N°04 - Rapport annuel du délégataire de service public - Maison de Clairefont à Bandol - Exercice 2015 Rapporteur Mme Pona

Mis à jour le

Mme PONA : L’article L.1411-3 du Code Général des Collectivités Territoriales prévoit que le délégataire d’un service public produit chaque année avant le 1er juin à l’autorité délégante un rapport comportant les comptes et retraçant la totalité des opérations afférentes à l’exécution de la délégation de service public et une analyse de la qualité de service. Ce rapport est assorti d’une annexe permettant à l’autorité délégante d’apprécier les conditions d’exécution du service public. Dès communication de ce rapport, son examen est mis à l’ordre du jour de la prochaine réunion de l’assemblée délibérante qui en prend acte.

M. BALDO : On va sûrement vous le répéter chaque année. Une fois de plus, on vous propose de vendre ce bien qui n’est pas d’un grand intérêt selon nous pour la ville et avec ces 3, 4, 5 millions d’euros, enfin on pourra faire un vrai cinéma. Quand je dis "vrai cinéma", je parle du lieu, pas de la qualité des films qui y sont passés. Il y a certaines familles qui ont maintenant chez eux des écrans plus grands que la salle n° 3 par exemple. Donc Bandol, on ne voit pas trop l’intérêt de le garder. C’est peut être la mémoire de la ville mais l’histoire, ça sert à préparer l’avenir.

M. GARELLA : On a eu le rapport qui est fort bien fait. Quatre familles gardannaises sont allées à Bandol cette année... Comme l’a dit M. Baldo, il y a peut être une immobilisation de 2, 3 ou 4 millions pour un loyer qui je crois avoisine les 1 000 euros par mois, ce qui est vraiment très très faible. Donc, on se demande quelle est votre volonté de garder ce bien.

M. MEI : Monsieur Garella, quand on a pris cette décision, vous étiez de notre côté. Je voudrais vous le rappeler.

M. GARELLA : Je n’ai pas voté le loyer hein...

M. MEI : Je voudrais rappeler qu’effectivement, Clairefont, comme Ailefroide et d’autres, font partie de l’histoire de la mine. Quand on nous a proposé de les acquérir, on l’a fait. C’est quelque chose de fort. Donc nous, est-ce qu’on était capable de gérer directement, non. Donc on a demandé à un organisme social qui est proche de vos idées, V.T.F., de le gérer en accord avec nous. Ce qui a été fait. Alors ils nous versent un loyer tout à fait dérisoire, je le reconnais, mais en même temps, tous les Gardannais, à des prix plus intéressants, peuvent accéder à tous les centres de vacances de V.T.F. Vous entendez bien !

Donc là il n’y a que cinq familles, peut être qu’ils ont voulu être dépaysés, aller ailleurs. Mais cette année, on a envoyé 30 familles passer gratuitement une semaine de vacances. J’ai vu pleurer des gens qui ne sont jamais partis, qui n’ont jamais quitté leur ville. Donc c’est un accord global et nous allons élargir et pouvoir améliorer et construire quelques bâtiments de plus. Le nouveau maire de Bandol nous a reçus d’une façon tout à fait cordiale. Il va nous aider, dans le cadre du PLU qui a été voté par la ville de Bandol, à réaliser quelque chose qui soit important. Je rappelle, c’est trois étoiles, donc c’est du travail de qualité.

Mme PONA : C’est garder une politique, une vision des vacances, qui reste quand même à la portée de tous. On leur laisse le choix avec un côté montagne et un côté mer. Avec V.T.F. qui permet de prendre tous les dispositifs, que ce soit des dispositifs en libre accès ou des dispositifs sociaux. Donc c’est quand même la possibilité de se saisir de ça et c’est aussi important que d’aller au cinéma que de permettre aux gens de se dire que sur un budget ou sur un projet familial, je peux partir en vacances. Donc effectivement, on travaille avec eux. Les risques, ce sont eux qui les prennent, et nous on ne fait que garder le projet dans la commune avec l’histoire qu’il représente.

M. MEI : Ils ont tout refait à neuf et peut être Valérie, que c’est l’occasion de nous inviter à aller passer un après-midi en invitant l’opposition à venir voir ce qu’on a fait. Donc le bien a été valorisé d’une façon considérable.

M. AMIC : Nous vous remercions de votre invitation à ce patrimoine commun. Si l’intégralité du groupe d’opposition va à Bandol, nous triplerons la fréquentation et nous pourrons donner tout corps à l’ensemble de vos travaux. Et pour revenir à ce que vient de dire Mme Pona sur la fréquentation du cinéma, que ce soit le cinéma où le résultat quand même de votre majorité pose problème, parce que la culture scientifique Monsieur le Maire la veut à l’extérieur mais il ne la veut pas tellement à Gardanne.

