Ville de Gardanne
http://www.ville-gardanne.fr/No05-Information-Point-sur-la-rentree-scolaire
N°05 - Information : Point sur la rentrée scolaire
Rapporteur M. Pontet
mardi, 5 novembre 2019
/ Bruno Colombari

Monsieur le Maire : Monsieur Pontet comment s’est passée la rentrée scolaire ?

Monsieur Pontet : Sur la rentrée scolaire, les effectifs globalement sur la commune sont en hausse, ils sont en hausse de 40 élèves supplémentaires à peu près qui fréquentent nos écoles, avec des groupes scolaires, notamment ceux du centre qui sont un petit peu en tension par rapport à leurs effectifs, mais des solutions sont trouvées régulièrement. Nous avons donc cette année suite à la loi Blanquer, dédoublé encore les CE1 et donc, les CP et CE1 en zone REP sont avec des effectifs de 15 élèves par classe. Je crois que pédagogiquement c’est une bonne chose, on peut tout à fait considérer que le travail qui est réalisé avec 15 élèves est porteur pour eux.

En revanche, il faut mettre l’accent aussi sur les suppressions de postes qui se passent dans le secondaire. Les conditions de travail aussi qu’ont les AVS et les AEHS qui ont un vrai métier, on l’avait déjà soulevé lors d’un autre Conseil Municipal. Je crois que notre rôle, c’est aussi de les soutenir et de demander au Gouvernement que ces postes, soient vraiment des postes dont le statut doit être revu et puis aussi leurs salaires, parce qu’elles apportent énormément à des élèves porteurs de handicaps et je crois que les conditions salariales doivent être revues.

En ce qui concerne les travaux, pas mal de travaux ont été faits dans les écoles, des reprises de toitures, des agrandissements pour répondre au mieux justement à l’accueil des enfants, notamment en maternelle puisqu’on a agrandi le dortoir de l’école des Aires. On a aussi fait pas mal de travaux supplémentaires sur l’isolation, sur les aménagements liés justement au dédoublement des classes et ce n’est pas facile puisque dès l’année prochaine, le Gouvernement prévoit le dédoublement des grandes sections en zone REP. Ce qui veut dire encore des classes qu’il va falloir dédoubler, encore des locaux que la Collectivité va devoir aménager.

Je crois que l’on peut demander au Gouvernement de nous laisser un an de répit sur cette question parce que la ville a déjà, enfin les villes, pas que la nôtre, mais la nôtre l’a fait de façon correcte, parce qu’il y a d’autres villes qui séparent simplement les classes avec une cloison ou alors qui laissent deux enseignants dans une classe et ce ne sont pas des conditions idéales. Nous nous faisons en sorte que nos gamins soient accueillis dans les meilleures conditions et effectivement nous ce qu’on demande c’est le report d’un an de ces dédoublements de grandes sections parce que les communes doivent souffler.

Il faut que l’on se pose, qu’on analyse et qu’on réfléchisse à comment on peut donner les meilleures conditions de travail à nos enfants. Une année qui porte un nouveau projet, les temps d’accompagnement personnalisés, à la place des études surveillées, on en avait déjà parlé, on en reparlera sur une délibération en fin de Conseil, ces temps d’accompagnement personnalisés ont commencé cette semaine, on est vigilant on va voir comment cela se passe avec un accompagnement effectué par des enseignants et majoritairement par des enseignants. On en avait peu il y a un an et demi en arrière, aujourd’hui, on peut se satisfaire, 50% d’enseignants en plus participent au dispositif.

Franchement, c’est très positif, on a su créer les conditions et le succès est là, on a une fréquentation qui est énorme, on a pour le moment quelques listes d’attente mais qui vont être résorbées dans les 15 jours qui viennent parce que justement on est en train de faire un tri, de voir un petit peu par rapport aux inscriptions comment cela s’est passé de façon à permettre à tous les enfants Gardannais de bénéficier d’accompagnements personnalisés tous les soirs, en tous cas trois soirs par semaine dans le cadre des activités périscolaires.

Une autre satisfaction, c’est la réussite du retour à la semaine à 4 jours. A travers le comité de suivi, on a créé avec Mme Primo, Mme Masini aussi et Samia Gamèche, on a créé les conditions pour que le retour à 4 jours se fasse dans les meilleures conditions et on s’aperçoit aujourd’hui que la proposition qui a été faite sur l’organisation est bien faite, elle fonctionne et cela permet aujourd’hui de mener le travail de fond sur le périscolaire qu’on s’était engagé à faire. Je crois qu’aujourd’hui, les choses se sont bien remises en place.

