Urbanisme

PLU : le bon plan Energies 339 - Stéphane Conty

Mis à jour le

Le nouveau Plan Local d’Urbanisme vient d’être adopté au Conseil municipal. Venant en remplacement du Plan d’Occupation des Sols, il fixe les grandes orientations du développement de Gardanne pour les années à venir.

Document clé pour le devenir de Gardanne, le Plan Local d’Urbanisme voté au dernier Conseil municipal est actuellement en attente de validation par le préfet avant de pouvoir entrer en vigueur. « Il a été voté sur la base de 3 éléments, rappelle Jean-Paul Peltier, adjoint au maire en charge de l’urbanisme. Le travail des élus qui ont été accompagnés par le cabinet Orgeco, les éléments remontés de la phase de concertation avec des réunions publiques et l’enquête publique ainsi que l’avis favorable du commissaire enquêteur. »

La philosophie générale du PLU de Gardanne est de conserver un équilibre entre zones protégées et zones urbaines. Dans l’ensemble leurs limites seront identiques à celle de l’ancien POS. L’une des grandes évolutions est la suppression du zonage avec fosses septiques, soit environ 200 hectares qui vont être dispatchés entre zones urbaines et zones naturelles.

« L’un des objectifs est de hiérarchiser l’espace urbain, de construire la ville sur la ville. Le nouveau règlement permet dans les zones urbaines une densification importante des espaces libres qui à terme ont vocation à devenir des espaces pleinement urbains. Dans certaines zones il peut aussi y avoir une augmentation du coefficient d’occupation des sols, explique Jean-Paul Peltier. Dans les espaces à urbaniser, c’est à dire peu aménagés jusqu’ici, l’urbanisation interviendra au fur et à mesure de l’installation des réseaux. Enfin la vieille-ville fait l’objet d’une attention particulière de la commune. D’ici fin 2010 nous souhaitons mettre en place une OPAH (Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat), un outil juridique qui permettra à la commune et aux particuliers de bénéficier de financements pour la rénovation de l’habitat.  »

En matière d’activité économique, les zones de développement qui figuraient dans le POS sont aujourd’hui entièrement occupées. Pour les années qui viennent le PLU prévoit de nouveaux espaces, notamment les 14 ha du Puits Morandat et une vingtaine d’hectares à Jean-de-Bouc, au pied de la centrale thermique.

Les surfaces agricoles ne sont pas en reste et sont même augmentées de quelques hectares supplémentaires. Leur vocation agricole est également renforcée avec un règlement qui n’accepte aucune construction non directement liée à l’agriculture.

Des terres cultivées qui à Gardanne connaissent actuellement une évolution notable. « Alors que 75 % des terres cultivées étaient en fermage, on note une augmentation des terres cultivées en propriété. On remarque aussi un changement au niveau des productions avec une diminution des cultures céréalières et une augmentation du maraîchage,  » souligne Jean-Paul Peltier. En partenariat avec la Safer, la municipalité continuera à préempter des terrains pour les mettre à disposition d’agriculteurs pour lutter contre la spéculation foncière sur les terres agricoles.