Enfance

Dessine-moi un âne qui serait banquier Energies 359 - Loïc Taniou

Mis à jour le

Dix classes de maternelles et primaires de la ville (Veline, Triolet, Brassens, Bayet, Cézanne, Prévert et Aubrac) ont participé à un projet consacré à l’humour dans la littérature jeunesse, dont la rencontre avec Alan Mets, un grand monsieur de la littérature jeunesse, en a constitué le point d’orgue.

Alan Mets est un grand auteur-illustrateur jeunesse discret qui préfère qu’on lise ses livres plutôt que de parler de lui. Il n’empêche que ce dernier n’a pas hésité à venir rencontrer les élèves impliqués dans un projet pédagogique développé autour de l’humour dans la littérature jeunesse, porté par la Médiathèque Nelson-Mandela et plusieurs enseignants.

Une rencontre pleine de tendresse et d’humour à l’image des personnages d’Alan Mets qui sont souvent des animaux, plutôt loufoques et tendres. On lui doit ainsi des drôles de petits cochons qui se mettent les doigts dans le nez ou qui se lavent à coups de brosse et de savon en compagnie de loups.

Ce jeudi 9 juin dans l’auditorium de la Médiathèque, Alan est visiblement enchanté de rencontrer les élèves de CE2 de Cézanne venus avec leur institutrice Béatrice Louat. « Alors, qu’est-ce que vous aimeriez que je vous dessine ?  » interroge-t-il après une courte présentation, armé de son gros feutre noir. Là, les doigts se lèvent tant les idées d’animaux aux prises avec la vie quotidienne fusent : « Un âne qui serait banquier ! » « Un sanglier avec un tutu qui fait de la danse classique ! » « Un serpent qui téléphone. »

Un autre se risque : « Un cornard ! » « Un quoi ? » s’étonne l’auteur. L’explication vient de suite grâce à Hélène Bordage, bibliothécaire qui a suivi tout le travail réalisé avec les scolaires. « Les enfants ont joué sur les mots valises, précise-t-elle, des néologismes formés par la fusion d’au moins deux mots de telle sorte que ces mots apparaissent tronqués. Un cornard, c’est donc une contraction entre un corbeau et un renard. »

Après quelques rires espiègles, Alan Mets commence à dessiner sur une grande feuille. A la fin de la séance, ces petits lecteurs pleins de vie repartiront avec leur grande feuille et l’afficheront dans leur classe en souvenir de cette rencontre originale. « Ce projet a permis d’accueillir près de trois cents enfants dans l’année où il y a eu des lectures partagées, la découverte de l’humour notamment en étudiant le décalage entre le texte et l’illustration ou les jeux de mots, » souligne Hélène.

Quelques jours après, la Médiathèque a poursuivi son travail pédagogique autour de la découverte du livre jeunesse avec la Fête des bébés lecteurs. Au cours de cette fête dédiée aux plus jeunes (les 0- 3 ans), Hélène et Agnès, deux des bibliothécaires de la section jeunesse, ont mis en scène de manière remarquable des lectures de livres colorés de différents formats, en mimant, en chuchotant, en interpellant, en dialoguant sur des histoires courtes pour le plaisir des tout petits.

Ce jeune public s’est ensuite rendu dans la section qui leur est dédiée pour y découvrir des livres, les toucher, les feuilleter, voire même se faire raconter des histoires... Enfin, des films d’animation ont été projetés et un spectacle Dans la lune, il y a... joué par la compagnie Tatem, a donné à découvrir un livre géant et interactif.