Des voisins attentifs et solidaires Energies 452 - 6 avril 2016 - Jeremy Noé

Mis à jour le

Depuis plusieurs années les cambriolages enregistrent une baisse significative à Gardanne, et 2015 confirme la tendance. Gendarmerie et police municipale conjuguent leurs efforts au quotidien. Parmi l’arsenal à leur disposition, Participation citoyenne-Voisins attentifs et solidaires, lancée avec succès il y a un an.

Participation citoyenne a été lancée à Gardanne en juin dernier, dans les trois quartiers les plus touchés par les cambriolages, selon la gendarmerie -soit les secteurs Clapiers/Brossolette, quartier Rambert/chemin de Roman, Collevieille.

Ce soir de mars, à la mairie annexe de Biver, devant les référents des quartiers concernés et à l’invitation des élus, le lieutenant Audibert, chef de la brigade de gendarmerie de Gardanne rappelle le principe : il ne s’agit pas de “fliquer,” mais de s’impliquer.

« Vous êtes nos capteurs d’information, pour la simple et bonne raison qu’il est impossible de mettre un gendarme ou un policier municipal dans chaque lotissement. Une fois de plus je le redis, il ne s’agit pas de surveillance mais d’observation. La différence est de taille. Surveiller, c’est le métier des gendarmes, des policiers municipaux et nationaux – métiers pour lesquels nous sommes payés par l’argent des impôts. Votre rôle est donc de transmettre l’information... »

CAMBRIOLAGES EN BAISSE

« Je ne peux pas livrer de statistiques brutes, » précise le lieutenant Audibert, tenu par la loi de réserver les chiffres au maire lors de la commission plénière du CLSPD (Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance), à laquelle participent aussi le procureur et la Préfecture.

Au maire de communiquer ces chiffres ensuite, souligne le lieutenant ce qui est fait régulièrement dans notre journal énergies et sur le site internet de la Ville (ville-gardanne.fr/CLSPD). Pas de chiffres, donc, mais : « Je vous confirme néanmoins que la tendance des cambriolages est à la baisse, notamment depuis la création de la Zone de sécurité prioritaire.

Il ne s’agit pas d’un tour de passe-passe, mais d’un constat, poursuit le lieutenant. Nous avons eu des cambriolages importants en 2013 et auparavant. Depuis des opérations ont été menées, des dispositifs ont été mis en place, y compris avec la police municipale.

Participation citoyenne en fait partie, et je sais que la Ville travaille à l’extension de sa vidéo-protection... toutes ces choses vont dans le sens d’une meilleure prévention de la délinquance, et en tout état de cause sur l’année 2016 la tendance c’est que les cambriolages sont toujours en baisse en comparaison avec les années précédentes. »

LA POLICE MUNICIPALE PLEINEMENT MOBILISÉE

La police municipale travaille en étroite collaboration avec la gendarmerie. Non seulement sur Participation citoyenne (lire aussi page suivante) mais sur d’autres dispositifs, comme l’opération Tranquillité vacances, où vous pouvez gratuitement vous inscrire afin que les hommes en bleu veillent sur votre domicile pendant vos vacances.

« Les personnes viennent s’inscrire à la gendarmerie de Gardanne, qui nous communique le fichier afin que nous puissions nous aussi effectuer des rondes aux domiciles recensés, » explique Jérôme Gellé. Bref, dans la lutte contre la délinquance - prérogative de l’État- La Ville prend pleinement sa part.

LES POINTS CLÉS

- Trois quartiers ont rejoint le dispositif Participation citoyenne en juin dernier.
- L’idée est d’impliquer la population dans la lutte contre l’insécurité et les cambriolages en particulier.
- Une signalétique dissuasive est installée dans les quartiers, et les référents s’engagent à faire remonter tout fait inhabituel aux forces de l’ordre.
- Participation citoyenne n’est ni une milice, ni un réseau d’espionnage entre voisins, mais un outil de vigilance. La Ville insiste en outre sur l’aspect solidaire du dispositif.
- La coopération police municipale / gendarmerie tourne à plein régime, et se double aussi d’autres mécanismes comme l’extension du réseau de vidéo-protection.

Pour vous porter référent et intégrer votre quartier dans le dispositif (sur volontariat seulement, et moyennant une petite enquête de gendarmerie ainsi qu’une formation) il convient de prendre contact avec la Maison du droit et du citoyen, tél. 04 42 12 67 15.

Questions à René Parlani

, Conseiller municipal délégué à la sécurité et à la tranquillité publique

Énergies : La Ville a pris le temps de la réflexion avant de lancer le dispositif.

