Pôle Morandat : tout le monde en parle Energies 482 - novembre 2017 - Jeremy Noé

Mis à jour le

Le projet de reconversion du puits Morandat s’est vu remettre le prix “Ville intelligente, ville de demain” par un jury de professionnels de l’aménagement du territoire. L’État confirme de son côté le versement d’une subvention de 700 000 €. Le début d’une reconnaissance méritée pour un projet d’économie durable et solidaire unique en France.

Si vous avez raté le début : la Ville développe pour l’horizon 2020 un projet de reconversion du puits Morandat unique en France. Il s’agit de faire de ce patrimoine de l’histoire locale c’est ici qu’en 2003 on a dit adieu à l’exploitation du charbon dans le Sud-Est un haut lieu d’innovation économique et solidaire à l’échelle régionale, voire... européenne ! Éco-quartier d’entreprises innovantes et solidaires, (mille emplois attendus) chauffées par géothermie et photovoltaïque, avec services de conciergerie, crèche, restauration collective en circuits courts, mais aussi centre de culture scientifique à la croisée de l’éducation populaire et du monde entrepreneurial...

Morandat, ce sera tout ça et peut-être plus ! Dans les faits, sous l’impulsion de la Ville, le puits s’est déjà reconverti depuis belle lurette comme hôtel de startups, voire studio de tournage (récemment la série de France 2, Caïn, ou le Youtuber Experiment boy). Il a cependant connu ces derniers mois des avancées considérables, avec en maître d’œuvre la Semag (Société d’économie mixte d’aménagement de Gardanne) dirigée par Nicolas Fortuit sous la responsabilité du maire Roger Meï (lire interview page suivante).

LA GÉOTHERMIE : C’EST SIGNÉ !
En début de mois, tous les deux faisaient le déplacement à Bordeaux pour le Congrès national des Établissements publics locaux une fédération qui, pour faire court, rassemble 1200 sociétés d’économie mixtes en France. C’est là que la Semag et la société Dalkia ont signé la création conjointe de la société qui exploitera le réseau de chaleur destiné à alimenter les entreprises installées à Morandat. Avec une spécificité de taille, qui fera du projet quelque chose d’unique en Europe : le réseau distribuera dans les bâtiments chaleur et fraîcheur par géothermie, c’est à dire en pompant dans les eaux d’ennoyage de la mine, à 1100m de profondeur.

Une solution de développement durable, selon l’adage “Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme” cher à la Ville, soucieuse d’environnement et de développement durable. L’investissement se monte à trois millions et demi d’euros, dont un apporté par la Semag (à 76%) et Dalkia (à 24%), 700000€ par l’Ademe (agence de l’État dédiée au financement de projets énergétiques dans le respect de l’environnement), et le reste par un emprunt bancaire classique. Le tout trouvera son équilibre financier sur vingt ans. « La rentabilité, apportée par la vente de chauffage et climatisation aux entreprises, sera relativement limitée (on a un résultat légèrement positif chaque année, et au bout de vingt ans l’investissement est remboursé) mais le but n’était pas de dégager une marge énorme, explique Nicolas Fortuit, directeur de la Semag.

Le plus intéressant pour nous, c’est qu’on a réussi à faire un projet unique en France voire en Europe, sans demander de subventions ni à la Ville, ni au Département, ni à la Métropole, et encore moins au Conseil régional. » Pour les entreprises, le tarif de cette énergie verte sera d’abord un petit peu supérieur à celui demandé par les énergies classiques. Mais le gain d’image est immédiat, en attendant, « d’ici cinq à dix ans, » indique Nicolas Fortuit, que le renchérissement des énergies fossiles, selon la tendance actuelle, ne rende la géothermie définitivement pertinente. Début des travaux de réseau ce mois-ci, tandis que la machinerie de pompage (à mille mètres de profondeur !) verra le jour à partir du début 2018.

UN PRIX À BORDEAUX
En déplacement à Bordeaux donc, au congrès des Établissements publics locaux, entre signature de la géothermie et rencontres avec des partenaires potentiels, la Ville et le projet Morandat sont repartis avec le prix “Ville intelligente, ville de demain,” sous des applaudissements nourris. Décerné par un jury de professionnels représentant la Société générale, La Gazette des communes ou le magazine ÉcologiK qui a souligné « Le dynamisme de la présentation du projet, très porteur, » le prix faisait aussi appel au vote du public sur internet. Il faut croire que vous avez été nombreux à répondre à l’appel de la Ville cet été sur son site internet et sur Facebook. Avec la subvention de l’Ademe, c’est le premier pas d’une reconnaissance méritée pour un projet hors-normes, dédiée à la ville et aux emplois de demain. En bref : Morandat, on n’a pas fini d’en parler…

LES POINTS CLÉS

  • Le puits Morandat est assis sur 35 millions de m3 d’eau, l’équivalent du barrage de Bimont. Une ressource précieuse, qui, grâce à la géothermie, va permettre de climatiser tout un éco-quartier d’entreprises dès 2020.
  • Le mois dernier a vu la naissance, via la Semag (Société d’économie mixte de Gardanne), d’une filiale d’exploitation de la technologie géothermie pour chauffer et rafraîchir le futur éco-quartier Morandat.
  • Il y a autant d’eau sous le puits Morandat qu’au barrage de Bimont !
  • Pour ce projet, la Ville vient de remporter une subvention de l’Ademe (agence de l’État qui finance les réalisations énergétiques respectueuses de l’environnement) et a remporté un prix “Ville intelligente, ville de demain” au congrès national des Établissements publics locaux de Bordeaux.

