CMP Charpak

Les élèves ingénieurs de Charpak font leur rentrée Energies 322 - Stéphane Conty

Mis à jour le

Une quarantaine de nouveaux ingénieurs fraîchement diplômés, augmentation des effectifs (388 étudiants plus 23 doctorants), projets d’agrandissements en cours de réalisation et à venir courant 2010, la rentrée du CMP Georges- Charpak est riche en nouvelles perspectives pour le développement de l’école.

Voir le dossier
Centre microélectronique Charpak

Le samedi 19 septembre en fin d’après midi, l’effervescence règne au Centre Microélectronique Georges-Charpak. 46 élèves ingénieurs, dont une dizaine de femmes, reçoivent leur diplôme d’ingénieur de spécialité Microélectronique et Applications, aboutissement de trois années d’études au CMP. Certains ont d’ores et déjà été recrutés par des sociétés prestigieuses telles Airbus France ou Thalès.

Toutefois la crise n’épargne pas les ingénieurs de ce niveau, et contrairement à la promotion précédente, si la majorité d’entre-eux sont déjà embauchés, tous n’ont pas encore d’emploi avant la remise de leur diplôme. Nul doute cependant qu’ils ne tarderont pas à trouver, la qualité de la formation étant largement reconnue. Une reconnaissance qui attire d’ailleurs de plus en plus d’élèves vers les formations proposées par l’école.

C’est ainsi que 89 nouveaux élèves ont fait leur rentrée le 8 septembre au matin pour intégrer la première année du cycle Ismin, accueillis par des élèves de deuxième année, arborant le nouvel uniforme de la promotion pour l’occasion. Après un accueil en amphithéâtre, ils ont ensuite pu visiter le site répartis en petits groupes.

Un uniforme et un week-end "sports extrèmes" pour la nouvelle promotion

La semaine suivante, trois élèves de seconde année viennent leur présenter le nouvel uniforme de la promotion. Ce projet d’uniforme, non obligatoire, a été lancé l’année dernière à l’initiative des élèves et rencontre semble-t-il un franc succès. A porter lors des grandes occasions qui vont ponctuer la vie étudiante de ces élèves ingénieurs, il symbolise aussi un lien entre les différentes promotions, et pourquoi pas même entre tous les élèves de l’école des Mines de Saint-Étienne. Un uniforme enfin, dont les bandes rouges sont un rappel des couleurs de Gardanne.

Moment fort de cette rentrée pour ces nouveaux venus, un week-end d’intégration s’est déroulé du 13 au 15 septembre à Annot, village de montagne dans les Alpes de Haute Provence. Tous les élèves ingénieurs de première année accompagnés par dix élèves de deuxième année et dix intervenants du CMP ont enchaîné des activités sportives de montagne.

Au programme, randonnée avec course d’orientation, via Ferrata avec tyrolienne et pont de singe, et pour finir canyoning. Objectifs du séjour, que les élèves apprennent à se dépasser, qu’ils fassent plus ample connaissance et qu’ils côtoient l’équipe éducative en dehors du cadre de l’école.

L’école propose deux formations en parallèle. La première, Ingénieur Spécialisé en Micro- électronique Informatique et Nouvelles technologies (Ismin) concerne des étudiants en formation initiale avec une moyenne d’âge de 20-22 ans. Ceux-ci sont issus des filières scientifiques et recrutés sur concours Télécom INT, Ensam et Polytechniques ainsi que sur dossier pour des élèves titulaires d’une licence ou d’une maîtrise scientifiques. C’est un cycle de trois années d’études.

« Cette année nous avons une forte augmentation des effectifs en première année Ismin avec notamment 89 étudiants en première année contre 59 l’année dernière » explique Jean-Paul Ramond, directeur délégué à la formation. « Avec 61 élèves en 2 e année et autant en 3 e année, nous avons un total de 211 élèves, alors qu’ils étaient 170 l’année dernière. Des chiffres qui nous satisfont d’autant plus qu’ils s’accompagnent d’une féminisation de l’effectif. »

En effet, elles sont vingt étudiantes cette année à intégrer les cycle de formation Ismin, contre dix l’année dernière. « Augmenter la proportion d’étudiantes au sein de nos formations est une préoccupation de l’école, » commente Jean-Paul Ramond.

La deuxième formation proposée par la CMP-GC concerne des étudiants sous statut salarié. Elle forme des ingénieurs de spécialité en électronique et informatique industrielle dans le cadre d’une formation école/entreprise en partenariat avec l’Institut des Techniques d’Ingénieur de l’Industrie (ITII Paca). Cette année ils sont 161 à suivre cette filière qui concerne deux profils d’étudiants différents. 130 d’entre-eux sont en formation par apprentissage. Âgés en moyenne de 21-22 ans, ils ont intégré ce cursus à l’issue d’un BTS ou d’un DUT, et vont suivre trois ans de formation, avec une part non négligeable en entreprise.

Une formation continue pour des étudiants-salariés issus de BTS/DUT

Les 31 élèves restants sont du même niveau de diplôme, mais travaillent déjà depuis au moins trois ans. Ils sont donc plus âgés, avec une moyenne de 30 ans, qui tend toutefois à diminuer. Durant leur formation ils continuent à travailler dans leur entreprise - St Micro, Gemalto ou encore Eurocopter pour ne citer que les plus proches d’entre-elles - qui les accompagnent dans leur évolution de carrière.

Ces étudiants travaillent dans leur entreprise du lundi au jeudi et sont en formation au CMP le vendredi et le samedi. Ici le cycle n’est que de deux ans et demi, les stages en entreprise n’étant pas nécessaires.

