Troc Nature

Échange ipomée contre pied d’alouette Energies 375 - Bruno Colombari

Mis à jour le

Pour sa deuxième édition, Troc Nature s’est agrandi avec de nouveaux exposants et un espace de troc installé dans la cour de la paroisse. Le public était au rendez-vous de cette initiative de Citoyen solidaire.

La gratuité et l’échange sont des facteurs essentiels du maintien de la biodiversité, au contraire de la marchandisation du vivant encouragée par les grands semenciers. De biodiversité, il en aura été question lors de cette deuxième édition de Troc Nature le 21 avril, sur la place de l’église au boulevard Bontemps.

Parmi les nouveaux exposants invités, l’association marseillaise Passeurs de jardins sensibilise les habitants des villes à l’importance des jardins qui accueillent des plantes mais aussi des animaux, insectes ou prédateurs qui se régalent de baies, d’orties ou de fleurs sauvages. Les abeilles, mises à mal par les produits chimiques utilisés par l’agriculture intensive, se développent de plus en plus en ville dans des ruches aménagées. Le stand de l’Abeille provençale, association venue de Septèmes, proposait d’ailleurs des dégustations de miel.

L’association de Luynes Habitat alternatif social faisait quant à elle une démonstration de culture en lasagnes : l’art et la manière de faire pousser des plants de tomate, par exemple, sur un sol bétonné ou très caillouteux en superposant des couches de terreau, de feuilles mortes, de tonte, de sciure ou d’épluchures sur une épaisseur de 40 centimètres maintenue par un carton ou un cadre en bois.

Il y avait aussi un atelier décomalin, animé par Marie, qui intervient également chaque semaine à Citoyen solidaire et qui recycle absolument tout : papier, carton, tissus, emballages plastiques... « Le but est de libérer l’imagination des participants. Ils sont surpris de découvrir ce qu’ils arrivent à faire. Et dans la relation parents-enfants, ça marche très bien. »

A côté, on pouvait choisir un atelier sophrologie, un atelier jeu pour les enfants animé par la Ludothèque ou encore un atelier contes, se faire expliquer les secrets du sourcier Michel Gallois, les caractéristiques des milieux secs par l’association Terra Secca ou le principe d’un jardin au carré avec la Chrysalide. Et bien entendu déambuler dans l’espace troc proprement dit où l’on pouvait échanger des plants de pervenche, d’amarante, d’ipomée, de cactus, de bourrache, de raifort ou de pied d’alouette. Tout un poème !