Vaccination : douze maires, tous solidaires

Publié le

Le centre de vaccination situé à Gardanne a ouvert ses portes ce mardi 19 janvier à 9h.

Les habitants de 12 communes (Gardanne, Bouc-Bel-Air, Simiane, Cabries-Calas, Fuveau, Mimet, Meyreuil, Châteauneuf-le-Rouge, Trets, Rousset, Peynier, Gréasque) âgés de plus de 75 ans ou à hauts risques ont eu la possibilité de s’inscrire via les sites sante.fr ou doctolib dès vendredi soir. Très vite, le système a montré ses limites…

Afin d’en comprendre les raisons et de mener des actions communes, Hervé Granier, accompagné de ses adjoints Arnaud Mazille et le Docteur Jean-François Garcia ont réuni l’ensemble des maires ou/et de leurs représentants dès ce 19 janvier à midi.
« Lorsqu’on accède à la plateforme de prise de rendez-vous Doctolib, les critères ne sont pas suffisamment précis, explique Jean-François Garcia. Le lieu de résidence n’est par exemple pas renseigné, ce qui explique qu’effectivement, des personnes concernées de par leur âge ou leurs pathologies mais qui ne résident pas dans l’une des douze communes aient pu s’inscrire. Il faut savoir que déontologiquement nous ne pouvons pas leur refuser la vaccination. »

Donnez-nous des vaccins !

Autre problème rencontré par les représentants de 110 000 habitants (même s’ils ne sont pas tous concernés pour le moment), l’arrêt des prises de rendez-vous qui suscite de nombreuses interrogations et beaucoup de colère. A l’unanimité, les représentants des 12 communes présents sont prêts à ouvrir leur propre centre…
« En 48h on est opérationnels. Sur l’ensemble du département, 71 communes sont prêtes à ouvrir leur centre de vaccination. Alors qu’est-ce qui fait que l’ARS ne nous y autorise pas ? Nous le savons tous, nous avons bien compris, les vaccins arrivent au compte-goutte et nous n’avons aucune vision à court terme. Qu’on arrête un peu de remettre la faute sur les maires ; donnez-nous des vaccins, on sait se débrouiller pour le reste... »

Julie Soto, Présidente de la Communauté professionnelle territoriale de santé, n’a à son grand regret pu apporter ne serait-ce qu’une once d’enthousiasme au cours de cette rencontre. « On pensait pouvoir augmenter la capacité des personnes vaccinées chaque jour. Nous sommes aujourd’hui par rapport au stock de vaccins à 60 vaccinations quotidiennes. A l’heure où nous nous rencontrons, il n’est pas envisagé que nous puissions aller au-delà par manque de doses, a t-elle déploré. » Le mécontentement se fait entendre… et pour cause.

On ne lâche rien ! Les représentants des onze autres communes se sont engagés à proposer du personnel de 17h à 19h et le samedi pour les besoins de fonctionnement du centre, les agents et volontaires de la commune de Gardanne assurent quant à eux cette mission du lundi au vendredi de 9h à 17h.

Les maires présents ne lâcheront rien et restent bien décidés à se faire entendre. En fin de rencontre, ils ont proposé de rester en lien au quotidien sur les problématiques rencontrées par chacun.

Dès que les inscriptions seront à nouveau ouvertes, nous vous tiendrons informés.

 

Dans l'actu