Je rappellerai aussi les efforts considérables qui sont faits sur la restauration parce que cela fait partie aussi des enjeux que nous nous devons mettre en avant par rapport à nos enfants dans le cadre de leur scolarité. La restauration, c’est des viandes labellisées, c’est du bio, ce sont des circuits courts, ce sont des partenariats avec le parc agro-écologique qui se trouve sur Barème et il faut savoir que cet été, ce sont 5 tonnes de légumes qui ont été cueillis dans le parc agro-écologique et qui ont été cuisinés à la cuisine centrale.

Cette cuisine centrale qui sera inaugurée au mois de novembre avec tout ce que cela représente, un nouvel outil qui va permettre à nos employés de la restauration de travailler dans des conditions plus que correctes et avec du matériel qui est adapté à la production des repas que l’on met en œuvre tous les jours. A la fois pour nos séniors parce que je crois que c’est aussi une grosse partie "Chérifa tu le sais" et aussi pour nos enfants dans les écoles.

Je terminerai en rappelant quand même les engagements que Roger Meï a pris depuis des années sur la question de l’éducation, ce sont les tarifs au quotient familial permettant à tous d’avoir accès sans qu’à la fin du mois la facture tombe et que cela fasse mal aux familles gardannaises. Ce sont aussi les tarifs accessibles à la restauration à partir de 0,50 cts d’euros qui permettent à tous les enfants au moins une fois par jour d’avoir un repas équilibré et de qualité. Ce sont tous les dispositifs qui sont mis en place sur l’accompagnement scolaire des collégiens, sur "Opéra à l’Ecole" sur "Orchestre à l’école" qui luttent contre le décrochage scolaire, je crois que c’est important de le rappeler.

Enfin, la création des instances de dialogue que nous avons mis en place au travers des Comités Consultatifs, on travaille avec les parents d’élèves, ils se déplacent. Ces espaces, sont vraiment des espaces de construction, de projets, et les projets qui sont développés et qui vont être développés dans les mois à venir s’axent majoritairement sur l’environnement. Nous avons rencontré avec Monsieur le Maire, les directions d’école avec lesquelles nous allons travailler sur une charte commune pour avoir un label qui s’appelle le label E3D, c’est un label qui est décerné par l’Education Nationale sur la question du respect de l’environnement au sein même de notre école.

J’ajouterai, cela n’a rien à voir avec la rentrée, qu’il y a de nombreuses initiatives citoyennes qui sont en train de se créer autour du respect de notre ville et de la propreté de celle-ci. Dans les jours qui viennent, en effet, il y a des citoyens qui vont se mobiliser et vous serez au courant, à leur initiative et la municipalité sera simplement en support pour accompagner à réaliser le maintien de la propreté de la ville.

Monsieur le Maire : L’inauguration de la cuisine centrale, c’est le 9 novembre, mais je voudrais aussi ajouter que cela va nous poser des problèmes pour accepter tous nos enfants de nos écoles.

Monsieur Pontet : Oui, effectivement, les réfectoires sont "archi" pleins, mais on est sur le terrain, on essaie de trouver des solutions pour agrandir systématiquement. Après on ne peut pas répondre toujours avec de l’ajustement, ce n’est pas possible. Aujourd’hui, je pense qu’il est nécessaire de proposer des projets structurants pour agrandir nos réfectoires, c’est une volonté de notre part, mais la législation fait qu’on est dans l’obligation d’accueillir tous les élèves et on ne peut pas refuser d’enfants pour qu’ils mangent à la cantine. A la fois, c’est tout à fait la posture qui est la nôtre, mais c’est toujours bien de le rappeler, on va essayer de trouver des solutions de façons à ce que tous les enfants puissent bénéficier de cette qualité et des repas que l’on organise dans nos restaurants scolaires.

Monsieur le Maire : Je voulais finir en rappelant qu’on a mis en place des circuits courts. On produit le tiers de nos fruits et légumes et on a obtenu, vous vous en rappelez avec la ville de Nice, le prix des deux Collectivités Locales qui offrent les meilleurs repas à leurs concitoyens, écoles et autres. Je crois qu’il ne faut pas l’oublier, on continue sur cette lancée et on est même allé plus loin.

Monsieur Rigaud : Juste une question à M. Pontet ou M. Porcédo, l’année dernière avait été mise en place une volonté d’intégrer et de faire participer des associations à des activités périscolaires et je voudrais savoir si cette année éventuellement cela est renouvelé ?

