samedi 19 avril 2014
 
voir le programme
voir le programme
voir le programme
voir le programme
en savoir plus
 
 

Quand le Mistral rencontre l’harmattan - 2012

Mis à jour le mardi 29 octobre 2013

En 2007 le service jeunesse de la ville de Gardanne a ouvert les voies d’une coopération internationale en partenariat avec le centre Sindi international dans le cadre d’un échange culturel réalisé à Bobo-Dioulasso (Burkina Faso). De cette histoire, est née en mai 2010 une association, Street Elements Factory, dont l’objet est la promotion et le développement du Breakdance en France et à l’internationnal, son siège social se trouve à Gardanne. Aujourd’hui, ce projet trouve un prolongement motivé par une volonté forte des jeunes de l’association qui souhaitaient vivre à leur tour l’expérience de leurs ainés. Cet échange culturel s’adresse à un groupe de 9 jeunes des Bouches-du-Rhône dont 8 de Gardanne et 1 d’Aix-en-Provence.

voir l’édition 2007

Cet échange culturel consiste à réaliser des ateliers autour de la danse, du chant, de la poésie, de l’image au Burkina Faso du 27 février au 13 mars 2012. Cette action parrainée par le C.C.F.D. Terre Solidaire se réalise grâce au soutien de la ville de Gardanne, du Ministère des Affaires Étrangères, du Lion’s Club de Gardanne, des associations : Allschool, Break de Mars, Solidarité pour Tous, Street Arts, Centre social J.P. Coste et de l’entreprise Signe.

Présentation du groupe :

  • Amine 18 ans - Danseur
  • Youssef 18 ans - Danseur
  • Mohamed 19 ans – Chanteur -poète
  • Kamel 21 ans - Danseur
  • Médhi 21 ans - Danseur
  • Nicolas 22 ans – Responsable du compte rendu et du reportage vidéo
  • Mokhtar 23 ans – Responsable de l’initiation au Breakdance
  • Anouar 24 ans – Responsable des activités sportives
  • Anne 39 ans – Présidente de l’association et Responsable des ateliers photos

Jusqu’au 13 mars ils vous proposent de partager leur aventure sur la toile… Bon voyage


Agrandir le plan

Lundi 27 et Mardi 28 février

Anisogoma (Bonjour à tous),
Après un périple de 6 h d’avion jusqu’à Ouagadougou, puis de 6 heures de bus, nous voila arrivé à Bobodioulasso. Adama Dramé (responsable de centre Sindi International et percussionniste de renommée internationale) nous a accueilli en personne à la gare, accompagné de son équipe de musiciens.


Agrandir le plan

Le temps de s’installer, se doucher et manger, nous voila déjà en train de réunir les cartons, préparer le sol pour les ateliers de danse, faire de la médiation dans le quartier afin de débuter les activités dans les meilleures conditions. Les paysages et la température de 32 degrés nous dépaysent complètement. L’ensemble du groupe est ravi et l’ambiance est excellente. Notre première réunion d’équipe aura lieu ce soir avec l’ensemble des participants et encadrants du projet.

Nous sommes impatients de démarrer les activités ça commence demain à 9h. Yeahhh...

 

Mercredi 29 février

Bonjour à Tous,

Notre première réunion d’équipe mardi soir a permis de faire un point collectif sur le déroulement des activités que nous conduiront. Nous avions déjà préparé celles-ci avant notre départ dans la phase de préparation, mais maintenant « c’est pour de vrai !! ». Le projet a démarré sur les chapeaux de roues, nous avons commencé nos activités mercredi au centre Sindi International à 9h. Les enfants ont répondu présents à l’atelier Breakdance (30 enfants et adolescents) avec Moktar, Youssef et Nicolas jusqu’à 11h30. Quel bonheur de pouvoir enfin partager nos pratiques artistiques avec les Burkinabés. Pendant ce temps, le reste de l’équipe a fait une présentation du projet à l’école primaire de Bindougousou, puis dans la ville afin d’informer un maximum d’enfants pour la fin de journée.

