Nos pompiers en première ligne

Publié le

Comme l’explique le Capitaine Péchard, « la priorité absolue a été la protection de notre propre personnel. Nous ne savions pas à quoi nous allions devoir faire face et au départ, nous recevions plusieurs directives par jour. Il a fallu adapter nos tenues d’intervention, mais également prévoir des équipements spéciaux pour les personnes auprès de qui on intervient. Tous nos engins sont équipés de gants, de masques, de charlottes, de surblouses, de surbottes et de tenues intégrales en cas de Covid avéré. Aujourd’hui, grâce au respect de ces règles nous n’avons eu aucune contamination au sein de nos équipes. La crainte qu’une garde complète soit contaminée ne nous quitte pas ».

A la caserne, le quotidien se vit au rythme des consignes de sécurité. Mesures de distanciation sociale, règles plus strictes au niveau de l’utilisation de la salle de sport, de la salle de restauration, des entraînements collectifs qui sont suspendus.

Avec les mesures de confinement et le fait qu’il y ait bien moins de monde sur les routes comme au travail, les interventions quotidiennes sont en nette baisse ; sur la journée du 15 avril, sur l’ensemble du département, on enregistre cinq interventions pour des secours routiers contre une vingtaine en moyenne en temps normal. L’organisation des gardes a donc été revue, avec un personnel moins nombreux sur place et une réserve de pompiers prêts à intervenir en cas de besoin qui reste à domicile. La semaine dernière, pour le petit clin d’œil aux interventions plutôt agréables, nos pompiers gardannais sont intervenus auprès d’une jeune maman qui venait d’accoucher chez elle… des moments qui marquent aussi leur vie.

« En interne, nous avons profité de la baisse d’activité pour procéder aux contrôles des véhicules qui vont intervenir sur les feux de forêt, poursuit le Capitaine Péchard. Les formations de nos pompiers ne devraient pas tarder à reprendre. La saison estivale approche, il ne faudrait pas que nous nous retrouvions face à un manque de personnel. »

Communiqué de la Préfecture :
Le confinement est l’occasion pour certains de réaliser des travaux d’entretien de leurs espaces verts. Or, les mesures prises pour limiter la propagation du Covid-19 a conduit à la fermeture de la plupart des déchetteries. Dans ce contexte, le brûlage des déchets verts (tontes de gazon, feuilles, aiguilles mortes, les tailles d’arbres et d’arbustes, etc.) et déchets ménagers est interdit dans le département des Bouches-du-Rhône conformément à la réglementation sur les brûlages (arrêté préfectoral du 20 décembre 2013). Cette interdiction doit être respectée scrupuleusement pour éviter de surcharger les services d’incendie et de secours. Ces déchets verts sont à stocker sur sa propriété à distance des habitations en vue de leur évacuation quand le confinement sera terminé et que les déchetteries auront réouvert.
 

Dans l'actu