N°19 - Autoriser Monsieur le Maire à rémunérer le personnel enseignant intervenant lors d'études surveillées dans les écoles de la ville Rapporteur Mme Primo

Mis à jour le

Mme PRIMO : Cette délibération est proposée au Conseil Municipal pour permettre de rémunérer les enseignants qui effectuent les études surveillées. C’est une délibération qui est prise pour l’ensemble des enseignants de la ville parce que les choses peuvent bougées en cours d’année et donc, à un moment donné, prendre cette délibération globale, cela permettra de pouvoir rémunérer ces personnels. Alors vous me direz, avant on ne le faisait pas, non on ne le faisait pas parce que la perception ne donnait pas d’obligation de le faire, une simple déclaration suffisait. Aujourd’hui ça ne suffit plus.

MONSIEUR LE MAIRE : Anthony, peux ajouter quelque chose ?

M. PONTET : Sur le travail qui a été fait dans le cadre du retour à la semaine de 4 jours. Nous avons mené un travail de fond sur la question des études et sur ce que l’on voulait y mettre dedans. Aujourd’hui, on sait ce qu’on veut y mettre dedans, on a encore des difficultés à le faire fonctionner, pour plusieurs raisons, les animateurs qui travaillent sont des animateurs souvent étudiants qui ont des partiels, qui ont des congés qui sont différents des périodes de vacances qui sont les nôtres, et donc c’est difficile d’arriver à avoir un service constant pour assurer les études surveillées.

Seuls, les enseignants qui sont sur les écoles et qui sont volontaires pour y participer, sont mieux armés pour les faire. A la fois, parce qu’ils sont sur les écoles et à la fois parce que c’est leur métier et que c’est sur eux que l’on compte pour donner de la qualité dans le contenu de ce qui est fait.

On imagine sur cette question-là, d’avoir deux dispositifs, un dispositif qui tendrait à être des études dirigées avec un contenu de qualité qui pourrait permettre aux gamins d’avoir un accompagnement plus personnalisé, et à la fois un dispositif qui permettrait de faire réaliser les devoirs à tous les élèves qui pourraient rentrer chez eux le soir, tranquillement, de façon à ce que les parents qui travaillent puissent ne pas avoir cette charge le soir en rentrant à 18h.

M. le Maire demande aux Conseillers Municipaux de procéder au vote.

VOTE
UNANIMITÉ