Cette année l’école accueille également seize ingénieurs civils des mines, soit un total de 388 élèves ingénieurs et 23 doctorants. Il y a également des élèves étrangers qui étudient au CMP-GC. Admis sur concours au même titre que les autres élèves, ils étaient 13 en 2008 et sont 14 cette année, principalement originaires du Maroc, du Sénégal et de Suisse.

L’école des Mines a noué de nombreux partenariats avec des universités étrangères telles la Jiao Tong University de Shanghaï (Chine), le Royal Institut of Technology (Suède), l’Université d’Édimbourg (Écosse) mais également au Japon, en Corée et au Canada, favorisant les stages internationaux pour ses élèves. Ainsi douze étudiants chinois et un Indien ont intégré le cycle Ingénieur Civil des Mines, étudiants principalement à Saint-Étienne.

Ces partenariats permettent à des élèves d’aller étudier à l’étranger, en Europe dans le cadre du projet Erasmus, et en dehors dans le cadre du projet Socrate. « C’est une volonté stratégique de l’école que de plus en plus d’élèves du cycle Ismin aient une période minimale de 4 à 6 mois à l’international pendant leur formation, précise Jean-Paul Ramond. Nous sommes passés de 8 % des élèves pour la promo 2005 à 27% sur la promo qui a été diplômée le 19 septembre dernier. Parmi eux certains sont allés en Écosse, aux États-Unis, au Luxembourg, en Tchéquie ou encore en Chine. Pour la promo qui vient d’entrer en 3 e année, nous atteindrons vraisemblablement les 30%. »

L’étude des langues étrangères est d’ailleurs largement mise en avant dans le cursus Ismin. Les élèves doivent en effet obligatoirement pratiquer l’anglais et choisir une deuxième langue étrangère parmi l’allemand, l’espagnol, l’italien, le japonais ou le chinois. Lors de la 3e et dernière année de formation, outre le stage de fin d’études de six mois qu’ils sont vivement encouragés à faire à l’étranger, les étudiants vont devoir réaliser un projet d’étude avec rapport et soutenance en anglais.

Projets d’extension : salles blanches, salles de cours et logements étudiants

Pour des raisons de coûts, la construction du CMP-GC a dès le départ été divisée en plusieurs phases. La première concernait essentiellement les bâtiments de cours et de recherche, deux ensembles de logements étudiants, la maison des élèves, et s’est achevée au dernier trimestre 2007.

La deuxième phase a démarré il y a peu par le développement de la capacité d’accueil des départements de recherches. Aux trois départements déjà en activité depuis 2005 est venu s’en rajouter un 4 e dédié à la recherche en bioélectronique, livré le 1er septembre dernier.

D’ici la fin 2009, l’école devrait compter aussi un amphithéâtre de 150 places et 60 places en salles de cours supplémentaires. Courant 2010, les 600 m2 de salles blanches vont être étendues à 800 m2, une surface parmi les plus importantes d’Europe hors industrie. Toujours pour 2010, la rénovation du château Laurin devrait servir à l’accueil des visiteurs temporairement de passage au CMP, tels que chercheurs ou enseignants par exemple.

Des travaux sont également prévus du côté des logements étudiants, avec la création de deux plateaux sportifs et la réalisation d’un nouvel ensemble destiné à l’accueil des étudiants qui devrait compter environ 120 hébergements de plus.

« En ce qui concerne le bâti, nos financeurs sont l’État et les collectivités locales dont la mairie de Gardanne. Les moyens technologiques sont quant à eux financés également par nos partenaires industriels pour un montant d’environ 10 millions d’euros, » souligne Jean-Paul Ramond.

Des travaux sur lesquels nous ne manquerons pas de revenir dans le courant de l’année à venir.

Des étudiants dans la ville

Depuis trois ans, la municipalité organise une manifestation pour accueillir les centaines d’étudiants qui fréquentent les quatre établissements de la ville (CMP Charpak, lycées Fourcade, Valabre et l’Étoile). Ce jeudi 24 septembre, il s’agissait d’un rallye, géré par le service jeunesse et le service culturel, il a rassemblé 31 équipes de six élèves et rencontré un franc succès. Une occasion pour ces étudiants en première année de BTS ou de cycle d’ingénieur, de découvrir la ville et de se rencontrer.

Depuis le top départ donné vers 15h, tous ont donc parcouru Gardanne en tous sens pour résoudre des énigmes et passer des épreuves sportives. Bonne humeur et déguisements loufoques n’ont pas manqué d’interpeller les passants. Ils ont ainsi pu visiter le musée Gardanne Autrefois, se mesurer dans des combats de sumos gonflables face à la mairie ou encore grimper sur le mur d’escalade du lycée Fourcade. Enfin, ils ont eu l’occasion de faire un petit tour dans le Perça, à la recherche d’indices, dans une ambiance digne du Da Vinci code.

Tous étaient de retour vers 18h à la Maison du Peuple pour le décompte des points et la remise des récompenses. Les six vainqueurs, comme l’année dernière en BTS au lycée agricole de Valabre, ont pu repartir avec un lot de cadeaux comprenant notamment pour chacun d’eux, un iPod, un bon d’achat de 50 € à la librairie Aux vents des mots... et une balle anti-stress !

A cette occasion plusieurs services municipaux et associations avaient installé un stand et ont répondu aux questions des étudiants. Après un repas commun, la soirée s’est clôturée par une grande fête étudiante.