Parc solaire des Sauvaires

Et la lumière fut ! Energies 410 - Jeremy Noé

Mis à jour le

A météo glaciale, inauguration chaleureuse. Gardanne a présenté, fin janvier 2014, son parc solaire à la population. Deuxième plus grand du département, il fournit en énergie propre l’équivalent de la consommation électrique de 10000 habitants et sera source de revenus pour la Ville.

Voir le dossier
Terre d’énergies positives

EN GUISE DE SOLEIL, c’est plutôt avec gadoue post-orages et les premiers vrais frimas de l’hiver que le parc solaire des Sauvaires s’est vu inaugurer, fin janvier dernier. Qu’importe. Il suffisait de se dire que les 38200 panneaux fonctionnaient, qu’ils pouvaient capter la lumière et délivrer de l’énergie même avec un soleil aux abonnés absents, que cette énergie est aujourd’hui considérée comme propre, pour avoir la sensation que la Ville avait accompli quelque chose de bien. Et donc, le parc solaire des Sauvaires, 17,4 ha (24 stades de foot).

POUR FÊTER ÇA, LES ÉTUDIANTS OPTION ÉLECTRONIQUE ET ÉNERGIE DE L’ÉCOLE DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE AU CMP AVAIENT FAIT LE DÉPLACEMENT. Toute la matinée, ils ont expliqué aux visiteurs les enjeux de la transition énergétique et des économies d’énergies, le fonctionnement des énergies renouvelables, aussi. Écopolénergie, association qui aide les particuliers à réduire leur consommation énergétique (et leurs factures !) était venue avec la même ambition, montrant même qu’on pouvait faire chauffer du café avec des cellules photovoltaïques.

La Ville avait de son côté invité les Citoyens solidaires et Gardanne au coeur pour un défilé de mode un poil barré : il s’agissait de porter les robes issues de sacs plastique sorties de l’imagination de Chrystel Moulinié, ou comment présenter le recyclage sous son jour le plus sexy. Une tâche dont ces mannequins amateurs se sont acquittées avec un professionnalisme surprenant et un humour à toute épreuve !

C’était ensuite à Anthony Pontet, élu aux économies d’énergies et énergies renouvelables, d’ouvrir les discours : « Malgré les doutes, nous nous sommes battus et nous avons obtenu de bonnes conditions pour ce parc photovoltaïque. Il participe pleinement à l’objectif de faire de la ville de Gardanne une ville à énergie positive à l’horizon 2020. »

Annick Delhaye, Vice-Présidente du Conseil régional Paca, déléguée à l’écologie, l’environnement et le développement durable : « Je félicite la ville de Gardanne pour l’ensemble de ses efforts depuis plusieurs années en matière d’économie d’énergie et de développement des énergies renouvelables. Vous êtes l’un des territoires exemplaires pour mettre la région Paca sur le chemin de cette transition énergétique, pour le plus grand bénéfice des habitants de Gardanne, des entreprises de la région, mais aussi des générations futures et de la planète, notre unique planète. »

François-Michel Lambert, député : « Aujourd’hui Gardanne et Urbasolar nous proposent un parc relativement extraordinaire, qui fait la démonstration aussi de la capacité à penser proximité, puisque les remblais du terril proviennent de la décharge juste à côté, et l’entreprise est de Montpellier : on peut avoir confiance dans sa vision d’un intérêt collectif, pour nous, ici. »

Arnaud Mine, président d’Urbasolar : « Je voudrais dire mon admiration, d’abord pour les jeunes femmes de Citoyens Solidaires, qui nous ont offert ce spectacle malgré un froid glacial, et puis pour la commune de Gardanne et son équipe sur sa façon d’aborder le problème de l’énergie. »

AUTRES INVITÉS REMARQUÉS À L’INAUGURATION : une quarantaine d’employés de la centrale thermique E.On, venus interpeller le député de la circonscription, François- Michel Lambert. En plein bras de fer avec leur direction sur les conditions de maintien de l’emploi sur le site (lire p.15), les syndicalistes CGT, à l’invitation du maire, ont pu prendre le micro et se faire entendre auprès du public et des médias locaux. Et Roger Meï, après avoir rappelé les projets de la Ville en matière d’économies d’énergie –notamment la captation des eaux n’ennoyage de la mine pour le chauffage par géothermie – de conclure : « Quelle fierté d’être avec vous tous ici. Merci à tous ! »

Une énergie propre

Sur l’énergie dépensée pour la fabrication d’un panneau : une étude de l’Agence internationale de l’énergie de 2006 montre que le temps moyen de “retour énergétique” des systèmes photovoltaïques en France (temps mis par un module pour générer autant d’énergie qu’il en a fallu pour le produire) est de trois ans, tandis que leur durée de vie est d’environ trente ans. Sur les panneaux dits “couche mince” fabriqués à partir de tellure de cadmium, sous-produit toxique de l’industrie du zinc : ce type de panneaux ne représentait en 2011 que 5,3 % de la production mondiale (et permet de neutraliser le produit polluant).

Enfin, quant à la filière de recyclage, Le Monde diplomatique de janvier 2014 soutient que « D’ici 2015, date à laquelle devraient intervenir les premiers remplacements massifs de panneaux, le programme européen de collecte baptisé PV Cycle, mis en place en 2007, aura parachevé l’édification d’une filière de recyclage efficace et automatisée.  »