Monsieur Pontet : On a rencontré des associations avec M. Porcédo, il y a un petit moment déjà 6 à 8 mois, elles sont venues au volontariat, on a travaillé avec elles et il y en a certaines qui interviennent déjà sur le temps périscolaire. Je crois que cela demande encore à être travaillé parce que l’on a quand même un personnel municipal qui fait de l’excellent travail d’animation. Jusqu’à aujourd’hui, il y avait des garderies en place etc, aujourd’hui on essaie de travailler le fond du projet et les associations doivent être associées à ce travail sur le périscolaire, c’est fondamental. Après on ne peut pas non plus, faire intervenir des dizaines et des dizaines d’associations sur ce temps, puisqu’on a du personnel dont c’est le métier et dont on doit pérenniser l’action. C’est ce qui est en train d’être fait, donc, actuellement on a des associations qui interviennent, on a du personnel qui travaille le fonds du projet périscolaire, on continuera à l’accentuer, mais sans de façon démesurée en mettant des dizaines d’associations qui interviendraient sans savoir sur quel temps et à quel moment.

Monsieur Porcédo : Complètement en ligne, l’intervention des associations sur le temps périscolaire, c’est une intervention qui doit apporter une valeur ajoutée, ce n’est pas une intervention de substitution bien évidemment. Donc, amener une valeur ajoutée, cela veut dire prendre le temps de faire l’inventaire des animations, des activités dont on pourrait avoir besoin, là on en a identifié deux. Ce sont des associations qui sont volontaires pour intervenir cette année en complément des autres, qui sont par exemple le football américain qui souhaite intervenir, on a aussi de la danse contemporaine qui travaille dans le cadre des cultures urbaines qui est prête aussi à intervenir. Donc, c’est un élément supplémentaire, c’est une valeur ajoutée, c’est conçu comme une valeur ajoutée, je le répète pas comme une substitution. C’est en même temps, en fait, ce travail d’exploration créative que l’on a fait avec les associations qui en fait est un éloge de la sérendipité qui nous permet de pouvoir apporter un supplément d’activités et un supplément d’animations pour les enfants dans le cadre du temps périscolaire.

Monsieur Garella : Ne vous inquiétez pas cela concerne la ville puisque M. La Piana prend des notes. Si je suis maire, je vais vous dire ce que je vais faire. On va vendre le centre de Bandol immédiatement, "puisqu’il y a la presse on va le mettre" dès que le délai nous le permet on le vend entre 3,4,5 millions on le fera évaluer puisqu’on ne touche que 1 500 euros de loyer et on va faire un centre aéré, mais pas au bout du 3ème ou du 4ème mandat, moi je n’ambitionne pas d’être maire pendant 40 ans, immédiatement on fera un centre aéré à la ferme de la Campagne "Nouveau" que vous avez préemptée pour ne rien en faire et qui tombe en ruine.

Donc, là-haut on fera, ce n’est pas notre vision, c’est pour cela que je me présente contre vous, on fera un centre aéré de suite et pas dans 6 ans immédiatement et cela, je pense, que pour les enfants c’est une bonne politique parce que depuis 40 ans, le centre aéré se passe dans les classes et les enfants de la ZAC ne comprennent pas pourquoi la semaine, ils font l’école et que quand ce sont les vacances ils peuvent jouer, et puis la semaine d’après, ils refont l’école franchement ce n’est pas terrible.

Donc, voilà l’engagement que moi je prends ici devant vous ce soir ! Si M. La Piana veut le noter puisque vous n’aurez pas fini votre programme, vous pourrez le rajouter au cas où je ne sois pas élu, cela me ferait quand même plaisir pour les enfants de Gardanne.

Monsieur le Maire : Alors c’est la première fois que j’attends M. Garella faire de l’humour !

Monsieur Garella : Ce n’est pas de l’humour, vous verrez en mars !

Monsieur le Maire : Je crois que c’est mercredi la tenue de la première réunion sur la mise en place du centre aéré de Gardanne. Vous savez que maintenant les pompiers ont construit leur nouvelle caserne et ils ont libéré leur ancienne caserne qui est en dehors du "Boil Over" de Péchiney. Dès mercredi prochain première réunion avec les parents pour la mise en place d’un centre aéré dans l’ancienne caserne, s’il faut la démolir parce qu’elle pourrait ne pas être suffisante on le fera, on aménagera M. Porcédo s’il faut le gymnase, parce qu’il y a des choses à faire et puis éventuellement on transportera les écoles de musique et d’arts plastiques car leurs locaux sont très étroits. Donc, le projet est en cours, il commence dès mercredi et la réflexion commence.

