Déclaration de Roger Meï sur les attentats de Paris

Publié le

M. MEI : Mesdames, Messieurs, avant de commencer et de passer à l’ordre du jour du Conseil Municipal, je voudrais vous demander de valider le report du Conseil Municipal. Nous avons pensé que dans ces trois jours de deuil, il était bien que le Conseil Municipal soit annulé et reporté. Je vous demande de formuler votre accord pour cette procédure d’urgence.

M. MEI : Je vous propose de nous lever et de respecter une minute de silence en hommage aux victimes des attentats de Paris.

MINUTE DE SILENCE

LA MARSEILLAISE

(après le vote :)

M. MEI : Je ne vais pas commenter les événements. La télé, les informations et tous les médias le font suffisamment pour que chacun puisse évaluer l’énormité de ce qui nous arrive, l’horreur de ce que cela représente. Je voulais simplement vous donner quelques informations : à plusieurs reprises, notre CLSPD s’est réuni, samedi deux fois, mardi, aujourd’hui encore avec la présence du lieutenant de la gendarmerie. Nous étions hier en Préfecture avec le Préfet qui nous a expliqué quelles sont les mesures à prendre. Ici, on a appris tout ce qui est nécessaire comme mesure, autant que faire se peut. Il y a eu deux perquisitions et il y avait des armes chez les personnes perquisionnées et des armes de guerre, pas que des fusils de chasse. Je n’ai pas de nom, je n’ai pas autre chose à dire forcément puisque l’enquête doit se poursuivre. Nous sommes mobilisés mais je voudrais rappeler qu’avec le Préfet et tous les autres maires, nous allons faire comme si de rien n’était, maintenir toutes les manifestations tant qu’il n’y a pas de risque. Donc, la sérénité et en même temps, la vigilance. Je voudrais rappeler que si vous avez des connaissances ou des gens plus que suspects, vous pouvez appeler le 17, la gendarmerie, et puis éventuellement venir nous voir pour qu’on puisse transmettre des informations qui peuvent être très utiles. Je vous remercie. Je voudrais que ce Conseil Municipal se déroule dans la dignité pour marquer effectivement notre compassion envers les victimes. Nous allons mettre à la disposition de la population un cahier de condoléances pour ceux qui veulent s’exprimer dans la ville, et vous-mêmes, que l’on pourra adresser aux familles des victimes.

VOTE
UNANIMITÉ