Commerce de proximité, une préoccupation partagée Energies 452 - 6 avril 2016 - Stéphane Conty

Mis à jour le

L’association des commerçants du centre-ville de Gardanne vient de renouveler son bureau et a dernièrement rencontré le maire Roger Meï pour présenter ses nouveaux projets pour dynamiser le commerce en centre-ville.

C‘est dans la salle du conseil de l’hôtel de ville que le maire Roger Meï et Jeannot Menfi, adjoint au maire délégué au patrimoine et au tourisme ont reçu le nouveau bureau de l’association. « Je veux vous dire ma satisfaction de voir l’association des commerçants qui repart. C’est une bonne chose pour dynamiser le commerce, » explique Roger Meï en ouverture de cette réunion. « Notre objectif est de ramener le public vers les commerces du centre-ville et de ré-intéresser des commerçants à venir s’y installer, » souligne Cécile Roussel, présidente de l’association et propriétaire d’Audace coiffure, sur le cours Forbin.

Pour concrétiser cet objectif l’association a un certain nombre de projets et de propositions à soumettre aux élus lors de cette réunion. Est ainsi abordée la question du nombre de places de stationnement sur le Cours que les commerçants souhaiteraient plus important. À ce propos Roger Meï rappelle que la “zone bleue” permet une meilleure rotation en évitant les voitures qui occupent la même place toute la journée, ajoutant par ailleurs « qu’il existe de nombreuses places gratuites à proximité immédiate du Cours sur les différents parkings de la ville. Une gratuité qui devient rare dans nombre de communes voisines et qui n’est d’ailleurs pas garantie à l’avenir avec l’entrée dans la Métropole. »

Concernant la zone bleue, l’association relève que sa mise en oeuvre via des bornes où il faut entrer son immatriculation n’est pas évidente pour tout le monde et peut constituer un frein au stationnement pour certains usagers. Autre question abordée, les fonds de commerce du centre-ville transformés en habitations. L’association a indiqué avoir des contacts avec la chambre de commerce qui a des commerçants en recherche de locaux commerciaux, et a demandé si la Mairie ne pouvait pas faire jouer son droit de préemption sur les fonds de commerces pour éviter qu’ils ne changent de destination. Le maire a proposé de solliciter le service urbanisme pour étudier la possibilité de mettre en place un observatoire sur les fonds de commerce de la ville.

La cohabitation avec les forains les jours de marché était aussi à l’ordre du jour. Si globalement elle est correcte avec les forains réguliers, elle est parfois plus délicate avec les occasionnels. Des problèmes de saleté et de stands parfois trop près des devantures sont notamment remontés. « Nous avons connaissance du problème et essayons de faire une sélection plus fine des forains de passage, » souligne Carole Darmon, responsable du secrétariat général de la mairie. Le bureau de l’association a également demandé à être prévenu plus en amont des dates des manifestations culturelles et des animations organisées par la ville dans le centre-ville.

D’autres questions comme la propreté, la sécurité, les possibilités de mobilisation de financements et le retour du marché de Noël sur le Cours plutôt qu’à La Halle ont aussi été discutées. Une association des commerçants relancée dans une nouvelle dynamique et qui ne manque pas d’idées comme l’organisation d’un concours photos, d’une manifestation autour de créateurs de mode ou encore l’exposition de voitures anciennes sur le Cours. Autant de projets sur lesquels nous ne manquerons pas de revenir dans énergies le moment venu.