Ville de Gardanne
http://www.ville-gardanne.fr/Proprete-si-chacun-fait-un-geste-on-y-gagne-tous
Propreté : si chacun fait un geste, on y gagne tous
Energies n°474 - 10 mai 2017 - Carole Nerini
vendredi, 12 mai 2017

Engagée dans une démarche de charte locale pour l’environnement depuis l’an 2000, la Ville met en place de nombreuses actions pour faire de Gardanne une Terre d’énergies positives. Si la propreté reste un axe prioritaire pour cette année 2017, c’est dans une démarche de participation citoyenne que s’inscrit l’ensemble des projets environnementaux.

Cette Charte, signée en début d’année et dont nous vous avons déjà parlé comporte cinq axes autour desquels des actions sont engagées et vont se développer.

GARDANNE FAVORISE LES CIRCUITS COURTS, avec une volonté de la cuisine centrale de s’approvisionner au maximum auprès des producteurs locaux et de favoriser les produits labellisés et biologiques en restauration collective.

Le service municipal de la restaur a t i o n travaille également autour de l’éducation nutritionnelle, la lutte contre le gaspillage alimentaire et le recyclage des déchets. Le développement de la ressourcerie avec une antenne directement basée à la déchèterie fait aussi partie de cet axe.

GARDANNE PRÉSERVE SON CADRE DE VIE, un second point et non des moindres qui concerne les actions en matière de propreté et de respect de l’environnement : arrêt des produits phytosanitaires, création des jardins partagés et sensibilisation auprès d’un large public sont actés et vont se poursuivre. Un projet de mise en place de jardins participatifs en centre-ville et dans les quartiers en zone urbaine est à l’étude.

GARDANNE RÉUSSIT SA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, un axe qui devra permettre à chacun d’économiser les énergies. Vont se poursuivre : l‘équipement des luminaires par des Leds, l’installation de variateurs de puissance, l’achat de véhicules électriques, le développement du photovoltaïque, la construction de bâtiments durables...

CONCERNANT LE VOLET PORTANT SUR LES ACTIONS ÉCOCITOYENNES ET ÉDUCATIVES, les opérations de sensibilisation se poursuivent sur les thèmes du tri, de l’énergie, de la biodiversité, du développement durable. La Ville souhaite développer les rencontres entre les habitants (dès le plus jeune âge) et les structures qui oeuvrent autour de ces thématiques.

ENFIN, GARDANNE DÉVELOPPE LES TRANSPORTS DOUX ET L’ACCESSIBILITÉ À TOUS, dernier axe qui s’inscrit également dans la continuité de l’existant avec le renouvellement des bus de la Régie des transports aux normes antipollution les plus élevées, la priorité à l’accessibilité, le développement des parcs à vélos ou encore le déploiement des bornes pour les véhicules électriques.

2017 RELÈVERA LE DÉFI DE LA PROPRETÉ Parce qu’il est nécessaire de rappeler les bons gestes, parce que la propreté est aussi une question d’éducation et de savoir- vivre, les acteurs de l’environnement n’abandonnent pas les actions de sensibilisation puisqu’elles mènent à une amélioration.

Une campagne d’affichage va actuellement dans ce sens. Regardez bien le logo qui l’accompagne, vous le retrouverez sur de nombreux supports ; travaillé par le service municipal de la communication, il représente une fleur dont les cinq pétales reprennent les différents axes présents dans la Charte.

En matière de prise de conscience collective, la Ville vous propose une nouvelle journée Parcs et jardins propres, le samedi 10 juin de 9h à midi, pour le grand public cette foisci (RdV à 9h devant les écoles du Centre). Après le succès de cette action auprès des écoliers, certains d’entre vous ont souhaité participer.

LES POINTS CLÉS

• Des sacs de ramassage de déjections canines sont disponibles à la mairie annexe de Biver, au centre technique municipal et à la direction des services techniques.

• Pour le ramassage de vos encombrants et de vos déchets verts, un seul numéro : 0810 00 31 10 (prix d’un appel local 0,06 €/mn) du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h ou par mail à collectes.dechets@agglo-paysdaix.fr

• Dix points de collecte de textiles et vêtements, trente-cinq points pour le verre, trente-six pour le papier et trente pour le plastique sont installés à Gardanne et à Biver

• La déchèterie est ouverte au public du lundi au samedi de 8h à 17h45 sans interruption. Elle accepte tous les types de déchets mis à part l’amiante. Rens. sur www.ville-gardanne.fr/ Dechetterie-de-la-Malespine ou 04 42 65 77 20

Le service municipal de l’environnement répondra à vos questions au 04 42 51 79 50. Vous trouverez également des réponses sur www.ville-gardanne.fr/Votre-cadre-de-vie

QUESTIONS AUX ÉLUS

Alain Bagnis , Conseiller municipal délégué au cadre de vie, à la voirie, aux espaces verts et à la propreté de la ville

Quelle politique va être menée pour améliorer la propreté de la ville ?

On se rend compte que d’année en année, les incivilités grandissent alors que tout est mis en oeuvre pour que la ville reste propre. Heureusement, ce n’est qu’une minorité de personnes qui ne respecte pas les règles, mais qui du coup donnent une mauvaise image de la commune.

Nous allons continuer nos actions de sensibilisation auprès de différents publics, par des rencontres, des campagnes d’affichage, des actions comme Parcs et jardins propres, des tempsforts tout au long de l’année.