Je rappelle Monsieur le Maire que nous avions la délégation à la culture scientifique à la CPA. A l’époque vous vous entendiez très bien avec Madame Joissains qui vous a soutenu aux dernières élections, et au conseil territorial, nous n’avons plus aucune représentation. Donc au niveau culturel, votre majorité a quand même un très très lourd passif. Mais je reviens Monsieur le Maire, et je pense que vous connaissez les délibérations à l’époque aussi bien que moi, j’étais intervenu sur le terrain qui était constructible à l’époque et votre ancien adjoint à l’Urbanisme nous avait ri au nez en nous disant que ça ne rentrait pas dans le cadre, etc...

M. MEI : Il n’est plus là !

M. AMIC : Oui, je sais qu’il n’est plus là, mais vous portez l’intégralité du résultat de cette majorité depuis 1977. On avait insisté sur ce point là. Pouvez-vous nous éclaircir aujourd’hui sur ce qui va être fait finalement par l’opérateur ou par la ville sur ces fameux bâtiments en plus ? Parce que nous constatons que nous avons cet actif, nous constatons que vous y faites des travaux, nous constatons que seulement quatre familles y vont, nous vous le disons, et vous nous informez aujourd’hui que vous allez faire des travaux là bas alors que nous en demandons ici à Gardanne. Alors éclaircissez nous s’il vous plaît sur ces travaux, leur montant, et qui va les financer.

M. MEI : Je pense que vous allez quelquefois dans la ville. Vous avez dû remarquer qu’on refait tout le foyer du 3ème âge, que nous avons inauguré en début d’année la maison de la vie associative, et on vous conviera à lui donner un nom particulier. Nous avons commencé la cuisine centrale, vous avez remarqué. Les pompiers, nous avons offert le terrain et grâce à l’action qui a été menée par le précédent Conseil Départemental et celui-ci, nous sommes en train de faire encore un équipement de plus. Et je pense qu’avec les réalisations que nous allons faire sur le puits Morandat, ça va être quelque chose d’extraordinaire. Ne vous inquiétez pas, il y a beaucoup de choses qui se font, malgré effectivement que la Métropole veut nous étouffer, mais on a commencé ces travaux avant pour qu’ils ne soient pas remis en cause. Je pense que j’ai bien répondu. Il n’y a pas beaucoup de villes de même population qui en font autant.

Mme PONA : Vous pouvez préciser parce qu’à Bandol, on ne fait pas de travaux !

M. AMIC : Monsieur le Maire vient de parler de bâtisse supplémentaire, il parle d’évolution du PLU.

Mme PONA : Mais ce n’est pas nous !

M. AMIC : Alors justement, nous demandons dans quel but va faire l’opérateur sur place. S’il prend cet acquis et qu’il fait des bâtiments, j’imagine qu’il va rentrer plus d’argent : est-ce que vous allez faire évoluer le loyer qu’il nous paye ? Qui va financer là bas et quelle va être la rentabilité pour la ville ?

M. MEI : Très bien. Je vous ai déjà en partie répondu. Nous verrons quand les choses avanceront. Nous sommes en train de discuter avec le maire de la commune de Bandol pour pouvoir améliorer et agrandir encore le patrimoine de la ville et c’est V.T.F. qui va prendre en charge les coûts. Alors, nous aurons l’occasion d’en rediscuter mais c’est un patrimoine extraordinaire de la ville et quand vous disiez les sommes, elles sont certainement multipliées par deux ou par trois. Donc il y a un enrichissement de la commune et l’action sociale de la ville permet à des gens d’aller passer leurs vacances gratuitement ou peu cher ailleurs. Par exemple si vous voulez aller à Ailefroide, j’espère que vous y êtes allé, c’est 14 euros la journée, mais on fait sa cuisine. Donc si vous êtes intéressé, vous pourriez en bénéficiez vous même.

M. AMIC : Je vous en remercie Monsieur le Maire.

M. MEI : Si vous étiez d’accord, Madame Pona va organiser une visite et vous verrez quelque chose de beau. Et je voudrais rappeler que c’est la marquise du Barry qui a laissé ce legs.

VOTE
POUR   CONTRE
Majorité Municipale 26
  M. Garella (2)
M. Rigaud
Mme Biggi-Conti 2
M. Amic
M. Baldo (2)
ABSTENTIONS
M. Lepoittevin