Nous avons ensuite déjeuné avec Adama Dramé qui a témoigné et échangé avec nous sur les nombreux voyages et concerts qu’il a réalisé tout au long de son parcours musical. Nous avons également mis en place le programme de la journée portes ouvertes au Centre Sindi et du spectacle de samedi à l’occasion de l’anniversaire des 46 ans de carrière d’Adama Dramé :

- Départ 16 h représentation de l’atelier slam
- Présentation de l’exposition photo de 2007
- Présentation des réalisations de light graph
- Et pour le final accrochez vous bien : représentation de Breakdance de l’équipe sur fond de tambour de la star international Mr Dramé en personne (répétition prévu toute la journée de vendredi)

Les activités ont repris à 15 h avec un atelier de Slam proposé par Logoby jusqu’à 16h30. Le groupe est composé de l’ensemble des Français et de 15 jeunes adultes slameurs Burkinabés. Nous avons poursuivi par le premier atelier sportif de 17h à 18h30 sur le stade de foot avec 300 enfants !!!! Après un bon repas nous avons repris l’atelier danse avec 20 participants (de 20h à 22h00).

 

Jeudi 1 mars

Aujourd’hui, le programme a été le même que mercredi et l’atelier sportif est en train de se dérouler (au moment où j’envoie mon « post ») dans l’école primaire pour plus de sécurité. Merci à tous pour votre soutien. L’équipe de jeunes Français est digne de vrais professionnels de l’animation et nous sommes très fiers du travail accompli. Les premiers signes de fatigue se font ressentir, mais en perspective nous prévoyons un temps de repos pour dimanche avec la visite de Banfora. Banfora est une ville récente, créée en 1903. Elle est la capitale de la région des Cascades et de la province de la Comoé (Pays du Paysan Noir) et le chef-lieu du département du même nom. Elle s’est développée grâce à la l’industrie de la canne à sucre. C’est l’une des principales destinations touristiques du Burkina Faso, car elle offre un accès aisé aux cascades de Karfiguela, au lac de Tengrela (le lac aux hippopotames), aux dômes de Fabédougou et aux pics de Sindou.

Ici la dream team street element en direct de Bobodioulasso à vous la France - Peace.

Anéoula (bonsoir) Baraki (et bon ap !)....

 

Vendredi 2 mars

Bonjour à tous,

Voici les dernières nouvelles de notre projet franco-burkinabé. Hier, nous avons commencé les répétitions pour le spectacle de samedi. Deux séances de travail intense, de 10h à 12h puis de 15h à 17h, ont permis de mettre au point la représentation de notre équipe en adaptant le Breakdance aux coutumes locales (danse de combat, travail sur les positions des animaux, inspiration de danse africaine...). Les musiciens d’Adama ont su très rapidement s’adapter en suivant chaque détail de notre chorégraphie qui est très différente de ce que l’on a pour habitude de réaliser en France. Le résultat sera filmé demain à 18h. Afin que chacun puisse se détendre nous avons coupé notre journée par un temps relaxation à la piscine avec un petit cours de natation de Youssef et Medhi à nos jeunes amis Burkinabés. Les échanges sont de plus en plus intenses, en voici quelques exemples :

  • Medhi apprend à jouer de la guitare, Mokhtar et Nico le djembé.
  • Notre première panne de voiture s’est transformée en concert de rap avec Mohamed, Kamel et Nico au micro et Salifou (fils d’Adama Dramé) et Issouf tapant le rythme sur le capot de la voiture.
  • Jeudi soir, Kamel a organisé seul un tournoi d’ultimate avec 50 enfants à l’école primaire (200 participants en tout sur l’activité multisports).
  • Certains donnent des cours improvisés hors temps d’activité.

Notre équipe est de plus en plus soudée…

 

Samedi 3 mars

Aujourd’hui c’est le grand jour, nous fêtons les 46 années de carrière d’Adama.

La chaleur est au rendez vous elle aussi pas moins de 38° ce matin. Cela ne cesse d’augmenter, d’ailleurs Nico et Mokhtar en font les frais !!! Ils ont attrapé la maladie du touriste, mais rassurez vous, grâce aux potions magiques locales ils sont déjà d’attaque pour le spectacle. Dans la matinée, tout le monde s’affaire à préparer la journée portes ouvertes à Sindi, nous affichons l’exposition de l’échange culturel réalisé par le service jeunesse en 2007 (voir l’édition 2007). Cette exposition avait permis de sensibiliser le public français à l’occasion de nombreuses actions que nous avions réalisées depuis. Aujourd’hui nous sommes heureux de la partager avec nos homologues Burkinabés. Puis, nous avons installé la scène qui porte le nom : « Mangoro Ba Koro » (Sous le manguier). Mangoro Ba Koro, est un espace scénique construit dans la cour du centre Sindi en 2009. Cet outil est né de la volonté d’Adama Dramé et permet de poursuivre son engagement au service de la promotion des musiques traditionnelles et actuelles.

