Economie

Morandat, le grand hall des mineurs fait peau neuve Energies 400 - Stéphane Conty

Mis à jour le

Le 16 juillet dernier, le Maire Roger Meï a invité les entreprises installées au puits Morandat à prendre connaissance des projets programmés sur le site, et notamment les modalités de la rénovation du grand hall des mineurs. Outre les aspects économiques, le volet culturel du devenir de l’endroit a également été abordé.

PARMI LES RESPONSABLES d’entreprises présents, trois vont prochainement emménager sur le site. Biotechnologies, médecine, semi-conducteurs, communication, contrôle de radioactivité, développement de logiciels et création de sites web, développement de bancs d’essais sont quelques-un de leurs domaines d’activités. Des domaines somme toute en accord avec la philosophie du lieu puisque l’hôtel d’entreprises du puits Morandat a avant tout vocation à accueillir des sociétés innovantes dans leur phase de lancement-développement.

Certaines comme Neowave, Nerys ou encore @m2c étaient déjà là lors de l’inauguration de la première tranche de l’hôtel d’entreprise en 2009. Celle-ci concernait les locaux attenants au Hall des mineurs côté Est. Depuis cette structure d’accueil des entreprises n’a cessé de se développer à travers différentes phases d’aménagement, en 2010 toujours dans l’aile Est du bâtiment, puis en 2011 dans une partie du rez-de chaussée de l’aile Ouest et en 2012 à l’étage au-dessus.

Actuellement les appels d’offres sont en cours pour l’aménagement de nouveaux locaux, toujours dans l’aile Ouest. La surface concernée, d’environ 600 m2 doit permettre d’y aménager entre quinze et vingt bureaux selon les besoins. La livraison devrait intervenir au deuxième trimestre 2014.

Lors de la réunion ont été présentés les travaux qui vont être réalisés dans le grand hall des mineurs. L’idée est qu’en valorisant le site on valorise également les entreprises qui s’y trouvent, notamment aux yeux de clients potentiels qui viendraient les voir. La conception de cette rénovation a été confiée à une société installée sur place.

L’une des particularités du hall, outre ses dimensions et son volume assez exceptionnels, ce sont ses importantes surfaces vitrées. Sur celles-ci des films colorés vont être posés, leur conférant un aspect assez proche des vitraux d’une cathédrale. Certes ils ne s’agit pas de représenter des saints ou des passages de la Bible, mais d’apporter une touche de couleurs à la lumière du lieu. Et ce d’autant plus que les murs seront peints en blanc, alors que le sol sera recouvert d’un revêtement gris.

Les deux passerelles qui relient les deux ailes du bâtiment seront également peintes en blanc et ornées de posters mixant des représentations en relation avec le passé minier du lieu, et d’autres tournées vers son futur high-tech. Enfin, des espaces de rencontre ou pour des réunions informelles seront aménagés avec fauteuils et canapés.

A l’issue de la présentation les chefs d’entreprise présents ont pu poser des questions et faire remonter leurs besoins. La question de l’accès au pôle Morandat a notamment été évoquée, qu’ils souhaiteraient mieux signalé et plus avenant. L’aménagement de l’extérieur du bâtiment a aussi été abordé. Une étude d’impact est en cours pour déterminer ce qui est faisable.

Bien que le volet économique a été au centre de la réunion, l’aspect culturel n’en a pas été oublié pour autant, notamment par le Maire Roger Meï qui a abordé la question. « Je tiens à rappeler que ce site est appelé à un double avenir, économique d’abord comme votre présence ici en témoigne, mais aussi culturel. Gardanne est une ville qui travaille à sensibiliser le public, et notamment les jeunes, à la culture scientifique. Nous avons d’ailleurs oeuvré pour que celle-ci soit intégrée à Marseille Provence 2013. Nous avons pour projet d’installer ici à Morandat un Centre de culture scientifique, technique et industrielle (ndlr : CCSTI). »

Un CCSTI peut être défini comme une structure ayant pour mission de favoriser les échanges entre la communauté scientifique et le public. Cette mission s’inscrit dans une démarche de partage des savoirs, de citoyenneté active, permettant à chacun d’aborder les nouveaux enjeux liés à l’accroissement des connaissances. Il doit favoriser la réflexion individuelle et collective sur la place de la science et des techniques dans la société, réaliser et promouvoir des actions de vulgarisation scientifique et technique et contribuer à conserver les patrimoines culturels scientifiques et techniques locaux.

Un dernier aspect particulièrement important à Gardanne avec son passé minier et son caractère industriel où des techniques originales ont été développées, comme le procédé Bayer à Pechiney ou le “lit fluidisé” à la centrale thermique qui diminue nettement les rejets carbonés dans l’atmosphère.

A l’issue de la réunion, les participants qui le souhaitaient ont pu visiter l’exposition Tribul@tions d’une goutte d’eau installée dans les anciens vestiaires des mineurs.

La vie d’une goutte d’eau

Développée dans le cadre de Marseille Provence 2013, Tribul@tions d’une goutte d’eau est une exposition coproduite par la ville de Gardanne, Marseille Provence 2013 et l’École nationale supérieure des mines de SaintÉtienne à travers le Site Georges- Charpak de Gardanne.

La ville de Gardanne a souhaité contribuer à la production d’un outil d’information sur la gestion de l’eau afin de sensibiliser les publics, jeunes en particulier, au respect et à la préservation de la ressource en eau. Dans cette optique, l’exposition a proposé pendant deux mois une découverte ludique du cycle de l’eau à travers un jeu de pistes retraçant le parcours de gouttes d’eau qui traversent différents états (solide, liquide, gazeux), sur différents sites (naturels ou construits par l’homme) et pour différents usages (domestiques, industriels, agricoles).

Muni d’une tablette numérique, le visiteur était dans la peau d’une gouttelette qui parcourt le cycle de l’eau, matérialisé par dix-sept bornes représentant chacune une étape du cycle. Une belle réussite pour cette exposition qui circule désormais dans toute notre région.