Pendant la crise sanitaire, les services municipaux sont fermés au public. Certains sont joignables par téléphone : voir les numéros

Elle nous fait aimer Gardanne

“Temps libre ? Très peu pour moi” Energies 432 - Carole Nerini

Publié le

A 55 ans, mère de trois enfants et deux fois grand-mère, aide-ménagère de métier, Sylvette Bramati ne voit pas le temps passer. Présidente du Judo club Gardanne, elle est également à la tête du collectif Gardanne Téléthon.

Entre deux coups de fil, entre deux visites chez les personnes pour qui elle travaille, et en tenant compte de l’emploi du temps de ses petits-enfants, Sylvette prend quelques minutes pour nous rencontrer, sourire aux lèvres. Elle vient avec Éric, son fils de 17 ans qui peut être fier de sa maman. D’ailleurs quand on lui demande ce qu’il pense d’elle, il soupire avec un regard complice « C’est une maman active, elle ne s’arrête jamais ! C’est notre wonder woman. »

Depuis qu’elle s’est installée à Biver, au début des années 1980, elle n’a jamais cessé de s’investir auprès des autres. « Tout a commencé lorsque mes filles étaient à la maternelle où j’intervenais régulièrement dans la bibliothèque de l’école, j’accompagnais les enfants en sortie, j’aidais dans l’association où elles faisaient de la danse, je ne travaillais pas à l’époque, j’étais disponible. » Ah bon ?

Donc depuis que vous travaillez, vous n’avez plus beaucoup de temps, c’est bien ça ? Heu non... pas tout à fait. « Puis mes filles ont grandi, j’ai repris le travail et en 2002 mon fils a intégré le club de judo où là encore, j’aidais comme je pouvais, je faisais partie des petites mains utiles. Dès l’année suivante, les membres du bureau m’ont demandé de faire partie des leurs. J’ai donc été successivement jusqu’en 2009 secrétaire adjointe, puis secrétaire, trésorière adjointe et trésorière. Pour diverses raisons, je me suis arrêtée entre 2010 et 2012, date à laquelle on m’a demandé de revenir et où j’ai été élue à la présidence du club, une place que j’occupe toujours aujourd’hui. » Ah, donc entre 2010 et 2012, vous avez eu un peu de temps pour vous ? Pas vraiment...

LE TEMPS LIBRE N’A QU’UNE VAGUE SIGNIFICATION POUR SYLVETTE

« Avec le judo club, nous avions participé à plusieurs éditions du Téléthon et je pensais que pour que cela fonctionne mieux, il fallait qu’il y ait un coordinateur à toute cette organisation. J’ai donc créé le collectif Téléthon Gardanne en 2010 où on a récolté 3000 euros. Quatre ans plus tard, nous en sommes à plus de 10200. C’est une belle récompense pour les bénévoles que nous sommes et sans qui rien ne pourrait se faire. Je travaille avec des équipes fantastiques, autonomes, volontaires et on suit tous le même chemin, j’ai de la chance. »

Bon c’est tout Sylvette ? « Non, j’aimerai beaucoup créer une association pour venir en aide aux parents d’enfants dyslexiques. C’est un gros manque, alors pour l’instant j’apporte des réponses par rapport à mon expérience. Ça mijote dans ma tête... mais pour ça, il faudrait que je lâche autre chose. »

Attention de ne pas faire exploser la cocotte, Sylvette !