René Parlani : La convention de Participation citoyenne doit être signée par le Préfet, le commandant de gendarmerie, le maire. Pour des raisons inconnues, elle a fait un arrêt par le Ministère de l’intérieur, où elle est restée pendant un moment avant de redescendre en février dernier.

Mais dans les faits le dispositif est mis en place depuis juin dernier. Policier de métier, j’avais apporté la réflexion au sein de la majorité municipale, où nous en avons beaucoup discuté. Nous avons pu jauger ce qui se passait dans d’autres communes, et la délinquance qui baissait, mais nous ne souhaitions pas que cela se limite à de la surveillance.

Nous voulions que les habitants se rapprochent, veillent les uns sur les autres, ne serait-ce qu’aller taper chez le voisin s’il n’a pas ouvert la porte de chez lui pendant deux jours, ou en cas de canicule... Aujourd’hui, avec les trois quartiers participants il reste encore des ajustements à faire (des panneaux à changer de place ou à ajouter, etc) mais globalement le bilan est très positif.

É. : Comment la Ville travaille-t-elle avec la gendarmerie ?

R.P. : Le cambriolage zéro et la délinquance zéro n’existent pas, mais on essaie de faire le maximum avec nos moyens, sachant que la sécurité est avant tout la prérogative de l’État. Il y a une très bonne entente.

Les secteurs de patrouille sont partagés, la Gendarmerie a une radio en lien direct avec la police municipale, notre chef de service, Jérôme Gellé est un ancien gendarme... ça se passe très bien.

Au-delà de Participation citoyenne, nous nous appuyons sur un certain nombre de dispositifs partagés avec la gendarmerie, comme l’opération Tanquillité vacances (votre logement est pendant votre absence inscrit sur les rondes des forces de l’ordre. Inscriptions gendarmerie ou police municipale NdlR) où nous nous partageons aussi les secteurs.

Nous étendons la vidéo-protection, à ce titre nous travaillons aussi ensemble pour connaître où positionner au mieux les caméras. Nous avons l’intention d’en positionner aux entrées et sorties de ville et nous avons multiplié les demandes d’autorisation auprès de la Préfecture pour pouvoir en installer des “nomades” qui puissent répondre de manière très réactive et très discrète aux besoins observés sur le terrain selon la situation dans tel ou tel quartier.

La délinquance, c’est un combat au quotidien, on fait tout pour la faire baisser au maximum, ainsi que le sentiment d’insécurité. Vous savez, on écoute les gens, Participation citoyenne ou les caméras, c’est en fonction de leurs remontées. Tout se fait en collaboration avec les élus et avant tout, les citoyens.

POINTS DE VUE CROISÉS

Christelle Cavaleri
Responsable de la Maison du droit

"Participation citoyenne est une émanation du CLSPD (Contrat local de sécurité et prévention de la délinquance). C’est l’un des outils de la Ville dans le cadre d’une stratégie globale. Il s’agit, sous convention entre la Ville, le Ministère de l’intérieur et la Préfecture, via la gendarmerie, d’associer les citoyens à la lutte contre les cambriolages.

Très simplement : les volontaires référents dans les quartiers signalent aux autorités tout comportement inhabituel ou suspect. À Gardanne, la particularité du dispositif est d’inclure la notion de solidarité entre voisins, de créer un maillage de volontaires. En aucun cas il s’agit de se mettre en danger, mais plutôt de lutter contre le sentiment d’insécurité."

René Curet
Retraité

"Je me suis inscrit à Participation citoyenne car je suis président de l’association syndicale libre de mon quartier et aussi par déformation professionnelle  : j’ai été 25 ans policier à Gardanne. Les gens n’auraient pas compris que je refuse de m’investir ! Et puis j’aime rendre service.

Participation citoyenne, ça ne peut pas faire de mal. Depuis un an, on n’a pas eu de cambriolage dans le quartier. Les panneaux dissuadent, ça envoie la délinquance ailleurs. Ça formalise ce que certains faisaient déjà : se rendre service, veiller les uns sur les autres."

Jérôme Gellé
Responsable de la Police Municipale

"Les référents Participation citoyenne sont formés et identifiés comme tels, quand ils appellent c’est donc certain qu’il y a un renseignement digne d’attention. Deux membres de la police de Gardanne se sont portés volontaires pour faire le lien avec les membres de Participation citoyenne, il s’agit de Mohammed Boudjellal et Christophe Lo Nobile.

Avec l’officialisation du dispositif, nous allons refaire le point sur notre coordination, et insister sur la prévention des cambriolages, par des contacts réguliers en amont avec Participation citoyenne, pour prendre la température des quartiers régulièrement. L’idée est de lutter contre tout sentiment d’isolement, que la population sache que nous nous investissons régulièrement, qu’il y a du répondant."