Urbanisme

Quelles orientations pour le Scot du pays d’Aix ? Energies 426 - Stéphane Conty

Mis à jour le

Avec l’entrée de Gardanne et Gréasque dans la Communauté du pays d’Aix le 1er janvier 2014, l’intercommunalité doit revoir son Schéma de cohérence territoriale (Scot), qui fixe ses grandes orientations en matière d’aménagement du territoire jusqu’à l’horizon 2030. Le 12 novembre une réunion publique s’est déroulée à la salle des fêtes de Puyricard pour présenter le diagnostic et les grandes lignes du Projet d’aménagement et de développement durable (Padd).

LE SCOT EST UN OUTIL QUI DOIT METTRE EN COHÉRENCE L’ENSEMBLE DES POLITIQUES MENÉES SUR LA CPA EN CE QUI CONCERNE LE LOGEMENT, LES TRANSPORTS, L’ENVIRONNEMENT ET L’ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE. Le plan local d’urbanisme doit être compatible avec le Scot, et doit donc en respecter les options fondamentales. Il concerne donc directement les 36 communes de la CPA et leurs 380000 habitants.

Depuis 1960 le Pays d’Aix a globalement connu un étalement urbain très important. Entre 1998 et 2009, ce sont 220 ha d’espaces agricoles et naturels qui ont disparu chaque année sous le béton. Une politique foncière que la collectivité entend modifier afin de ménager et valoriser les espaces agricoles et naturels restants qui représentent tout de même 80 % de sa surface totale, et dont 41 % présentent un intérêt écologique. Actuellement la CPA compte encore 960 exploitations agricoles et souhaite leur donner les moyens de poursuivre leur activité. Elle envisage aussi de développer le rôle économique de la forêt pour valoriser la filière bois.

En matière économique elle dispose de nombreux atouts, a commencer par sa situation stratégique à la croisée des échanges entre les Alpes et le littoral, et entre l’Espagne et l’Italie. Son développement s’articule autour d’une centaine de zones d’activités et des trois grandes filières que sont la microélectronique, l’aéronautique et l’énergie. Le volet commercial n’est pas en reste puisqu’il compte 916 000 m2 de surfaces de vente et les quatre pôles majeurs que sont Plan de Campagne, La Pioline, Vitrolles et le centre d’Aix.

Avec 46 000 entreprises et 181 600 emplois, la CPA représente 23 % des emplois de l’ensemble du département. Conforter les sites de développement économique majeurs, favoriser la requalification des espaces d’activité en mutation, accompagner l’extension des espaces d’activité existant et anticiper l’éventuelle création de nouveaux espaces, développer les réseaux de la fibre, autant d’actions que désire mener la CPA pour poursuivre son développement économique et créer environ 2 000 emplois par an.

DES CRÉATIONS D’EMPLOI QUE LA CPA ENTEND ACCOMPAGNER PAR UNE DIVERSIFICATION DE L’OFFRE D’HABITAT ET par la construction annuelle de 2 500 nouveaux logements, dont près de 40 % de logements sociaux. Là encore l’étalement urbain n’est plus de mise, et c’est la densification urbaine qui doit être favorisée pour les nouvelles constructions. Actuellement l’intercommunalité compte environ 163 000 résidences principales et 26 000 logements HLM.

Autre volet du Scot, les transports sont l’aspect le plus délicat à gérer. Aujourd’hui 88 % des déplacements mécanisés au sein de la CPA se font en voiture individuelle et occasionnent quotidiennement de nombreux embouteillages. Développer les transports collectifs est donc une priorité, de même que les modes “doux” comme la marche et le vélo dans les centres-villes. Une attention particulière va être apportée à la corrélation entre les futurs aménagements urbains et économiques, et les modes de transports qui doivent y être associés.

Prochaines étapes, l’arrêt du projet de Scot pour les 36 communes en février 2015, suivi de la phase d’enquête publique et, in fine, de l’approbation définitive du Scot en décembre 2015.