Environnement

Les industriels rencontrent les habitants Energies 313 - Carole Nerini

Mis à jour le

A la demande de la municipalité, et comme cela se déroule chaque année depuis 2001, les industriels et les riverains ont été conviés à une réunion d’échanges et de concertation en mairie. Une occasion de faire le point sur les questions d’environnement.

En présence du Maire, des élus, de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Ex DRIRE) et d’Atmo Paca (Agence de surveillance de la qualité de l’air), les représentants des grosses industries de la commune ont présenté un bilan de leurs efforts en matière de lutte contre le bruit, les poussières et la pollution.

Dans la salle, les Gardannais habitant à proximité des sites concernés sont venus chercher des réponses, tout comme les associations et les particuliers attentifs aux questions liées à l’environnement.

En ce qui concerne la centrale thermique, un procédé de dépollution des fumées de la tranche 5 a été mis en place. En 2008, 87 millions d’euros y ont été affectés. « L’an dernier, explique Dominique Mayer, nous avons installé des bunkers acoustiques et des bardages sur la façade Sud de la chaudière 4. Pour les poussières, nous avons aménagé un système d’arrosage du stock de charbon par quinze canons à eau qui fonctionnent du printemps à l’automne. »

Dans l’assemblée, un responsable de l’association de lutte contre les nuisances et la pollution dénonce le bruit persistant de la tranche 4 et les poussières qui continuent de voler quand les camions déchargent...

De son côté, Rio Tinto-Alcan a également produit des efforts en matière d’envol des poussières puisque des filtres ont été installés, un nouveau procédé de séchage a été mis en place et le stock a été réduit de manière importante. « Cette année et l’an prochain, ces travaux d’amélioration vont continuer explique Philippe Thibault, même si nous sommes conscients que le problème est difficile à régler. »

Réduire considérablement la circulation de camions autour de la carrière

Actuellement, même avec l’arrêt de deux fours sur trois, les riverains restent mécontents. Pourtant, comme l’a souligné la représentante d’Atmo Paca, « les retombées dues à cette usine ont baissé de 20 % l’an dernier. » Une réunion entre Rio Tinto-Alcan et les riverains a été prévue dans les semaines à venir.

Durance Granulats a, quant à elle, reçu une nouvelle autorisation d’exploiter sur place, ce qui devrait considérablement réduire sur le CD 46 la circulation de camions qui jusque là venait de l’extérieur. Un décrotteur de roues à 200 mètres de la route est également prévu cette année. Jean-François Velly, directeur de la Semag qui gère la décharge, a ajouté qu’un procédé de captage des biogaz a récemment été installé afin de réduire les nuisances olfactives.

Mais malgré les efforts, qui seront poursuivis, les riverains n’ont pas manqué d’exposer leur mécontentement et parfois leur exaspération. Bruit, odeur, poussière, circulation, le quotidien à proximité d’industries telles que celles que nous possédons sur la commune n’est pas toujours facile. Au Langarié, un point sera fait prochainement avec les riverains.