Lors des répétitions, les groupes de musiciens, danseurs, slameurs rendent hommage à Djeli (Griot) Adama Dramé avec des représentations toutes aussi stupéfiantes les unes que les autres. Devant la scène, tout le monde danse c’est la folie, l’ambiance est extraordinaire !!!

Je vous quitte pour la dernière répétition générale du spectacle. Demain, repos direction Banfora et ses cascades, j’en rêve déjà. (il est environ 15h heure locale lorsque je poste le billet du jour, désolé si cela manque de photo mais la connexion est vraiment lente et le temps est précieux). En avant pour le spectacle...Peace.

(…suite de la journée) Samedi 3 Mars

De retour au cyber pour finir de vous conter la journée. Notre spectacle a remporté un vif succès auprès des habitants du quartier, ainsi qu’auprès des représentants des autorités locales présentes. Nous avons ensuite pu assister à un solo d’Adama, puis un duo de ses femmes accompagnées par les percussionnistes du centre Sindi.

Ces 46 années de carrière se sont clôturées par un jeu de questions/réponses avec les artistes locaux sur les difficultés à promouvoir la musique traditionnelle. On comprend que la culture ne fait pas partie des priorités. Comme chez nous, elle n’est pas considérée comme un outil au service du développement. Alors que la plupart des touristes qui se rendent à Bobo ou ailleurs en Afrique, s’y rendent pour découvrir le patrimoine des régions ça fait méditer tout ça…

 

Dimanche 4 mars

Levés 6h du matin ! Aujourd’hui nous partons à Banfora… Direction la navette qui fait route vers la région des hauts bassins, c’est parti pour environ 90km- 1h30 de trajet.


Agrandir le plan

Arrivés dans la cité des cascades, nous avons loué deux pirogues. Le lac rempli de nénuphars nous offre un paysage merveilleux, tout semble calme et tranquille. Mais au milieu du lac, quelle fût notre surprise lorsque que nous sommes tombés nez à nez avec deux hippopotames. A couper le souffle !!

Puis, nous avons pris le taxi (30min) pour découvrir en pleine brousse un endroit magique rempli de cascades. Mehdi improvise un cours de breakdance dans l’eau avec les enfants de Banfora. Même si tout le monde a pris de sacrés coups de soleil, cette journée nous a permis de respirer un bon coup avant d’attaquer cette semaine.

En soirée, Kamel, Mehdi, Mokhtar et Nicolas se sont rendu à un concert des élèves d’Adama. Plusieurs chansons nous ont été dédiées. Même s’il n’y avait pas grand monde nous avons dansé et l’ambiance était au rendez-vous.

 

Impressions à Mi-séjour !!

Kamel  : Pour ma première expérience, c’est un grand moment que je passe avec mon groupe et puis avec les Burkinabés. Par rapport aux activités, je mets en pratique ce que j’observe des plus expérimentés. J’en apprends énormément, j’en prends plein la tête, je crée des liens d’amitié très forts avec la population locale. C’est que du bonheur !

Momo  : Hum leggo... des moments magiques, on en apprend beaucoup sur soi-même et sur la vie, chaque jour qui passe.

Amine  : Une expérience magnifique, j’apprends beaucoup de choses sur la vie grâce aux échanges. La vie est un apprentissage qui ne s’arrête jamais !

Nico  : L’homme a créé l’injustice. Si la tolérance existait entre les différences et si l’homme blanc avait le cœur noir, alors, on marcherait tous main dans la main.

Youssef  : Une leçon de vie, on apprend énormément de choses, on s’en prend plein la gueule, les voyages forment la jeunesse.

Mehdi  : Yo ! Les gens du centre SINDI sont très accueillants ; plus le temps passe et plus l’échange rapproche les cultures différentes. Nos deux disciplines se complètent, on apprend beaucoup de choses.

Anne  : J’ai toujours pensé que nos différences étaient une richesse, mais c’est vraiment ici que ça prend tout son sens, tout comme la notion d’échange, de partage. On en apprend beaucoup, même sur nous. Il y a des regards et des sourires qui en disent long, ça frappe, ça touche, ça remue... Notre proximité avec cette population est telle que des liens se créent, des liens fraternels et forts. Noirs, blancs, musulmans, chrétiens catholiques ou protestants, nous ne sommes qu’une seule et unique famille... et ce sentiment de paix et de tolérance est juste magique, extrêmement fort et bon ! Here - Peace - Paix.

Anouar  : Notre personnalité est comme un puzzle, chaque partie est éparpillée sur le globe. Découvrons les autres pour mieux se découvrir soi-même. De la différence nait la réflexion, de la réflexion nait la progression. Peace & Love.

