Ville de Gardanne
http://www.ville-gardanne.fr/A-la-Clairefontaine
A la Clairefontaine...
Johana Geairain / Energies 350 - Bruno Colombari
jeudi, 17 février 2011
/ Bruno Colombari

A quinze ans, Johana Geairain a réalisé son rêve : jouer en équipe de France de football. Sélectionnée en catégorie U17, elle est licenciée à l’AS Gardanne et s’entraîne en semaine en centre technique national de Clairefontaine.

« J’ai repris l’entraînement il y a une semaine seulement, c’était dur. La différence en équipe de France, c’est qu’on joue plus à terre, ça va plus vite, là on balance devant, du coup on galère un peu. » Quelques minutes après la défaite contre Nîmes, Johana Geairain n’était pas contente. Du haut de ses quinze ans et demi, elle a fait ce qu’elle a pu face à des adversaires parfois deux fois plus âgées qu’elle. Marc, son papa, nous confiait dans les tribunes qu’elle avait passé une nuit difficile, à se mettre la pression toute seule. « Depuis l’âge de quatre ans, elle fait du foot. Elle a toujours un ballon pas loin. On lui a fait essayer la danse, elle y est restée deux jours. »

Après une année avec les moins de 18 ans à Aix, elle suit son entraîneur Fabrice Salle à Gardanne, où il l’intègre directement dans l’équipe senior. « Elle a tout pour devenir une très bonne joueuse, elle a toujours été surclassée. Chez les filles, on peut accéder très vite au plus haut niveau, de plus elles atteignent leur taille adulte plus tôt que les garçons, et en senior le jeu est moins physique, il y a moins de contacts. »

L’an dernier, elle est championne de France avec l’équipe de la ligue de Méditerranée, puis est détectée avec dix autres filles nées en 1994 et 1995 pour intégrer le Centre technique national de Clairefontaine, là où s’entraînent toutes les équipes de France. Et en 2010, elle participe à quatre matches en équipe de France des U17 (les moins de 17 ans) et marque un but, contre Israël.« En U17, je suis la plus jeune, au début c’était difficile. Quand j’ai été sélectionnée, je suis entrée à chaque fois en deuxième mi-temps. »

Avec en ligne de mire l’Euro 2011 qui aura lieu fin juillet en Suisse. Surtout, Johana gère un emploi du temps extrêmement serré, puisqu’elle est scolarisée en classe de seconde dans un lycée professionnel de Rambouillet. « Ma semaine, c’est le lycée tous les jours jusqu’à 15h30, de 16h30 à 18h30 entraînement, à 19h repas, et de 20h à 21h étude. Le vendredi, je prends un avion à 19h30, le samedi je fais mes devoirs, le dimanche j’ai match avec l’équipe sénior de l’ASG et le soir je reprends un avion. »

Dur. Mais à Clairefontaine, elle se perfectionne et elle rencontre ses homologues de l’équipe de France féminine A, qui jouera la coupe du monde en Allemagne en juillet. « Cette semaine j’ai déjeuné avec Hatem Ben Arfa » [en rééducation à Clairefontaine, NdlR].

Son avenir proche, il passe par un club de niveau supérieur à l’ASG, comme Monteux ou Nîmes, en deuxième division nationale, qui s’intéressent de près à elle. Et au terme des trois ans au centre technique national, si tout va bien (« Elle ne doit pas oublier que sa présence à Clairefontaine dépend de ses résultats scolaires et sportifs, si elle n’est pas au niveau elle ne restera pas les deux prochaines années, » rappelle Christine, sa maman), il sera temps d’envisager les meilleurs clubs français, comme Lyon, voire l’Angleterre. En attendant, elle va se consacrer à aider l’ASG à franchir un palier en tentant d’accéder en division 2.