Grippe A : ce qu'il faut savoir

Publié le

Le centre de vaccination pour la grippe A(H1N1) de grande capacité à Luynes est désormais fermé. Dans le département, il reste 10 centres ouverts (voir les horaires dans le document joint). Il est désormais possible de se faire vacciner par les médecins généralistes volontaires.

Voir aussi le site pandemie-grippale.gouv.fr

PDF - 264.4 ko
Centres de vaccination dans les Bouches-du-Rhône

Pour tout renseignement complémentaire, appeler le 04 91 15 65 10 ou le 0825 302 302.

 

S’informer sur la grippe A/H1N1 et la scolarité des élèves : campagne de vaccination

La campagne de vaccination contre la grippe A/H1N1 est ouverte depuis le 20 octobre 2009. Les enfants âgés de deux à dix-huit ans figurent parmi les personnes invitées à se faire vacciner en priorité, sous réserve de l’accord de leurs parents.

La campagne de vaccination commence :
- pour les collégiens et lycéens, le 25 novembre 2009
- pour les écoliers, début décembre 2009

Elle s’échelonne sur plusieurs semaines.

La vaccination n’est pas obligatoire ; elle est décidée par les familles. Chaque famille va recevoir un bon de vaccination par enfant.

Deux modalités sont proposées aux parents souhaitant faire vacciner leur enfant, selon le niveau de scolarisation :
- pour les écoliers, la vaccination est organisée dans les centres de vaccination de proximité dès début décembre.Les élèves des écoles maternelles et élémentaires s’y rendent accompagnés par leurs parents. Le centre de rattachement est indiqué sur le bon de vaccination transmis aux familles.
- pour les collégiens et les lycéens, la vaccination se déroule dans les établissements scolaires à compter du 25 novembre 2009.

Voir le site de l’Education nationale destiné aux parents

Fermetures de classes ou d’établissements dans l’Académie d’Aix-Marseille :
voir le site de l’académie pour une information au jour le jour

 

Conseils utiles

Selon l’OMS, la grippe A H1N1 fait courir un risque important de pandémie du fait de sa rapidité de propagation et de mutation.

Fort de ce constat, les pouvoirs publics ont élaboré un ensemble de mesures visant à limiter les risques d’épidémie et a assurer la continuité du service public, mesures qui concernent en premier lieu les collectivités territoriales, et notamment les mairies.

Un plan national a donc été mis en place, qui repose sur 3 niveaux d’importance croissante, soit, des mesures "barrières", des médicaments antiviraux, des vaccins.

Pour la commune cela se traduit par exemples par la constitution d’une réserve de masques FFP2 et de savon hydro-alcoolique (désinfectant), ce dernier étant notamment destiné aux écoles et lieux publics. Au sein de certains services municipaux, cela signifie aussi l’adoption de procédures adaptées, comme pour les agents Hygiène et Nettoiement qui doivent par exemple êtres attentifs au lavage des poignées de portes et des interrupteurs.

En termes d’organisation, si l’épidémie devait survenir, les pouvoirs publics doivent êtres en mesure d’assurer la continuité de service public, au moins sur certains secteurs clés. Durant l’été la commune a ainsi mis en place un plan d’action pour déterminer les services dont il est capital d’assurer la tenue, tels l’état-civil, l’aide à domicile, l’eau potable ou encore l’hygiène et nettoiement.

Pour limiter la diffusion de la maladie au sein des services municipaux, un ensemble de règles et de procédures internes sont d’ores et déjà prévues si le niveau d’alerte devait augmenter.