halle système” qui abritera notamment les salles blanches, c’est à dire les locaux dédiés à la recherche. Le deuxième lot comprendra un premier bâtiment de 60 logements étudiants. Cet aspect est important car la possibilité de se loger à proximité de l’école facilite la vie des étudiants et constitue donc un facteur d’attractivité majeur pour eux. Par contre les cours continueront d’êtres assurés dans les locaux de Biver. La deuxième livraison se fera en juillet 2007 et comprendra les salles de cours, le réfectoire, le bâtiment des étudiants et 98 logements supplémentaires. Les étudiants feront donc leur rentrée 2007 sur le site. »

Le projet prévoit que par la suite puissent être construits un gymnase, une résidence pouvant accueillir des professeurs et chercheurs de passage sur le site et la restauration du château Laurin. A l’heure actuelle ces aménagements ne font toutefois pas l’objet d’un calendrier arrêté.

Les Gardannais qui fréquentent la RD7 ont sans doute remarqué que le chantier du centre microélectronique de Provence Georges-Charpak (CMPGC) était figé depuis quelques mois. Les fondations avaient été creusées et les réseaux installés et depuis, plus rien. Les causes de ce ralentissement dans les travaux sont de deux ordres. D’une part, comme l’explique Nicolas Sennequier, « la procédure d’appel d’offres lancée en octobre 2004 a amené des propositions faites par les entreprises supérieures d’au moins 28% aux coûts prévisionnels des travaux. Ensuite, l’État tardant a doter le Centre de moyens humains supplémentaires pour 2005, la direction de l’École des mines de Saint-Étienne dont dépend le CMPGC a préféré attendre un signe fort du gouvernement avant d’engager les travaux. Lorsque cela a été fait, nous avons apporté quelques modifications au projet et avons lancé une nouvelle procédure d’appel d’offres en février 2005 » conclut Nicolas Sennequier.

Aménagement de la RD7

Parallèlement au chantier du CMPGC, la commune va engager des travaux d’aménagement de la RD7 qui se dérouleront en deux tranches. La première va consister à aménager et sécuriser les abords de l’école sur une section de route allant du chemin des mines au chemin Font de Garach. Comme le commente Jeannot Menfi adjoint aux travaux, « l’école est implantée de part et d’autre de la route, il était donc nécessaire d’aménager le passage entre les deux parties. Plutôt que la construction d’un giratoire, nous sommes tombés d’accord avec la direction de l’école pour aménager une place d’accès qui réponde aux besoins évidents de sécurité tout en conservant l’unité paysagère et architecturale de l’ensemble du site. »

Les responsables des services techniques municipauxnous expliquent que « la surface traitée pour la réalisation de cette place sera donc de 2 340m2. Elle va être recouverte d’une résine en forme de pavés et d’une teinte proche des pavés prévus à l’intérieur des accès du centre. Nous allons aussi utiliser un enrobé grenaillé par projection de microbilles dont la teinte sera plus claire qu’un enrobé traditionnel. Toujours dans un soucis d’unité pour l’ensemble du site, ce sont des magnolias qui seront plantés. »

Toutefois les aménagements ne se limitent pas à la réalisation de cette place. Cette première tranche de travaux comprend également la création d’un giratoire qui permettra de raccorder le chemin de la reine Jeanne et le lotissement des Norias à la RD7 et qui obligera les véhicules à ralentir à l’approche du CMPGC. « Ce sera l’occasion de revoir tous les réseaux EDF, France Télécom et pluvial. La régie des eaux va aussi profiter des travaux pour reprendre ses conduites d’assainissement et d’eau potable. Enfin, un bassin de rétention va être réalisé non loin du chemin des mines, chemin qui va devenir piétonnier » commente Jean Rimauro responsable de la voirie.

Pour cette première tranche les travaux devraient commencer en mars-avril 2006 et se terminer en juillet 2007, en même temps que ceux du CMPGC. Son coût global sera d’environ 2,5 millions d’euros pris en charge par la mairie (financés en partie par des subventions), dont 420 000 euros pour la réalisation de la place d’accès à l’école de microélectronique.

La deuxième tranche qui ne devrait pas débuter avant 2008 concernera la section de la RD7 allant du chemin des mines au rond point de la Médiathèque. Les travaux porteront principalement sur l’aménagement de trottoirs, d’une piste cyclable, de stationnements et sur l’installation de systèmes de ralentisseurs pour un coût d’environ 1,5 million d’euros.