Mokhtar  : Si toutes les religions s’entraidaient, il n’y aurait pas de haine dans le monde.

 

Lundi 5 mars

Voici les dernières aventures de notre dream team en direct de Bobo. Bonjour à tous,

Ce matin, nous avons rendu visite à trois orphelinats : "le Nid", "Den Kanou" et "SOS Village d’enfants". Ces trois associations bénéficient des vaccins contre la méningite dans le cadre des campagnes de vaccination conduites depuis 2007 en partenariat entre « Sindi International » et la Ville de Gardanne. Nous contribuons par les actions que nous développons à Gardanne au financement des vaccins. "Grâce à ces vaccins, depuis quatre ans, aucun orphelin de ces structures n’a attrapé la méningite" témoigne la Sœur qui nous accueille dans la pouponnière du « Nid ». Les pouponnières Den Kanou et le Nid accueillent entre 20 et 40 enfants âgés entre 3 mois et 4 ans, abandonnés ou dans des situations de fragilité importante sur le plan de la santé. Nous avons pris la décision avec Adama de ne pas filmer cet évènement qui restera a jamais gravé dans nos cœurs, par respect des Sœurs qui font un travail extraordinaire et des enfants. Au village Sos, tous les enfants (120 environ) accueillis sont originaires de la région de Bobo-Dioulasso. La plupart sont orphelins de mère, d’autres n’ont ni père, ni mère. Ils vivaient dans des conditions extrêmement difficiles. Certains viennent des pouponnières de Bobo-Dioulasso. L’émotion est à son comble, nous avons été très touchés par ces visites. Après la visite des orphelinats...

Les activités ont dû faire face à quelques difficultés :

-  les collégiens de Bobodioulasso sont en examen de lundi à mercredi, ce qui induit une baisse de la fréquentation et l’annulation de l’atelier break du matin. Après discussion avec Adama, nous nous sommes mis d’accord sur le fait d’aménager nos ateliers en fonction des horaires d’école.
-  L’atelier multisports tenu par Anouar, Mehdi et Anne, victime de son succès a été confronté à 500 enfants. Pour des raisons de sécurité, nous avons reporté l’activité.
-  Par contre, en soirée, l’atelier slam (30 jeunes adultes), le lightgraff (20 enfants) et l’atelier break (20 enfants et adolescents) se sont déroulés dans les meilleures conditions.

Afin d’optimiser nos chances de réussite, nous avons fait un point ou chacun a proposé des solutions quant à l’organisation de l’activité sportive.

Bonne fin de journée à tous, peace.

 

Mardi 6 mars

Mohktar a rendu visite à une association nommée « Bikidi Yankadi » qui promeut la culture et l’art à Bobodioulasso. Il a ainsi rencontré un groupe de 10 breakdanseurs qui lui ont fait part de leurs difficultés à trouver des infrastructures et à mettre un cadre pédagogique (pas de professeurs) à leur pratique artistique. Ils organisent chaque dimanche des rencontres de Slam et un battle de danse Hip Hop. Ils participeront certainement aux prochains ateliers au centre Sindi.

Pendant ce temps, Anouar, Youssef et Mehdi se sont rendus à l’école afin de structurer l’activité sport. Il a été décidé de faire un roulement des différentes classes par tranches d’âge, ce qui représente 200 enfants par jour (nous pourrons donc toucher 800 enfants d’ici la fin du séjour). Une équipe de 10 animateurs sportifs nous ont prêté main forte ainsi que 2 jeunes du collectif Sindi Slam. Nous avons également responsabilisé les plus grands de l’école en leur passant des dossards et en leur transmettant nos techniques d’animation. Le résultat s’est avéré très positif, toutes les classes sélectionnées par les professeurs ont pu participer aux activités ultimate, le rugby, le foot, et plusieurs jeux collectifs.

 

Mercredi 7 mars

Ce matin nous nous sommes essayés à notre première initiation à la danse traditionnelle sous les yeux rieurs des jeunes du centre SINDI. Tout le monde a pris beaucoup de plaisir. Le Foliba (groupe de musiciens d’Adama) nous a accompagné aux Djembés. Nous avons eu deux professeurs, Adjara, et Loco meilleur danseur local.

Dans l’après-midi, Logoby qui anime les ateliers de Slam étant absent, nous avons mis en place l’atelier et décidé d’écrire un texte qui sera filmé sous forme d’un clip avec les jeunes adultes slameurs. Le thème du texte est « la rencontre », chacun a écrit 4 strophes en alexandrin.