Questions à Roger Meï
Maire de Gardanne, président de la Semag.

Énergies : Vous repartez de Bordeaux avec un prix décerné au projet de reconversion du puits Morandat.
Roger Meï : Le projet Morandat est un projet extraordinaire dont la qualité est reconnue, ce prix national “Ville intelligente, ville de demain” le confirme. Ce projet d’éco-quartier va probablement rapporter un millier d’emplois c’est notre objectif alors que la ville est fortement touchée par le chômage. La politique gouvernementale catastrophique oblige les villes à réagir et c’est ce que nous sommes en train de faire.

É : Le prix vous a été remis en présence du secrétaire d’État à la transition énergétique et solidaire (Ministère de l’environnement NdlR), Sébastien Lecornu, que vous n’avez pas manqué d’interpeller.
R.M : J’ai tenu à lui dire combien les communes comme la nôtre souffraient, et que certaines comme nous se battaient mais auraient volontiers besoin d’un coup de pouce. Emmanuel Macron, ministre de l’économie, était venu à Gardanne. Je lui ai fait part de nos difficultés dans le Bassin minier. Il m’a dit : « Vous comprenez monsieur le maire, c’est compliqué, je n’ai pas le temps-là, mais je m’intéresserai à votre territoire. » J’ai aussi écrit à Nicolas Hulot pour l’interpeller et lui présenter ce qui se faisait dans notre ville. J’ai profité de la présence de Sébastien Lecornu pour rappeler Gardanne au bon souvenir d’Emmanuel Macron et Nicolas Hulot... d’autant que je leur ai aussi offert un pot de miel municipal !

POINTS DE VUE CROISÉS

Serge Burtin
Président de Dalkia Méditerranée (groupe EDF), partenaire de la Semag.

"Avec 353 réseaux de chaleur en France, Dalkia accompagne les collectivités dans leurs politiques de transition énergétique à l’échelle de leur territoire en proposant une solution de chaleur compétitive, écologique et performante. À Gardanne, nous avons fait le choix de l’innovation en utilisant une ressource locale naturelle jusque-là inexploitée, les eaux d’ennoyage, via le plus grand puits minier d’Europe. Ce réseau d’énergie renouvelable intelligent permettra de chauffer et de rafraîchir les bâtiments actuels et futurs de la zone d’activité du puits Morandat en équilibrant les usages de chaud et de froid sur l’année grâce à cette géothermie. Nous sommes fiers de contribuer à ce projet d’énergie solidaire et d’apporter notre pierre à l’édifice de ce futur éco-quartier."

Olivier Bourgois
Président de Stéripure, une des premières entreprises engagées dans Morandat.

"Le dossier tel qu’il m’a été présenté et la façon dont il a été géré depuis maintenant un an par la Semag, sont tous deux excellents. L’implantation de notre société à Gardanne va nous permettre de bien avancer. J’aimerais vous dire bravo pour votre implication. Morandat sera pour nous un gros plus en termes d’image car nous travaillons avec des grands groupes qui sont très sensibles à ça. Mais ce n’est pas un simple calcul : le rôle social de l’entreprise est pour moi une évidence. La demande de la ville de Gardanne de réserver un certain nombre d’emplois sur le chantier aux personnes en difficulté, ou de mettre du photovoltaïque sur les toits, ce sont des choses qui entrent entièrement dans nos valeurs et notre manière de faire. La géothermie, par exemple, je l’ai développée à la maison !"

Nicolas Fortuit
Directeur de la Semag.

"Nous lançons actuellement un appel à projets aux promoteurs sur Morandat avec trois objectifs. D’abord, des locaux à louer ou à la vente immédiatement disponibles afin de satisfaire la demande croissante des PME désireuses de s’installer. Ensuite, développer la qualité des projets architecturaux des bâtiments. Ce n’est pas parce que nous développons un parc d’activités qu’il faut faire moche ! Le maire de Gardanne est extrêmement attentif sur ce thème, et nous voulons une belle vitrine, d’autant plus sur les bâtiments que l’on verra dès le rond-point d’entrée Ouest de Gardanne. Dernier point, à travers cet appel, nous sommes extrêmement exigeants sur la démarche des entreprises que nous souhaitons installer. Il ne s’agit pas seulement de vendre des terrains, mais de permettre à l’usager de travailler dans des conditions optimales."