Un petit-déjeuner bien accompagné Energies n°475 - 30 mai 2017 - Jeremy Noé

Publié le

Bien dans notre ville, bien ensemble : ça compte !

Gardanne multiplie les actions de proximité avec les Gardannais, comme Terre d’énergies positives, les comités consultatifs des parents, les visites de quartier, les paroles de jeunes... et jusqu’au travail éducatif avec les familles.

Les 9 et 10 mai, le service Jeunesse et l’Addap 13, association départementale d’éducateurs, ont ainsi travaillé main dans la main sur un projet à double détente. Première étape : retendre les liens parents enfants au sein d’une poignée de familles -souvent monoparentales - rencontrant des problèmes d’entente, et suivies sur la ville par les éducateurs. Là où ce travail se fait souvent via une médiation par la parole, dans un bureau ou à domicile, il a été choisi de conduire un projet parents-ados autour de la boulangerie : préparer viennoiseries, gâteaux, pâte à tartiner...

Mardi 9 mai, jusqu’à minuit, six mamans, un papa et sept enfants ont passé leurs soirée aux fourneaux, en compagnie de Christine Aujoulat (association Conseil et pâtisserie) et Laurence Cormont, éducatrice Addap 13.

« ON PEUT AVOIR ÇA TOUS LES JOURS ? »

Deuxième étape : trouver un débouché à cette action pour valoriser le travail mené par ces familles. Et lui donner du sens, si possible. C’est le collège Péri qui a été choisi, avec son gigantesque vivier d’ados déboulant en cours le ventre vide le matin. Le matin du 10 mai, les viennoiseries n’étaient pas sorties du four depuis quelques heures, que les éducateurs et le service Jeunesse étaient sur le parvis du collège pour les distribuer avant l’entrée en cours.

À la satisfaction des jeunes (« Ça aura lieu tous les matins ? » demandait l’un) et d’Éric Baudru, le principal du collège : « J’ai accueilli l’initiative très favorablement. On a un partenariat solide avec l’Addap, de plus, on pense qu’il est important de faire réfléchir les enfants à l’importance du petit-déjeuner, et l’importance de respecter un rythme, ne pas se précipiter le matin, prendre le temps, car cela permet de s’installer dans les apprentissages de manière un peu plus sereine. »

De ce côté là, il restera encore un peu de travail, tant ils sont nombreux à déclarer ne pas avoir le temps, ne pas vouloir se lever plus tôt pour un petit-déjeuner. Si la Ville et ses partenaires encouragent les bonnes pratiques, il appartient aussi aux parents de montrer l’exemple.

Et vous, vous êtes thé ou café ?

 

Dans l'actu