Deux questions à Roger Meï

Publié le

Avec 49,35 %, l’équipe du maire sortant a été réélue confortablement le 19 juillet dernier, et peut se consacrer à 100 % à la réalisation des projets de la Ville.

énergies : Au terme d’un an de « revotera- revotera pas ? » soumis à la décision du Conseil d’Etat, vous avez été largement réélu pour un huitième mandat.

Roger Mei : En 2014, j’ai peut-être relâché mon attention par excès de confiance. Et le dossier de l’accueil des Roms à Gardanne a certainement pesé, alors que nous avons trouvé des solutions pour la moitié des familles, que nous sommes en passe de trouver des solutions pour les autres et que la situation est au plus calme. Nous avons su gérer.

Quoi qu’il en soit, à l’aune des résultats de 2014, la majorité s’est demandé  : « Comment mieux faire ? » Depuis nous avons abattu un énorme travail à Biver. Idem pour la sécurité, nous n’avons pas ménagé notre peine. Nous sommes allés à la rencontre des Gardannais, et nous avons entendu ce que la population avait à nous dire. Les Gardannais attendaient cette proximité.

Auparavant, nous ne mettions pas assez en valeur notre action dans des domaines qui touchent nos concitoyens et dans lesquels nous n’avons pourtant pas à rougir : cadre de vie, éducation, protection de leurs intérêts dans la Communauté du pays d’Aix et bientôt dans la Métropole. Tout cela semble avoir porté ses fruits. Les Gardannais nous ont renouvelé leur confiance.

énergies : Vous avez retrouvé votre bureau et la rentrée s’annonce chargée...

Roger Mei : La Maison de la Vie Associative est livrée, le service Culture et Vie associative va y emménager ce mois-ci, avant que les associations –avec un peu de retard, certes – ne puissent l’investir. Les dossiers du Foyer du 3e âge et de la cuisine centrale avancent. Nous avons commencé la rénovation du groupe scolaire de Biver. La maternelle Les terrils bleus a déjà vu sa cour s’agrandir. Pour la rentrée ses bâtiments ont bénéficié d’un gros lifting.

Nous serons également particulièrement attachés à la réalisation de notre grand projet de Centre des Loisirs, des Arts et de la Culture. Il y a des avancées au puits Morandat aussi, avec des projets qui verront le jour si la Métropole leur prête vie. Le principe de Métropole a beau être acté, nous n’en continuerons pas moins à lutter contre, car il ne s’agit rien de moins pour Jean- Claude Gaudin que de mutualiser les 4 milliards de déficit de Marseille avec les communes de la région, tandis que Gardanne –permettez-moi de le souligner – a des finances saines.

Nous participerons à la grande journée de mobilisation le 19 septembre pour défendre l’identité de Gardanne et la faire respecter, comme nous le faisons aujourd’hui dans la Communauté du pays d’Aix. C’est ce même esprit qui nous anime lorsque nous prenons fermement la défense des entreprises gardannaises, comme Alteo ou E.on, aujourd’hui menacées alors que de nombreuses familles gardannaises en dépendent et qu’elles font partie de l’âme de la ville.