Scolaire

Le provençal se découvre dès la maternelle Energies 366 - Loïc Taniou

Mis à jour le

Découvrir une seconde langue dès le plus jeune âge peut être une chance dans le parcours scolaire. L’école maternelle Elsa-Triolet, labelisée Centre d’enseignement continu par l’Éducation nationale depuis septembre dernier, initie les tout-petits au provençal.

Jeudi 17 novembre, 9h30 à l’école maternelle Elsa-Triolet. Les enfants jouent dans la petite cour intérieure avant de venir s’asseoir auprès de Lysiane Yacoubi qui leur entonne une comptine Vira, vira, vira molin. Il s’agit de la version provençale de la comptine Tourne, tourne, tourne moulin. L’institutrice amène les enfants à tourner, taper les mains, faire des jeux de doigts avec des explications en provençal, car la grande originalité de cette école maternelle est de faire découvrir la langue régionale aux tout-petits à peine âgés de trois ans.

« Nous venons d’être labellisés Centre d’enseignement continu par l’Éducation nationale, explique Annick Rochier la directrice. Nous sommes passés d’une pratique de la langue un peu isolée par séquences à une pratique quotidienne. Désormais, tous les élèves pratiquent la langue provençale à raison de trois heures par semaine. Sur les quatre classes de maternelles, deux enseignantes parlent couramment le provençal et possèdent l’habilitation, deux autres sont en formation progressive avec des stages pour obtenir l’habilitation. Les Atsem jouent également le jeu, notamment durant la cantine ou quand elles habillent les enfants. »

Chansons, comptines, jeux sont régulièrement animés en provençal ainsi que les consignes quotidiennes comme aller aux toilettes, se lever et aller dans la classe, s’asseoir sont formulées en provençal. Même la chorale de l’école a adpoté en partie la langue régionale. L’idée est d’imprégner les enfants dans un bain linguistique.... Un peu plus tard, les tout-petits se retrouvent devant un tableau vert où figurent une poule, des légumes, un chemin... « Lysiane leur explique en provençal ce que fait la poule, ce qu’elle mange, poursuit Annick Rochier. Ils apprennent ainsi des mots simples comme les couleurs, les légumes. »

Découvrir une seconde langue dès la maternelle est une chance. Des études récentes montrent que la découverte ou l’apprentissage d’une langue régionale, comme pour notre région le provençal, permet une meilleure connaissance de la langue française et de mieux se familiariser avec la pratique du langage (reconnaître des accents différents, ouvrir l’oreille à des codes linguistiques nouveaux...).

Une continuité éducative dans l’apprentissage du provençal est assurée au niveau de la commune avec l’école de Château-Pitty pour le niveau élémentaire et le collège Pesquier pour le secondaire. Des mallettes pédagogiques ont été spécialement conçues par l’Accadémie et sont à la disposition des enseignants. « Pour certains élèves qui rencontrent des difficultés, cela peut devenir une chance, tient à souligner Annick Rochier, car ils vont se révéler très bons en provençal, se sentir valorisés et se retrouver en haut de l’affiche. L’enfant peut ainsi trouver une plus grande confiance en lui et prendre plus facilement la parole. »