vendredi 18 août 2017
 
 
 
peinture

Jean Rustin : ce que personne ne veut voir

Mis à jour le vendredi 10 mars 2017

Mardi 1er décembre à 18h15... La peinture de Jean Rustin, un film de Isabelle Rèbre (Senso Films, Télessonne, 2007, 61 mn, couleur & noir et blanc)

Il est des œuvres considérables, mais rarement vues. Parce qu’elles font peur, et provoquent l’indignation, la honte ou le dégoût. Ou pire, l’hilarité. Jean Rustin peint la décrépitude des corps. Souvent, lorsque l’esprit vient à manquer. Lorsque l’asile, isole du monde, et donne à voir une autre image de soi. Jean Rustin peint la nudité des corps sans âge. Ou qui ont passé l’âge, soi-disant, de se montrer. Jean Rustin peint la nudité qu’on dit obscène, parce que sans alibi esthétique, sans bonne raison académique, et définitivement privée de mise en scène. Jean Rustin peint les corps comme ils sont, lorsque désir sexuel et plaisir immédiat, sur fond de cellule ou d’hôpital, ne font plus qu’un. Jean Rustin dit qu’il peint ce que tout le monde refuse de voir. Jean Rustin est un très grand peintre. Qu’il faut voir.

JPEG - 58.9 ko

Dans le cadre du cycle « Ecouter Voir », en partenariat avec l’Ecole d’Arts Plastiques
Auditorium de la Médiathèque, entrée libre

 
Haut de page   |    Plan du site   |    Flux RSS   |    Twitter  |    DailyMotion  |    Calaméo  |    Nous contacter   |   Retour accueil
Mentions légales
Retour