Morandat, un pôle de culture scientifique en devenir Energies 488 - février 2018 - Stéphane Conty

Mis à jour le

Le 2 février dernier, Pierre Dartout, Préfet de région, a convié plusieurs acteurs institutionnels au puits Morandat pour échanger sur le projet du Centre de culture scientifique technologique et industrielle (CCSTI) porté par Roger Meï et la Ville. L’occasion d’avancer sur la mobilisation des financements nécessaires à sa réalisation.

APRÈS UNE VISITE DE L’ENDROIT OÙ VA ÊTRE CRÉÉ LE FUTUR CCSTI
Commentée par Nicolas Fortuit, directeur de la Semag, la société d’économie mixte de la ville qui a en charge la gestion et le développement du site, tous les invités se retrouvent dans une salle jouxtant le hall des mineurs pour débuter la réunion.

Sont notamment présents autour de la table Pierre Dartout, Préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Préfet des Bouches-du-Rhône, Serge Gouteyron, Sous-préfet d’Aix-enProvence, Maryse Joissains, Présidente du Territoire du pays d’Aix, Monique Robineau, Conseillère régionale, Claude Jorda et Rosy Inaudi, Conseillers départementaux, ainsi que des représentants de la Métropole, de communes voisines, de l’Ademe, du BRGM et du campus Charpak. Des élus gardannais participent également à cette réunion, dont le maire Roger Meï et Jean-Marc La Piana, adjoint au maire délégué à la culture et au développement de la culture scientifique.

« Le développement de la culture scientifique est une bataille que nous menons depuis très longtemps à Gardanne, explique Roger Meï en préambule. Nous nous sommes battus pour qu’elle figure au programme de Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture, et depuis des années nous accueillons la Fête de la science en partenariat avec le campus Charpak. Aujourd’hui ce sont jusqu’à dix mille personnes qui y participent chaque année. Plus largement, je souhaite rappeler que notre projet à Morandat c’est aussi le développement de l’innovation et de l’économie sociale. »

Il cède ensuite la parole à Nicolas Fortuit qui présente le projet en cours de développement à Morandat, en débutant par la partie économique. « Notre situation centrale dans le territoire c’est notre force. C’est ce qui intéresse en premier lieu les chefs d’entreprise que je rencontre qui souhaitent s’y installer. Nous créons le premier parc d’activité éco-quartier de France. Nous portons une attention particulière sur la qualité du projet industriel et social des entreprises qui s’installent ici. Nous avons déjà commercialisé 40% de la surface du site. » Il détaille ensuite les grandes lignes du futur CCSTI dans ses différents aspects. Pour le grand public il sera : centre de rencontres, plateau événementiel, atelier de médiation et de création scientifique, parcours d’exploration sur les géosciences et espace de valorisation de l’histoire minière.

Pour les entreprises installées sur le site il doit être centre d’expérimentation, de recherche et développement, lieu de rencontres et d’échanges. « Je suis assez séduit par le concept que vous défendez, et ce pour plusieurs raisons, déclare le préfet Pierre Dartout en s’adressant aux élus gardannais. Il est important sur le plan économique avec la création d’emplois, important sur le plan environnemental avec le projet de géothermie, important aussi pour la préservation et la mise en valeur d’un patrimoine, et enfin, car il s’inscrit dans le développement de la culture scientifique, si importante pour le développement industriel dont notre pays a besoin. »

Les discussions se poursuivent sur la reconnaissance d’intérêt métropolitain du projet. L’implication financière des partenaires est ensuite abordée, le pays d’Aix ayant déjà annoncé une participation à hauteur de sept millions d’euros et la Région confirmant également qu’elle va apporter un financement.