Concernant Bandol, on a envoyé 30 familles à Bandol ou bien près du Lac de Savine, passer des vacances gratuitement et cela pour nous c’est important. Le vendre, oui c’est possible, mais franchement les Gardannais qui vont là-bas ils sont satisfaits. Si cela avait été possible on aurait acheté le centre de Boulouris, mais le maire de St Raphaël que j’ai appelé m’a dit "j’en fais un centre d’apprentissage ou des HLM" donc cela n’a pas été possible. Mais, le plus intéressant était celui du Grau du Roi, j’ai mangé avec le maire, ce centre il est à 50 mètres de la mer dans des conditions extraordinaires et il m’a dit "Roger tu peux compter sur moi" mais malheureusement, il l’a vendu pour réaliser une maison de retraite. Mais sinon, c’était un lieu extraordinaire. Mais ce que la mine nous a laissé, on le valorise, on ne l’abandonne pas.

Monsieur Amic : Monsieur le Maire déjà laissez-moi, vous félicitez pour la cuisine centrale parce que nous ne l’avons pas fait. C’est important, c’est un outil formidable, je félicite Anthony Pontet et tous les gens qui sont intervenus dessus. C’est vraiment quelque chose de génial pour la ville, je tiens à vous le dire pour les séniors, pour tout le monde, pour tous ceux qui partagent les repas et pour la politique des prix.

Maintenant pour revenir à votre vocabulaire, je suis désolé, Monsieur le Maire, personne ne parle d’abandonner le centre de Bandol, c’est vous qui l’avez abandonné pour 1 500 euros de loyer par mois Monsieur le Maire et 30 familles, pour un patrimoine de 6 millions d’euros. Or, je sais qu’au fond de vous, vous êtes de centre droit, je le sais et vous êtes attaché à l’économie de la ville je le sais. Ce que vous avez dit tout à l’heure sur Jacques Chirac cela ne peut pas être un homme communiste qui dise cela ! Ce n’est pas possible ! Moi je sais qu’à la fin, vous êtes en fait un refoulé de droite, moi j’en ai conscience et à la fin de ce mandat vous allez enfin le dire !

Donc, pour revenir à l’économie sur le centre de Bandol qui vaut à peu près 5, 6 millions d’euros à peu près, Jean-Marc prends de nouvelles notes, mais je te garantis que c’est à peu près cette valeur-là, surtout que M. le Maire, qu’une partie du terrain est constructible là-bas. Vous avez décidé de le laisser pour une rente de 18 000 euros, je crois par an, pour effectivement une trentaine de familles qui ont à peu près les mêmes tarifs qu’Expédia. C’est-à-dire 10 ou 15 % de réduction alors que ces familles sont propriétaires, Monsieur le Maire, de ce centre.

Alors de deux choses l’une, soit vous augmentez le loyer et effectivement vous n’abandonnez pas Bandol et vous mettez un loyer en adéquation avec ce que gagne en fait le preneur, c’est-à-dire la personne qui s’occupe du centre, soit vous réduisez massivement les tarifs pour les Gardannais mais pas de 10, 15, 20 mais de 50% ou pourquoi pas quelques voyages gratuits pour certaines familles dans de grandes difficultés. Mais ce que vient de proposer Jean-Brice c’est au contraire de dire, que l’on a un patrimoine lointain en fait qui n’est utilisé que par une trentaine de familles pour revenir et dire on fait un centre véritablement aéré.

Les gens de Gardanne savent que l’aménagement de Fontvenelle, tel qu’il a été fait, l’étang, le cadre sportif a été l’un des beaux aménagements de vos différents mandats. Mais à l’heure actuelle un centre aéré ne peut pas se mettre là-bas, les enfants ne sont pas véritablement aérés, aéré, c’est la forêt, c’est le centre aéré que possède Mimet.

Dernier élément Monsieur le Maire, concernant vos réunions, je me rappelle vos premières réunions sur le Foyer des Séniors, je crois que c’était il y a 15 ans la première réunion, malheureusement, tout le monde n’a pas pu en profiter et c’était des séniors. Ce qui compte pour le centre aéré, ce ne sont pas des débuts de réunions, c’est quel projet réel ? Quels financements ? Surtout la date d’engagement comme vous avez votre successeur à côté c’est très facile de prendre des dates d’engagement. Ce centre aéré, pour le moment, Jean-Brice a fait une proposition vous la refusez, comme vous allez refuser d’augmenter le loyer à Destination Voyage ? Je ne sais pas qui loue à Bandol ? C’est vous qui avez abandonné le patrimoine de la mine, Monsieur le Maire.