Nous nous sommes ensuite rendus à l’école pour les activités multisports. 300 enfants ont pu participer et 10 adolescents nous ont aidés à réaliser l’activité.

Le cours de breakdance a accueilli 40 élèves supplémentaires d’une autre école primaire. Kamel et Mehdi ont mis en place une chorégraphie qui sera réalisée dimanche. Nous avons trouvé 4 jeunes adultes que nous avons formés afin de pouvoir poursuivre cette activité après notre départ.

L’atelier lightgraff remporte un fort succès en accueillant 50 enfants. Anne, Youssef et Amine ont pu réaliser avec les participants des créations lumières hors du temps. Les enfants ont été émerveillés de voir leurs réalisations.

Nous avons entamé la dernière partie de notre séjour. Nos objectifs sont désormais de finaliser les ateliers et d’établir un bilan et les perspectives avec Adama Dramé. Après discussion, nous avons commencé à définir les orientations des suites du projet : Nous allons mettre en place des cours de danse et de sport par correspondance via internet et le site du centre SINDI www.fasofoliba.com .

Nous poursuivrons des actions de proximité en France pour le financement des vaccins mais aussi pour le développement des cultures urbaines à Bobodioulasso.

Nous avons pour objectif de revenir en 2013 !!!

 

Jeudi 8 mars

Nous avons assisté à la fête nationale « journée de la femme » très respectée ici. Chacun s’est investi dans les tâches quotidiennes du centre SINDI :

  • Mokhtar a fait les courses au marché avec les femmes,
  • Anouar & Kamel ont tiré l’eau du puits,
  • Youssef & Mohamed ont lavé le linge à la main en apprenant la technique locale,
  • Amine et Mehdi ont fait la vaisselle du midi,
  • Nico et Mokhtar ont préparé le repas du soir.

En début d’après-midi, une partie du groupe est allée se rafraîchir dans une rivière nommée « la Guinguette ».

Les ateliers du soir se sont déroulés comme à leur habitude dans la joie et la bonne humeur. C’est la « YEAH ATTITUDE !! » , Bonne fête Mesdames.

 

Vendredi 9 mars

Ce matin, nous avons interviewé l’ensemble des artistes du centre SINDI et quelques uns de nos jeunes. Chacun a pu s’exprimer sur cette nouvelle aventure riche en partage et en émotion. Nous réservons l’interview d’Adama pour dimanche. Ce midi, l’ensemble de l’équipe s’est rendu dans le vieux quartier où se trouve un édifice remarquable : la vielle mosquée, édifiée en 1890. De ses façades fabriquées en Banco sortent des poutres qui attirent notre curiosité. Elles font office d’échafaudage et sont utiles pour réhabiliter la façade après les fortes saisons des pluies. Ce soir, nous sommes invités au concert d’ Abdoulaye, élève d‘Adama, qui désormais travaille indépendamment du Foliba et réalise des spectacles avec des orphelins. Demain, nous sommes invités à manger dans l’orphelinat « Village S.O.S. », où nous réaliserons notre spectacle avec le Foliba. Pour clôturer notre séjour, Adama a décidé d’offrir une collation et d’inviter tous les participants aux différents ateliers dimanche en fin de journée. Cela promet d’être chargé en émotion.

C’est notre dernier billet avant le retour, merci à tous les fidèles lecteurs, on espère vous avoir fait passer un bon séjour en notre compagnie... Nous vous donnons rendez-vous le samedi 21 avril à 16h au Hang’art (19 rue borely) pour une présentation de notre séjour à Gardanne avec la présence de notre partenaire Adama Dramé. A cette occasion nous présenterons au public l’exposition de notre voyage ainsi que le film que nous avons réalisé. Dans la soirée nous organisons un concert offert par Adama Dramé au profit de la méningite. L’entrée est fixée à 5€. Les places sont à réserver au service jeunesse (04.42.12.62.85.) . A suivre...

Nous tenons à remercier l’ensemble des partenaires et particulièrement : le centre SINDI international, le CCFD, la ville de Gardanne, le centre socio-culturel Jean Paul Coste, Le Lion’s Club de Gardanne, les associations Street Art, All School, Break 2 Mars, Solidarité pour tous, la société SIGNE-Marquage.

 
 
Haut de page   |    Plan du site   |    Flux RSS   |    Twitter  |    DailyMotion  |    Calaméo  |    Nous contacter   |   Retour accueil
Mentions légales
Retour