N°14 - Dénomination de la Maison de la Formation à Biver et de son activité Rapporteur M. Brondino

Mis à jour le

M. BRONDINO : Je voudrais d’abord répondre à Monsieur Garella tout à l’heure quand il a dit qu’on ne s’occupait pas de l’emploi sur Gardanne. Je tiens à vous dire qu’en 2016, avec le service Emploi de la ville de Gardanne, on a reçu plus de 250 personnes et il y en a plus de 50 qui ont trouvé un emploi. Je trouve que ce n’est pas si mal. On est quand même plus du double que Pôle Emploi.

Dans le cadre de l’arrêt de l’activité minière, la ville s’est portée acquéreur du patrimoine minier, et ce afin de faire vivre la mémoire ouvrière de la commune et d’honorer les familles gardannaises qui ont pris part à cette activité industrielle et ont permis la construction et le développement de la ville. Le bâtiment de la Maison de la Formation situé à Biver faisait partie de ces acquisitions et la commune l’a dédié à la formation professionnelle et à l’emploi.

Cependant, le développement de l’activité au sein de l’actuelle Maison de la Formation en matière d’emploi, d’insertion et de formation manque de visibilité et d’identification claire. Ce besoin d’identification est fréquemment évoqué par les différents partenaires qui interviennent au sein de ces locaux. En conséquence, afin de bien distinguer l’activité et le site proprement dit, il est proposé de nommer l’activité du site "La Passerelle" et le site "Centre Saint Pierre".

Mme APOTHELOZ : Je suis entièrement d’accord avec ce qui vient d’être dit. Par contre, il me semble que c’est insuffisant parce qu’il y a d’autres problématiques à prendre en compte pour la Maison de la Formation. C’est la signalétique qui est insuffisante. On ne comprend pas quand on passe à côté ce qui se passe dans ce bâtiment. Il n’y a même pas un panneau d’accueil pour signaler les associations et les institutions présentes sur le site. Les salles sont bien rénovées, je n’en disconviens pas mais l’extérieur est triste et un peu froid et il conviendrait peut être d’y réfléchir et de repenser les abords.

La cour intérieure est très belle sauf qu’elle est réservée pour les voitures de la ville alors qu’il y a des parkings, il y a d’abord un parking derrière la maison des associations où il y a de la place donc il suffirait de l’aménager. Il y a un deuxième parking à moins de deux minutes en contrebas qui est toujours vide, sauf au moment où il y a des matchs. Donc c’est vrai que c’est un parking qui pourrait aussi être utilisé. Et repenser la cour, notamment dans un pays où il y a quand même beaucoup de soleil et où les jeunes stagiaires et les adultes puissent vivre d’une manière un petit peu plus conviviale.

Actuellement, les jeunes et les moins jeunes fument dehors assis sur les marches d’escalier et ils n’ont même pas d’endroit pour mettre les cigarettes. Pour moi qui suis écologique, je trouve que c’est un manque d’éducation et il faudrait peut être prévoir. Ce sont des petites choses comme ça sur lesquelles il faudrait prévoir et réfléchir.

Il y a un jardin derrière. Cela fait une dizaine d’années qu’il est en friche. C’est quelque chose qui pourrait peut être se réfléchir. Je pense qu’il y a un travail beaucoup plus important que simplement la dénomination et on pourrait peut-être créer un comité d’usagers sur cette Maison de la Formation, avec les formateurs, les institutions, les stagiaires et pourquoi pas les habitants du Hameau du Petit Verdillon, parce que je suis habitante du Hameau, on n’a aucun contact et c’est dommage.

M. BRONDINO : Justement, on donne un nom pour qu’on puisse faire une signalisation. Jusqu’à présent, on ne savait pas comment y accéder ni ce qu’on y faisait. Tout le dehors, ce dont vous parlez, on y travaille dessus et il va y avoir des projets qui vont arriver.

VOTE
UNANIMITÉ