Environnement

Faire toute la lumière sur l’éclairage public Energies 398 - Stéphane Conty

Mis à jour le

A l’occasion de la première édition des rencontres techniques du SMED13 sur l’éclairage public au Puits Morandat, le maire Roger Meï a signé la « Charte lumière », faisant de Gardanne la première ville du département, avec Tarascon, à s’engager officiellement dans une démarche d’éclairage public durable.

C’EST DANS LE GRAND HALL du puits Morandat que se sont réunis mardi 4 juin élus et techniciens des villes du département pour cette matinée consacrée à l’éclairage public organisée par le Syndicat mixte d’énergies des Bouches-du- Rhône (Smed 13) qui regroupe toutes les communes du département à l’exception de Marseille. Dans un contexte de problèmes environnementaux de plus en plus prégnants et de contraintes budgétaires pour les collectivités, la question de l’éclairage public se pose inévitablement. Celuici représente en effet près de la moitié de la consommation électrique d’une commune et 20% de son budget énergie.

Qui plus est, selon l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), 30 à 40% de la consommation énergétique liée à l’éclairage nocturne pourrait être évitée. Une sacrée économie en perspective ! Comment y arriver ? C’est toute la question qui a été soulevée lors de cette matinée et à laquelle entend répondre la charte Consommer juste pour un éclairage public durable.

COMME LE RAPPELLE Bernard Bastide, adjoint au maire délégué à l’environnement et vice président du Smed 13, « le Smed13 s’est engagé à donner une réponse en proposant dans un premier temps un diagnostic d’éclairage public aux communes qui le souhaitent. »

Deuxième étape dans la démarche, la Charte entend répondre à un certain nombre d’enjeux économiques et environnementaux. Consommer moins c’est diminuer les dépenses énergétiques et les émissions de gaz à effet de serre. Toutefois moins consommer ne signifie pas nécessairement moins éclairer. La charte propose surtout d’éclairer mieux, là où c’est nécessaire, quand c’est nécessaire et avec des outils optimisés.

OPTIMISER L’ÉCLAIRAGE c’est aussi réduire les nuisances lumineuses, que ce soit pour l’environnement et la préservation de certaines espèces animales et végétales qui pâtissent de l’éclairage artificiel la nuit, mais aussi pour les habitants des zones urbanisées dont un éclairage mal maîtrisé peut altérer la santé, notamment à cause d’une mauvaise qualité de sommeil.

A Gardanne, des horloges astronomiques

A Gardanne, la question de l’éclairage public, et plus largement de la consommation électrique de la ville fait déjà l’objet d’une attention particulière comme l’a souligné Anthony Pontet, conseiller municipal délégué aux Économies d’énergies et Énergies nouvelles : « A Gardanne l’éclairage public c’est 5500 points lumineux et 269000€ de budget annuel, dont 24000€ pour l’éclairage dans le résidentiel privé. Nous avons d’ores et déjà créé un comité de pilotage et rationalisé les abonnements EDF. Nous sommes dans une démarche d’installation d’horloges astronomiques et de variateurs de puissance, et nous remplaçons progressivement les ampoules au mercure par des Leds. Enfin, chaque fois que nous souhaitons éteindre une voie, nous le faisons en concertation avec les riverains. » Des mesures en parfaite adéquations avec les engagements préconisés par la Charte, qui viennent renforcer les nombreuses actions déjà engagées par la communes en matière d’économie et de production d’énergies durables.