Valabre, acteur majeur de la sécurité civile Energies 449 - 24 février 2016 - Stéphane Conty

Mis à jour le

Le 29 janvier dernier, le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve était à Gardanne. À Valabre, sur le site de l’Entente pour la forêt méditerranéenne, il a inauguré le Centre Euro-méditerranéen de simulation des risques (Cesir), un outil de formation des acteurs de la sécurité civile à la pointe de la technologie.

Créée en 1963, l’Entente pour la forêt méditerranéenne réunit quatorze départements et services départementaux d’incendie et de secours, et constitue un partenaire de l’État pour la protection de la forêt contre l’incendie. Elle a pour missions de partager, concerter et mutualiser les compétences, les moyens et les outils dans quatre domaines d’intervention, à commencer par l’information et la prévention contre les feux de forêt. Elle abrite également le Ceren, Centre d’étude et de recherche de l’Entente au service des opérationnels, le Pôle nouvelles technologies (Pônt) chargé de l’interface entre les nouvelles technologies de l’information géographique (cartographie numérique) et le risque incendies de forêt, et enfin l’Ecole d’application de la sécurité civile (Ecasc).

AU MENU : INCENDIE, SAUVETAGE EN MER, RISQUES INDUSTRIELS, SAUVETAGE-DÉBLAIEMENT, INONDATIONS...

L’école d’application de la sécurité civile de Valabre s’est intéressée dès 2001 à la formation qualifiante sur simulateur. Avec les installations fraichement inaugurées du Cesir, elle dispose de 800m2 de locaux avec dix personnels dédiés, de deux postes complets de pilotage hélicoptère et d’avion, ainsi que d’un poste de commande de bateau, soit pas moins de 130 écrans et 90 PC pour le faire “tourner.” Cet ensemble permet la mise en oeuvre d’une réalité virtuelle de très haute définition, avec une modélisation du relief et des actions de lutte et de secours hyper réalistes et très crédibles, qui plongent les stagiaires dans une dimension virtuelle très proche de la réalité, facilitant ainsi l’apprentissage. Les scénarii proposés lors de ces simulations s’appuient sur des situations vécues sur le terrain par les acteurs de la sécurité civile française.

L’école peut désormais proposer des formations avec simulation sur des thématiques aussi variées que l’incendie, le sauvetage en mer, les risques industriels, le sauvetage-déblaiement, les inondations... Vont pouvoir en bénéficier les sapeurs pompiers, les militaires et l’ensemble des acteurs de la sécurité civile en France, mais aussi leurs homologues européens, et plus largement ceux de tout le bassin méditerranéen. Une ouverture sur d’autres pays qui va également permettre de faciliter le travail et les référentiels communs, et de tester des procédures opérationnelles afin d’aboutir à une harmonisation, gage d’une plus grande efficacité sur le terrain lors d’opérations conjointes.

Ce nouvel outil va aussi avoir des conséquences financières positives avec notamment une réduction et une maîtrise des coûts de mise en oeuvre des formations, un atout non négligeable dans un contexte budgétaire contraint. Il constitue une vitrine et un vecteur de promotion des savoirs-faire de la sécurité civile française dans le domaine de la gestion des risques naturels, ainsi que des filières industrielles françaises qui y sont associées. Enfin il confirme le site de Valabre à Gardanne comme pôle de compétence reconnu dans l’appréhension et la diffusion de la connaissance sur les risques naturels majeurs.

Un projet européen pour lutter contre les feux de forêt

Le changement climatique risque d’avoir des répercutions sur la réponse opérationnelle des pays touchés par des incendies de forêts, dont on note une augmentation croissante en Europe. Insuffisance des moyens, difficulté de coordination sur des renforts extérieurs lors d’évènements de grande ampleur ou bien encore problèmes de logiques et de doctrines d’intervention différentes, c’est pour anticiper et palier ces obstacles que le programme Ignis (Initiative for global management of big fires through simulation) a été lancé en ce début d’année, pour une durée de deux ans. Il doit permettre de mettre au point de nouvelles procédures et une meilleure préparation et coordination des acteurs de la lutte lors d’interventions communes.

À son terme, les quatre pays associés seront en capacité de partager un centre de documentation et de ressources pour la formation par la simulation. La Commission Européenne vient de confirmer son engagement pour ce programme porté conjointement par l’Entente de Gardanne, l’école nationale des pompiers du Portugal, le Département des pompiers et des secours publics et de la Défense civile italienne et la région du Northumberland au Royaume-Uni. Tous doivent mettre en oeuvre un outil mobile de simulation sur le modèle de celui développé par l’école de Valabre. Chacun, avec l’aide de cette nouvelle plateforme et son environnement virtuel, pourra tester des procédures et des scénarios propres aux enjeux de son territoire ainsi que les processus des chaînes de commandement.

Ils ont dit

Bernard Cazeneuve
Ministre de l’Intérieur

« Vous exercez une mission extrêmement difficile, où vous vous trouvez très exposés au risque. La stèle gravée de plusieurs noms de personnes décédées en opération à l’entrée de ce site en est la preuve. L’Entente et son école d’application dispense son expertise et son savoir-faire à travers des formations d’un haut niveau pédagogique. Avec le CESIR vous avez créé un pôle d’excellence absolument nouveau dans votre domaine. Nous devons nous adapter constamment à de nouveaux enjeux. Je pense notamment au drame de la Germanwings dans lequel la sécurité civile a été fortement sollicitée. Ce mode de fonctionnement doit pouvoir être valorisé au-delà de nos frontières. Je retiens votre capacité à partager des savoirs-faire avec vos homologues français et européens, et même au-delà. Face à une catastrophe il est essentiel que tous les acteurs se connaissent et puissent échanger. »

Christos Stylianides
Commissaire européen délégué à l’aide humanitaire et à la gestion des crises

« La France doit être louée pour sa remarquable capacité de gestion des catastrophes. Celles-ci n’ont pas de frontières et quand elles surviennent, la responsabilité de l’assistance est collective, c’est un devoir moral. Le CESIR est un projet européen, et les Etats membres de l’Union Européenne travaillent ensemble depuis plus d’une décennie. La France y joue un rôle clé et s’est toujours montrée très active pour fournir de l’aide aux autres pays. Le site de Valabre dispose d’une école de classe mondiale en matière de lutte contre l’incendie. J’espère voir ce centre devenir une plateforme européenne pour la formation à la lutte contre les incendies. »

Jacky Gérard
Président de l’Entente pour la forêt Méditerranéenne

« Valabre est l’un des centres de la démarche de formation des acteurs de la sécurité civile au niveau européen. Très tôt la formation s’est révélée centrale pour faire progresser les acteurs de terrain. Depuis 50 ans des générations de sapeurs et marins pompiers ont reçu une formation issue de l’expérience et de la réflexion communes des hommes de terrain. Le chemin parcouru depuis 50 ans a forgé sa renommée à travers un enseignement de qualité. La mise en situation est l’une de ses spécialités depuis toujours, qui trouve aujourd’hui son prolongement au CESIR avec la simulation. Le CESIR est le symbole de notre ambition de porter haut le savoir et la formation de la sécurité civile française à l’échelle européenne. »