Monsieur le Maire : Quand on a acquis Bandol, effectivement pour pas cher, le bâtiment était en mauvais état. On a demandé un loyer à VTF, c’est un organisme de vacances populaires qui pense comme nous, qu’il faut que les gens puissent y accéder quelles que soient leurs ressources. Donc, je rappelle 30 familles sont allées passer leurs vacances gratuitement là-bas. Ils sont en train d’aménager, de rénover par l’exemple l’ascenseur. Effectivement, cela a un coût et même si on ne leur demande pas beaucoup, tous les travaux valorisent notre patrimoine. Au lieu de le vendre à 2,3 millions d’ici quelques années, il en va coûter 10 ou 20 millions. Cela fait partie de notre politique, on le fait d’ailleurs également à Ailefroide.

Là aussi, on demande peu à la personne qui gère, mais elle répare tout, elle remet tout en état et cela compte. Donc, le patrimoine de la commune devient de plus en plus important, il faut entretenir les choses. Quant au centre aéré de Gardanne, je vous rappelle qu’il y a quelques années c’est moi qui l’ai créé dans ma classe avec quelques moniteurs, donc j’y tiens beaucoup, et là il va être situé pas loin d’écoles dans un contexte magnifique et ce n’est pas loin ! Il y aura l’école de musique, l’école d’arts plastiques, il y aura tout un ensemble et on en reparlera M. Porcédo, si le gymnase est en mauvais état ou autres on fera la rénovation qui sera nécessaire.

Monsieur Pontet : Je voulais juste ajouter que ce centre de loisirs bien sûr qu’il est réfléchi et vous le savez en même temps, il ne sort pas du chapeau. Il est réfléchi parce que ce lieu de Fontvenelle on ne l’a pas choisi par défaut, on l’a choisi parce qu’on a des instances et je vous le disais tout à l’heure, de consultation de parents d’élèves, Monsieur le Maire lance la première réunion effectivement mercredi soir, c’est une réunion rencontre, mais on a déjà consulté les parents d’élèves qui trouvent effectivement de façon pratique, cet accès à Fontvenelle, c’est un accès pratique pour les gens.

C’est là on l’on voit que vous ne maîtrisez pas vos dossiers et que vous ne connaissez pas les besoins réels de la population parce que ce centre de loisirs si vous le mettez en pleine colline là-haut, c’est bien, mais vous pensez à l’aspect pratique pour les parents d’élèves qui travaillent à h le matin qui doivent amener leurs enfants qui doivent monter, revenir etc et perdre encore une demi-heure. Non, aujourd’hui, on se doit de faire un outil pratique qui correspond aux besoins ! Fontvenelle, oui, c’est une zone qui peut accueillir un centre de loisirs, qui peut accueillir les écoles, effectivement d’arts et de musique parce que cela s’y prête. Parce que derrière on a un lac, parce que derrière on a un complexe sportif et parce qu’on a des potentialités sur une école qui est à proximité. Je crois qu’on a fait le bon choix et chacun proposera son centre de loisirs de toutes les façons je crois. Mais en tous cas, nous le nôtre est réfléchi et je pense qu’on le fait dans le bon sens.

Monsieur le Maire : Je vous invite M. Amic. Allez un mot Mme Primo et après on arrête.

Madame Primo : Je voulais juste dire qu’il faut se calmer parce que les élections municipales sont dans 6 mois. Si à tous les conseils municipaux chacun se balance des financements, des engagements financiers à je ne sais pas combien de millions d’euros, cela va coûter cher aux Gardannais, je vous le dis. Donc, je pense qu’il faut un peu se calmer et regarder les choses dans le prolongement et avec sérénité. Parce que c’est facile de faire des promesses, je crois qu’après derrière cela il y a des conditions de gestion, des moyens financiers, des compétences et que tout cela ne va pas se traiter au travers des promesses, même si elles sont dans le journal et je respecte les journalistes.

Monsieur le Maire : C’est elle qui tient les cordons de la bourse et elle est dure. Quand quelque chose est annoncée sous son contrôle, elle se fait.

PAS DE VOTE SUR CETTE QUESTION