Environnement

La Malespine s’étend Energies 342 - Stéphane Conty

Mis à jour le

Au premier semestre 2011 à la Malespine, l’exploitation de l’actuelle installation d’enfouissement des déchets non dangereux va arriver à son terme. Pour en assurer la continuité, la Semag, en charge du site, a engagé une démarche d’extension sur une emprise de 5 ha.

Le 16 septembre dernier, Roger Meï a visité le site pour prendre la mesure des aménagements à venir. C’est en 1986 qu’a débuté l’exploitation de la parcelle qui arrive aujourd’hui à son terme. Une demande d’extension de 5 ha ayant été approuvée par arrêté préfectoral en 2008, la Semag (Société d’économie mixte de Gardanne) en charge du site a lancé une étude en 2009 suivie d’appels d’offres. Après que Durance Granulats qui exploitait le centre jusqu’ici ait fait les terrassements nécessaires, les travaux d’aménagement du site ont débuté mi-juin et doivent se terminer pour la fin de l’année 2010.

Il existe en effet une réglementation très contraignante pour ce type d’installation, notamment pour assurer une parfaite étanchéité et éviter tout risque de pollution des nappes d’eau souterraines. Les travaux en cours portent sur l’aménagement d’alvéoles et sous-alvéoles. Le site de la Malespine est déjà géologiquement favorable à ce type d’activité puisqu’il est caractérisé par la présence d’épaisses couches de marnes étanches. Pour la renforcer, une première barrière de sécurité passive composée d’une couche d’un mètre d’épaisseur d’argile recouvre le site. Celle-ci est recouverte d’une deuxième barrière de sécurité active composée de plusieurs membranes géotextiles. L’ensemble est ensuite enterré sous 50 cm de cailloux qui permettent de drainer les lixiviats, c’est à dire la partie liquide des déchets.

Le drainage est aussi assuré par la pose d’un ensemble de drains que des pompes et des collecteurs permettent d’acheminer jusqu’en station de traitement des eaux-usées. Les eaux de pluies sont également collectées et acheminées vers un bassin de stockage. Un nouveau quai de déchargement figure dans le cahier des charges, qui dans un souci de propreté sera accessible par une voirie recouverte d’un enrobé. Un ensemble de travaux d’un coût de 2 400 000 € pour la Semag. Le centre de la Malespine traite actuellement 40 000 tonnes de déchets chaque année, en provenance de Gardanne, Trets, Gréasque et Fuveau. Avec l’extension du site l’exploitation va passer à 50 000 tonnes annuelles.

Lors de la visite du site Roger Meï a également pu voir le site de la future station d’exploitation du Biogaz gérée par la société Verdesis qui permettra de produire de l’électricité à partir des gaz issus de la dégradation des déchets. Située entre le site actuellement exploité et celui de l’extension en cours d’aménagements, les travaux vont débuter en octobre pour s’achever au plus tard en avril 2011.

Une matinée portes-ouvertes est programmée pour le samedi 6 novembre lors de laquelle il sera notamment possible de visiter l’ensemble des instalations, qu’il s’agisse du centre d’enfouissement, de la décheterie ou de la carrière.