Emploi

Comment disséquer un contrat de travail Energies 416 - Bruno Colombari

Mis à jour le

Depuis le début de l’année, la maison du Droit et du Citoyen a lancé des rencontres thématiques pour les jeunes. La dernière abordait un thème particulièrement important : Mon employeur et moi.

LE GOUVERNEMENT A ANNONCÉ EN AVRIL LA SIMPLIFICATION DE LA FICHE DE PAIE, QUI DEVRAIT PASSER DANS DEUX ANS DE TRENTE LIGNES À SIX. En attendant, il faut faire avec celle qui existe (et dont le net à payer est tellement simple que pour la plupart d’entre-nous, il n’évolue pas, soit dit en passant) et qui n’est pas toujours facile à comprendre. La maison du Droit et du Citoyen a donc fait appel au Conseil départemental de l’accès au droit (CDAD) pour une rencontre, ouverte aux jeunes à partir de seize ans, intitulée Mon employeur et moi. Une quinzaine d’entre-eux était là, et pour la plupart avait déjà été confrontée au monde du travail, des stages, de l’apprentissage, de l’intérim ou des contrats à durée déterminée.

Avec eux, les animateurs du CDAD font dans le pratique. Ils font circuler des copies d’une fiche de paie dont l’analyse est instructive : Quelle est la différence entre le salaire net et le salaire brut ? A quoi servent les cotisations retraite ? Comment sont décomptés les congés payés ? On examine aussi les différents contrats existants, leurs différences et leur spécificité, puis on répond à des questions concrètes : Que se passe-t-il si on travaille depuis trois semaines et qu’on n’a pas signé de contrat de travail ? Qui peut bénéficier d’un contrat aidé ? Comment se faire aider en cas de rupture conventionnelle du contrat ? A quel âge a-t-on droit au RSA ? Qu’est-ce qu’un avenant à un contrat ? Qu’est-ce qu’une période d’essai ? Savez-vous ce qu’est le Smic ? Et pour vérifier si tout le monde a bien compris, un contrat de travail factice circule, comportant une dizaine d’erreurs (remplacement d’un salarié en grève, période d’essai de six mois, horaire hebdomadaire de 45 heures, indemnités de fin de contrat de 4%, rupture possible en cas de faute simple...) qu’il s’agit de repérer et de corriger. Et il y a des surprises !

C’EST AUSSI LE PRÉTEXTE, AVEC CES JEUNES PARTICULIÈREMENT CONCERNÉS PAR LES EMPLOIS PRÉCAIRES, DE PARLER DES DROITS ET DES DEVOIRS DES SALARIÉS : droit de grève, droit aux congés payés, au respect de sa qualification, mais aussi respect des consignes, des horaires de travail, des conditions de sécurité... On mesure à quel point la pression du chômage fragilise ceux qui entrent dans la vie active sans toujours savoir où ils mettent les pieds.

« Cette initiative, c’est aussi l’occasion pour eux de découvrir la maison du Droit, une structure qu’ils ne connaissent généralement pas et où ils peuvent se faire aider dans nos permanences, » explique Christelle Cavaleri, directrice de la MDC. En mars, une première rencontre portait sur le thème Filles/garçons, mode d’emploi : « Nous avons parlé des comportements sexistes avec un rappel à la loi, fait des jeux de rôle sur l’autorité parentale ou la violence à l’intérieur des familles. Nous avons aussi le projet de décentraliser les interventions, au service Jeunesse ou à la MAIO, par exemple, pour toucher d’autres publics. »

Le CDAD tient des permanences d’avocats, d’huissiers, de notaires chaque mois à la maison du Droit et du Citoyen, 146 avenue Mistral. Tél. 04 42 12 67 15.

Voir aussi le site cdad-bouchesdurhone.justice.fr