Forum ados

Les ados face à la différence Energies 356 - Bruno Colombari

Mis à jour le

La fondation Pfizer pour la santé de l’enfant et de l’adolescent organise le 7e Forum adolescences dans toute la France. Un débat a eu lieu au lycée Fourcade le 7 avril dernier, sur le thème : Comment faire de ma différence une force ?

Le 18 mai prochain, huit lycéens de Fourcade iront à Paris, salle Wagram, pour participer au Forum adolescences organisé par la fondation Pfizer. Comme les années précédentes, le Forum aura été préparé par des tables-rondes dans les différentes académies en mars et avril. Le lycée Fourcade a ainsi mobilisé une centaine d’élèves de la seconde à la terminale le 7 avril dernier pour aborder la question de la différence, qu’elle vienne d’un handicap, de la couleur de la peau, de l’orientation sexuelle, du communautarisme... Mais avant tout, il a été question d’image.

Sophie Campredon, psychiatre pour adolescents, et Franck Esmer, professeur de philosophie, ont d’abord tenté de définir la notion d’image de soi avant de prendre des réactions de lycéens : « L’image qu’on donne, c’est pour s’éloigner de la norme. On veut montrer qu’on n’est pas dans le moule. » « Rare sont les personnes qui ne font rien en fonction de l’apparence. Avant de nous connaître, les gens nous regardent. » « On propose différentes images à certaines personnes. Ce qui nous définit, c’est la multitude d’images qu’on présente. »

Ce que confirme Franck Esmer : « l’important, quand on est ado, c’est d’avoir plusieurs images à sa disposition. » Sophie Campredon a pour sa part évoqué les réseaux sociaux : « sur Facebook, vous mettez en public votre intimité. A quoi ça sert, cet outil-là ? Qu’est-ce que ça apporte en tant qu’image ? »

Il a été aussi question du poids de la norme et du regard des autres, même si, comme l’on constaté les lycéens, « au collège on s’en prend plein la tête, il y a beaucoup de rejet. Au lycée ça va mieux, il y a plus de maturité. Les différences qui stigmatisent ne sont pas les mêmes. D’ailleurs, ici, on est tous différents. » Sophie Campredon remarquait que « la norme est très forte sur les garçons, surtout sur les comportements. » Mais, soulignait Franck Esmer, « on peut réfléchir aux normes et à leur légitimité, elles peuvent être amendées. »

Autre point abordé, la différence comme distinction. Un ex-élève du lycée Fourcade, Cyril Missonier, souffre de surdité depuis l’âge de 15 ans. Aidé d’une personne spécialisée dans le langage des signes, il a témoigné : « Au début, on ne savait pas quoi faire, je ne pouvais plus suivre les cours, il m’aurait fallu une interprète mais je n’en avais pas. J’ai changé de lycée, je prépare un CAP de prothésiste dentaire. Depuis la sixième, je fais de la natation en compétition. L’an prochain, je vais essayer de passer le BNSSA (brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique), même si ça va être très difficile. Ma persévérance, elle vient de mon grand-père qui, avant de mourir, m’a fait promettre d’aller au bout de ce que je pouvais faire. »

Le cas d’un élève contraint à un séjour en hôpital psychiatrique a aussi été évoqué, avec les difficultés que ça a pu créer au niveau de ses camarades. « Il y a possibilité de se soigner, affirme Sophie Campredon. Vous devez en parler en classe. Quand il ira mieux, il faudra l’accepter. »

Le Forum adolescences a pour partenaire curiosphere.tv, la chaîne éducative en ligne de France 5, sur laquelle vous pouvez voir plusieurs vidéos sur le thème de l’adolescence.