Economie

Pechiney devient Alteo

Mis à jour le

Le 1er août dernier, l’usine Rio Tinto Alcan de Gardanne a officiellement changé de propriétaire et appartient désormais au fonds d’investissement américain HIG Capital. Le nouveau groupe composé de quatre usines s’appelle désormais Alteo.

Après l’achat en 2003 du groupe Pechiney, dont faisait partie l’usine de Gardanne, par le groupe Canadien Alcan, lui même acheté en 2007 par l’Anglo- Australien Rio-Tinto, l’usine appartient désormais au fonds d’investissement HIG qui vient donc de créer le groupe Alteo. La direction de cette nouvelle entité a son siège à Gardanne, d’où elle pilotera l’ensemble des quatre sites du groupe, Gardanne, la Bâthie en Savoie, Beyrède dans les Hautes-Pyrénées et Teutschenthal en Allemagne. Ce dernier devient le premier producteur mondial d’alumines de spécialité, avec un réseau commercial implanté dans le monde entier. Le groupe commercialise des produits de haute technicité représentant environ 400 références qui sont utilisés dans des domaines variés tels que la chimie, les céramiques avancées (supports électroniques, produits environnementaux), les produits réfractaires (fours industriels), les abrasifs ou encore des verres spéciaux utilisés notamment dans la fabrication des écrans plats. Selon un communiqué de presse publié début août par la direction, « Alteo va réaliser d’importants investissements dans le développement de nouveaux produits ainsi que dans le domaine de l’environnement. »

Une annonce d’investissements de bon augure pour les salariés de l’usine de Gardanne qui est le plus gros employeur de la ville avec 490 salariés et 580 sous-traitants. Les employés du groupe se sont d’ailleurs fortement mobilisés dès l’annonce de la cession à HIG en mars dernier, pour obtenir des garanties sur leur devenir de la part de HIG et de Rio Tinto Alcan.

La cession à HIG inclut également des terrains, essentiellement à vocation économique. « Pour la commune il n’y a pas eu de problèmes quand les terrains sont destinés à la production industrielle. Nous allons jute engager une discussion avec la direction de l’usine à propos d’une parcelle réservée,  » souligne Roger Meï, Maire de Gardanne.

En matière d’environnement, l’usine de Gardanne, qui a réalisé d’importants investissements ces dernières années, et qui annonce en prévoir de nouveaux, participe tous les ans au comité de liaison citoyens-industriels organisé par la commune qui rassemble certaines entreprises pouvant générer des nuisances et leurs riverains. « Le rôle de la commune est d’agir auprès des industriels pour améliorer les choses sur les questions environnementales. Des efforts sont faits, dont on peut mesurer les résultats positifs, comme par exemple la réintroduction de truites au ruisseau du Payannet et dans la Luynes, » précise Roger Meï.

Prochaine grande échéance environnementale pour l’entreprise, l’arrêt des rejets en mer au 1er janvier 2016, dans la fosse de Cassidaigne au large de Cassis, des résidus de bauxite de l’usine de Gardanne, pour lesquels un Comité scientifique de suivi a été mis en place par arrêté préfectoral en 1995. Du 3 au 8 septembre s’est d’ailleurs déroulée un campagne de prélèvements sous-marins effectués en 15 points (stations) allant de –230m à –2 500 mètres de profondeur sous la supervision du Comité scientifique de suivi.