Festival Arte cubano

Mis à jour le

Cuba est à l’affiche au cinéma 3 Casino du mercredi 14 au mardi 20 janvier 2009. En 8 jours et 8 films, Arte Cubano propose aux spectateurs une traversée en salle noire dans les périodes artistiques cubaines depuis la révolution durant la nuit du réveillon 1958.

Soirées cubaines

Le festival est accompagné de soirées cubaines au restaurant mitoyen la 3 cafèt’ : ambiance, restauration cubaine, expositions.

Défilé de voitures américaines

Samedi 17 janvier de 11h à 12h sur le cours de la République : défilé et exposition de voitures américaines.

JPEG - 99.1 ko

Les films du festival

Fraise et chocolat (1993)

Réalisateurs : Tomás Gutiérrez Alea et Juan Carlos Tabío. Film Cubain, Espagnol et Mexicain.

Vitrine du cinéma cubain, le film Fraise et chocolat (Fresa y chocolate), a connu un immense succès et a été récompensé par de nombreux prix, à Cuba et dans le monde entier.

Après avoir été trahi par Viviane, la femme qu’il aime, David Álvarez (Vladimir Cruz), fils de paysans pauvres, étudiant boursier et membre des Jeunesses communistes, rencontre Diego (Jorge Perugorría), homosexuel, intellectuel raffiné, survivant du naufrage de la bourgeoisie cubaine, trop attaché à la culture de son île pour la quitter en dépit d’évidentes incompatibilités avec l’orthodoxie morale et le dogmatisme castristes.

A noter : Fraise et chocolat est au programme du Capes d’espagnol 2009.

Guantanamera (1996)

Réalisateurs : Tomás Gutiérrez Alea, Juan Carlos Tabío, avec Carlos Cruz, Mirta Ibarra, Jorge Perugorría, Raúl Eguren, Pedro Fernández, Luis Alberto García, Conchita Brando, Suset Pérez Malberti, Assenech Rodriguez, ... Comédie, durée 1H41

A l’issue d’une réunion, Adolfo, fonctionnaire cubain, fait prévaloir son point de vue quant au transport des défunts sur l’île de Cuba : chaque région devra prendre en charge les corps qui traverseront ses terres. Adolfo va rapidement mettre le système en pratique quand survient le décès de sa belle-mère, qui souhaitait se faire enterrer à l’autre bout du pays. Accompagné de sa femme, la belle Georgina, il entame un long voyage...

Cuba Feliz (1999)

Réalisateur : Karim Dridi. Avec : Miguel Morales, Pepin Vaillant, Mirta Gonzale. Musique : El Gallo. Fim : Cuba, France. Genre musical. Durée 90 mn

Miguel del Morales est chanteur des rues à La Havane. Ses rêves le transportent dans tout Cuba à la source des légendes de la musique : stars de la salsa, rappeurs des bas quartiers, orchestre de vieux endiablés, chanteurs de boléros, jazzmen, tambours mystiques ou orchestres de fête villageois. Sur les routes de Cuba, dans les trains, dans les arrières cours et les rues trépidantes du pays, la musique se mêle à sa vie vagabonde. Ce sont des instants magiques que Gallo traduit en chansons. Gallo a fait le tour de Cuba : un vieux cargo rouillé le ramène à La Havane.

Karim Dridi est actuellement en tournage à l’Estaque pour son prochain film.

Musica cubana (2004)

Réalisateur : German Kral. Film Allemand

La Havane : Pío Leiva, 87 ans et le chauffeur de taxi-manager-producteur Bárbaro partent à la recherche des meilleurs jeunes musiciens d’aujourd’hui. De répétitions en enregistrements, des jam sessions à la création de nouvelles chansons, ils rencontrent des artistes parmi les plus célèbres de Cuba, dont Mayito Rivera, le "Mick Jagger cubain", El Nene, le chanteur du groupe Jóvenes Clásicos del Son, et la rapeuse Telmary. Ils croisent aussi Arlenys et Annalays des Chiki Chaka Girls, déesses de la latino-pop. De cette aventure naîtra un groupe les "Sons of Cuba" (les fils de Cuba), une nouvelle génération de chanteurs et de musiciens.

Réalisateur du documentaire musical "Buena Vista Social Club", Wim Wenders est l’initiateur de ce nouveau projet qui nous plonge au coeur de la musique cubaine et qui dresse le portrait des descendants du légendaire Buena Vista Social Club.

Carnets de voyage (2004)

Réalisateur : Walter Salles. Avec Gael Garcia Bernal, Rodrigo de la Serna, Mercedes Moran. Durée 2h06

Un film Brésilien, Chilien, Américain, Péruvien et Argentin.

A partir du carnet de voyage d’Ernesto Guevara et du livre écrit par son compagnon de route, Alberto Granado, le film met en scène le périple de deux jeunes argentins en 1952 au coeur de l’Amérique Latine et la découverte de ce pays au travers des réalités sociales de l’époque. Ce film qui déroule les paysages sublimes des pays traversés est comme un rite initiatique de deux jeunes gens de familles bourgeoises confrontés à la réalité sociale et économique dans laquelle ils pénètrent au cours de plus de 10000 km de périple à moto.

Viva cuba (2006)

Réalisateur : Juan Carlos Cremata Malberti. Film Franco-Cubain qui a déjà obtenu plus de 20 prix.

En programmation durant le festival + séances pour les scolaires

A la Havane, deux enfants, Malu et Jorgito se sont fait la promesse d’être amis pour la vie alors que leurs familles se détestent. A la mort de la grand-mère de Malu, la mère de celui-ci décide de partir à l’étranger. Tour s’effondre pour la petite fille. Pour ne pas être séparée de son ami Jorgito, Malu a besoin d’un papier signé de son père interdisant sa sortie de Cuba. Mais celui-ci habite à des dizaines de kilomètre de la capitale. Commence alors pour les deux enfants, un périple dans l’île.

Adieu Cuba (2006)

Réalisateur : Andy Garcia. Avec Andy Garcia, Dustin Hoffman, Bill Murray, Inès Sastre. Titre original "The Lost City". USA. Drame. Durée 2h23.

En 1958, La Havane brûle sous le feu du soleil et de la passion pour la musique qui embrase chaque nuit les clubs, dont le plus élégant est sans conteste El Tropico, dirigé par Fico Fellove. Le pays est oppressé et les forces révolutionnaires de Fidel Castro et Ernesto Che Guevara se préparent à marcher sur La Havane. Alors que les troubles agitent l’île, Fico Fellove dirige son club. Dans la tourmente, il se bat pour garder l’unité de son clan et pour l’amour d’une femme. Fico ne veut pas s’impliquer dans tout ce qui bouleverse son pays, mais le destin ne va pas lui laisser le choix.

Le Rideau de sucre (2007)

Réalisatrice Franco Chilienne : Camila Guzman Urzù. Documentaire. Durée : 1h20. Prix Louis Marcorelles.

Une jeune chilienne retourne sur les traces de son enfance à Cuba, lieu d’exil de ses parents suite au coup d’état militaire de Pinochet alors qu’elle a 2 ans. Le film retrace la révolution cubaine vue par ceux qui sont nés à Cuba et qui y ont grandi. Portrait intime de l’enfance d’une génération et retour sur les années soixante dix, âge d’or pour les cubains. "Nous étions en train de devenir des adultes quand le monde a changé". Le rideau de sucre est le portrait d’une génération qui revendique haut et fort des valeurs telles que la justice, l’égalité, la tolérance, l’honnêteté.