Economie

Nawatechnologies ne manque pas d’énergie Energies 416 - Stéphane Conty

Mis à jour le

Deux entreprises hébergées et accompagnées par le site Charpak à Gardanne de l’école des Mines de Saint-Étienne, Microvitae et Nawatechnologies, ont récemment été lauréates du Concours mondial Innovation 2030.

Voir le dossier
Centre microélectronique Charpak

LE CONCOURS MONDIAL D’INNOVATION, INITIÉ PAR L’ÉTAT, A POUR OBJECTIF DE FAIRE ÉMERGER LES FUTURS CHAMPIONS DE L’ÉCONOMIE FRANÇAISE en identifiant puis en accompagnant la croissance d’entrepreneurs français ou étrangers dont le projet d’innovation présente un réel potentiel. Parmi les 626 entreprises engagées dans ce concours, 58 ont finalement été retenues, dont Microvitae et Nawatechnologies.

C’est avec son projet Nawa Shell que cette dernière s’est imposée, un projet qui vise à combiner différentes briques technologiques en un produit tout-en-un 100 % carbone et 100% recyclable, intégrable aux structures mêmes des objets auxquels il fournit de l’énergie.

CRÉÉE EN AVRIL 2013, LA SOCIÉTÉ EST DONC HÉBERGÉE SUR LE SITE GEORGES-CHARPAK À GARDANNE, au sein de l’espace partenarial recherche et développement (EPRD). Un choix qui ne doit rien au hasard comme le souligne Pascal Boulanger, créateur de l’entreprise. « Je cherchais un lieu d’implantation où je puisse trouver un écosystème qui rassemble de grandes entreprises ayant un domaine d’activité proche du mien comme STmicro ou Eurocopter, qui puissent m’aider et éventuellement devenir des clients, ainsi qu’un réseau de PME et sous-traitants et de start-up innovantes. Ici on trouve tout ça, ainsi que l’accès aux installations du CMP. Quand je reçois des clients ou partenaires potentiels, c’est certain que l’endroit donne une certaine assise et est rassurant pour eux. Finalement ici c’est un endroit assez unique. »

Nawatechnologies travaille sur un supercondensateur, un dispositif de stockage d’électricité mille fois plus rapide que les batteries au plomb, capable de se recharger en quelques secondes, pouvant supporter des centaines de milliers de cycles de charge/décharge et tenant à des températures allant de -40°C à +120°C . Basé sur un nanomatériau multifonctionnel issu d’une dizaine d’années de recherche avec le CEA et les universités de Cergy et de Tours, celui-ci permet également de gagner fortement sur le volume de la batterie, et donc soit de stocker autant sur une batterie plus petite, soit de stocker beaucoup plus sur un même volume.

Cerise sur le gâteau, son impact écologique est bien moindre qu’une traditionnelle batterie au plomb comme l’explique Pascal Boulanger. « Nos solutions, à base de carbone et d’aluminium, ne contiennent pas d’acides ni de métaux lourds, ne sont pas corrosives, et sont recyclables. En plus le fait de pouvoir supporter des centaines de milliers de cycles de charge/décharge leur donne une durée de vie de quinze ans là où une batterie au plomb ne dépassera pas les trois ans. »

L’OBJECTIF DE L’ENTREPRISE EST D’ARRIVER D’ICI 2016 À ÉGALEMENT PRODUIRE, DE PRÉFÉRENCE EN FRANCE, et commercialiser ses dispositifs de stockage, pour les transports électriques notamment. A plus long terme les pistes de développement ne manquent pas, leur nanomatériau ayant aussi des applications possibles dans des domaines aussi variés que le solaire ou le déssalement d’eau de mer.