Dans le centre ancien, certains habitants n’ont aucun scrupule à laisser leurs chiens faire leurs besoins dans la rue ou à jeter leurs sacs poubelles n’importe où pour ne pas marcher vingt mètres de plus.

Je pense aussi aux agents qui quotidiennement sont confrontés à cette situation et qui font ce qu’ils peuvent. Nous renforcerons la collaboration avec la police municipale pour que des mesures soient automatiquement prises contre les mauvais élèves.

Anthony Pontet, Adjoint délégué à la réussite éducative, à la restauration collective et à la transition énergétique

Comment faire prendre conscience aux habitants que la propreté, c’est l’affaire de tous ?

Oui c’est l’affaire de tous, si chacun d’entre nous fait un effort, on gagnera ensemble. Depuis quelques temps maintenant, nous travaillons à fédérer toutes les forces existantes dans notre ville.

Enfants, parents d’élèves, habitants des quartiers, retraités, associations, soyons tous acteurs de notre environnement et de notre cadre de vie.

Nous souhaitons développer cet axe dans les écoles, où le Conseil des parents a eu une première réunion de travail la semaine dernière, mais aussi dans les parcs, au sein des différents quartiers, et partout ailleurs.

L’éducation à l’environnement est l’une de nos priorités ; ces citoyens responsables de demain se construisent aujourd’hui grâce à des actions comme Parcs et jardins propres qui les sensibilisent. Une fois par mois, et tour à tour, les élèves participeront à une opération de nettoyage proche de leur établissement.

Bernard Bastide, Adjoint délégué à l’environnement, à la gestion des déchets, aux déplacements et aux transports

Comment expliquez-vous malgré les moyens mis à disposition de la population que certains continuent de polluer la ville ?

Mais je ne l’explique pas. Nous avons une déchèterie ouverte six jours sur sept avec des amplitudes horaires qui devraient permettre à tous les Gardannais de s’y rendre.

Des sacs spéciaux de ramassage des déjections canines sont en libre service à la mairie, au centre technique municipal et à la direction des services techniques.

Lorsque nous sommes entrés dans la CPA, nous nous sommes battus pour conserver le service de ramassage des déchets verts en porte à porte, et ça n’a pas été simple.

Il y a sur la commune dix points de récupération de vêtements, un service de ramassage de cartons auprès des commerçants, des collecteurs d’huiles usagées, de cartouches d’encre, de piles... en ville, mais aussi au CTM. Et tout est gratuit !

Et même si certaines compétences concernant le tri et la gestion des déchets ne sont plus directement gérées par la commune, nous avons préservé un service environnement qui se tient à votre disposition pour répondre à vos interrogations.

POINTS DE VUE CROISÉS

Romain Incandela, directeur des services techniques municipaux

On fait le maximum pour garder la ville propre. Un petit coup de pouce de tous les habitants nous aiderait, c’est évident.

Quand je vois des sacs poubelles posés au sol, à côté des conteneurs, je me dis qu’il faut continuer nos actions de prévention et peut être penser à sanctionner plus régulièrement.

Concernant les dépôts sauvages, nous comptons sur l’efficacité des opérations de sensibilisation, il est évident que l’on ne peut pas mettre une caméra ou un agent 24h/24 partout.

Globalement, on a une ville entretenue, sans produit phytosanitaire qui nous empoisonne, même si nous sommes conscients que des efforts restent à faire.

Concernant l’enlèvement des mauvaises herbes, nous opérons secteur par secteur, sachant que la période est propice aux pousses, c’est le printemps !

Dominique Dalemont, Gardannais responsable rencontré à la déchèterie

Je suis un adepte des lieux ! On a tous des déchets à trier, à recycler.

Tout est sur place ici et pour moi, y venir est une obligation morale. Une fois par mois, je viens déposer ce que j’ai trié à la maison. Pour les tissus, je me rendais au parking Mistral, je viens de voir qu’un bac de récupération de vêtements avait été installé ici. J’en profite pour jeter des déchets verts ou autres si j’en ai.

Je possède également deux composteurs que la Ville proposait il y a quelques années, installés dans mon jardin ce qui réduit mes déchets ménagers et me donne un bon compost.

Globalement, la ville est entretenue. Quelques points noirs subsistent comme au début de l’avenue d’Aix où les gens ne respectent rien. Mais ça, c’est une question d’éducation...

Bilel et Rachid, agents municipaux chargés de la propreté de la vieille-ville

On commence à 5h30 le matin. On part de l’espace situé derrière la mairie puis on nettoie les rues de la vieille-ville. Karcher, désodorisant, c’est du lundi au vendredi.

On enlève ce que les agents de ramassage des ordures ménagères n’ont pas pris, on nettoie les fientes de pigeon, les déjections canines, les sacs éventrés par les animaux errants, les sachets plastique, les publicités jetées au sol.

C’est un véritable combat au quotidien, on a envie de bien faire mais parfois, quand on a fini notre journée, il faudrait la recommencer. On est conscient qu’on peut pas dresser les pigeons, mais les habitants, quand même... Heureusement c’est une minorité, certains nous remercient pour ce qu’on fait. C’est sûr, on est payé pour le faire mais ça ne doit pas être une raison pour ne pas respecter notre travail.