Environnement

Des économies qui portent leurs fruits Energies 350 - Bruno Colombari

Mis à jour le

Le 29 janvier dernier, une réunion publique en Mairie a permis de faire le point sur le Plan d’action global sur les énergies (Page) lancé l’an dernier et qui sera prolongé en 2011, dans le cadre de la charte de l’environnement.

La Ville dépense chaque année 1,4 million d’euros en fluides (eau, électricité, gaz, carburant, combustible...). C’est pour maîtriser puis réduire cette facture conséquente qu’a été décidé en 2010 un plan d’action global sur les énergies, baptisé Page. Avec au départ des objectifs modestes mais accessibles : « nous voulions des actions avec des temps de retour très courts, à l’échelle d’une année, pour que les résultats soient visibles rapidement, explique Anthony Pontet, conseiller municipal délégué aux économies d’énergie. Avec les services municipaux, nous avons mis l’accent en particulier sur le chauffage, la consommation électrique et l’éclairage. »

Yazid Chebah, nommé économe de flux l’an dernier, fait un suivi de consommation détaillé des bâtiments communaux depuis avril 2010, en étant particulièrement vigilant sur les bâtiments énergivores. Une formation a été mise en place auprès des femmes de ménage sur l’utilisation des produits d’entretien, et des référents énergie ont été chargés de sensibiliser leurs collègues dans les différents services, notamment en ce qui concerne les usages bureautiques (ordinateurs, imprimantes, photocopieurs) mais aussi le chauffage et l’éclairage.

130000 € ont été économisés l’an dernier

Et les résultats sont plutôt encourageants : en effet, sur l’année 2010, les dépenses de gaz pour le chauffage ont baissé de 16%, celles d’électricité de 8% et celles de carburant de 5%. Si on y ajoute 10 000 € économisés grâce à l’optimisation des contrats EDF, ce sont 130 000€ qui ont été économisés l’an dernier, soit 9% du total 2009.

Du coup, ces 130 000 € compensent les dépenses d’investissement concernant le chauffage (régulation des chaufferies de la Médiathèque, des écoles du centre, du cinéma et du groupe scolaire de Fontvenelle, programmateurs à l’Hôtel de Ville, en Mairie annexe et à la Maison du droit, remplacement d’une chaudière dans le local du Secours populaire), l’éclairage (remplacement progressif des ampoules halogènes et à incandescence par des modèles basse consommation, mise en place d’un variateur d’intensité sur l’éclairage sur la D6), formation des chauffagistes sur le matériel de régulation, sensibilisation d’enseignants de 25 classes de la commune, édition d’un guide local sur les économies d’énergie, développement du projet Vélo au sein des services municipaux...

Pour 2011, les projets sont nombreux, notamment en ce qui concerne le chauffage des bâtiments communaux : la régulation des chaufferies des écoles de Biver, Elsa-Triolet, Château-Pitty, de la Maison du Peuple et du pôle d’activités Morandat, installation de boutons de relance 4 heures au Cosec et au gymnase de Fontvenelle, remplacement de convecteurs électriques par des pompes à chaleur dans la salle polyvalente Pitty et au service communication...

On peut aussi citer, entre autres, la pose d’horloges et de minuteurs sur des VMC et des ventilo-convecteurs, ou la mise en place de pluviomètres sur les arrosages automatiques. A côté de ces investissements, dont on peut logiquement penser qu’ils seront au moins compensés par les nouvelles économies réalisées cette année, il y a les projets structurants : le premier est la création d’un parc photovoltaïque sur 23 hectares aux Sauvaires, dont la production équivaudra à la consommation annuelle de 10 000 habitants. Les travaux sont programmés pour la fin de l’année 2011, le bail avec E.on a été signé.

Sensibiliser le personnel communal, les enseignants et... chacun d’entre nous

Auparavant, Verdesis va exploiter le biogaz produit à La Malespine par le centre d’enfouissement technique, dans quelques semaines, l’équivalent de la consommation annuelle de 2 600 habitants. « L’objectif de la Ville, c’est dans quelques années de produire autant d’électricité que ce qu’elle en consomme, » a précisé Roger Meï lors d’une réunion publique le 29 janvier dernier. Enfin, l’utilisation de la géothermie sur le site de Morandat fait l’objet d’une étude de faisabilité.

A la suite de la réunion, une visite était organisée sur trois sites où des équipements d’économie d’énergie sont en place. Au pôle d’activités Morandat, dans le bâtiment de l’ancienne chaufferie, un système de climatisation a été installé. Il profitera à l’hôtel d’entreprises dont les locaux ont besoin d’une température régulée, autant pour les machines que pour les salariés. Le principe est de produire du froid au moment où la température extérieure est la plus basse (la nuit, donc), de stocker les frigories (unité de mesure de la quantité de froid, inverse de la calorie) et de les restituer le jour via un circuit fermé. A terme, le projet est de stocker de l’eau chaude sous le puits Z et de l’eau froide au puits Morandat, en partenariat avec les entreprises E.on et Rio Tinto.

A Fontvenelle, c’est la chaudière à bois installée près des anciens courts de tennis qui a été visitée, avec des explications techniques sur le système de vis sans fin qui alimente le foyer depuis le silo extérieur, sur la très faible production de cendres (preuve d’un rendement thermique élevé) et sur la provenance des granulés utilisés (des Alpes, auparavant de Lozère). Enfin, la visite s’est terminée par les régulateurs de la chaudière à gaz, installés l’an dernier dans le local près du foyer Nostre Oustau. « Il y a un programme horaire intégré en fonction de l’utilisation des salles, explique Anthony Pontet. Nous allons y ajouter des boutons de relance qu’il faudra activer toutes les quatre heures lors de l’utilisation des locaux par les associations. »

Le Page 2011 sera suivi d’un plan triennal sur les économies d’énergies pour la période 2012-2014. Nous y renviendrons prochainement.